Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 10:49
C'est en me rendant vers la tente "Way Up North" que je tombe sur Yebo et Jessica du label Crunchy Frog  qui comme moi vont au showcase de Thee Attacks. Même si le groupe n'est pas (encore ?) signé chez Crunchy, Yebo les soutient et a même donné un petit coup de main à la production de leur premier disque. Nés vraisemblablement au début des années '90, ces quatre garçons aux joues roses souffrent d'un mal étrange: ils sont persuadés de vivre en 1965 ! Costars cintrées, pantalons fuseaux, boots pointues, cravates étroites, ray-bans, toute la panoplie y est, et je ne parle même pas des guitares Dan-Electro vintage, ni des amplis Vox, Selmer et Epiphone. La musique est sans surprise à l'image exacte de leur look: sèche, nerveuse, garantie sans matière grasse, à mi-chemin entre beat groups britanniques et garage bands américains. Sur scène, l'énergie emporte tout et on jubile à se croire nous aussi revenus au milieu des glorieuses sixties. Sur disque - un CD ! Trahison ! - on remarque plus que le chanteur n'est ni Eric Burdon, ni Mitch Ryder, et qu'il devrait y aller mollo sur les hurlements. Mais bon, Thee Attacks sont encore très jeunes: tout devrait s'arranger en '66 ou '67 à supposer qu'ils ne virent pas psychédéliques d'ici-là.
 
 (Thee Attacks @ Way Up North tent, 07/06/08, photo: rockomondo)

Visitez la page MySpace de Thee Attacks.

Retour une dernière fois à VoxHall pour le concert de Said The Shark, que j'avais déjà vu en showcase l'année dernière dans ce même festival. Composé de la canadienne Maya Saxell (Voix, guitare, écriture des morceaux, production) et du danois Kim Oxlund (claviers, instruments divers, arrangements) le duo avait été mon gros coup de coeur de l'année 2006 avec son premier album "Always prattling on about wolves", superbe collection de chansons en apesanteur portées par la voix brisée ô combien émouvante de Maya Saxell et les mystérieuses textures sonores concoctée par son partenaire. Deux ans plus tard, Said The Shark - devenu entre-temps un vrai groupe de quatre musiciens - nous offre avec "Silly Killings" une suite comme on n'osait l'imaginer, Alors que bien des seconds albums se contentent de dupliquer - souvent avec moins de succès - la recette de leur prédécesseur, celui-ci est un véritable pas en avant qui nous confirme (si l'on en doutait...) que Said The Shark n'a pas fini de nous surprendre. Partant des bases établies sur son premier disque, le groupe y élargit sa palette, explore de nouvelles pistes, joue avec les rythmes, les ambiances, le volume sonore également (pour la première fois on l'entend réellement FAIRE DU BRUIT !) et signe une nouvelle fois un disque hors étoiles. Sur scène, on croirait voir un déballage de vide-grenier dominical: des guirlandes lumineuses qui clignotent un peu partout, un énorme anneau métallique suspendu devant la batterie, un pavillon de gramophone, des jouets musicaux en tous genres et tout un bric-à-brac d'objets hétéroclites. Ne manquent que les fameux ratons-laveurs de la poésie de Prévert.

 (Said The Shark, VoxHall, 07/06/08, photo: rockomondo)

Le groupe apparaît au son du "Beau Danube Bleu", version Portsmouth Sinfonia, et dés lors le ton est donné: autant le concert de Said The Shark en 2007 était intimiste et minimal, autant celui-ci sera extraverti et fantasque. Non pas que Maya Saxell se soit soudain trouvé des dons de performer: pâle et diaphane, elle bouge toujours aussi peu, le regard obstinément fixé au dessus de la tête des spectateurs. On dirait une de ces "Dames blanches" qu'on rencontre parfois dans les histoires de fantômes et on est presque surpris de l'entendre s'adresser au public et plaisanter avec ses musiciens entre les morceaux. Mais sur le répertoire varié de "Silly Killings", l'atmosphère ce soir est définitivement légère et ludique. On s'amuse à voir les musiciens restituer en direct et avec un plaisir enfantin le foisonnement sonore élaboré sur les albums. Ils font rebondir des billes sur le sol, laissent tomber des règles métalliques, et offrent plus ou moins au hasard le soin de décider à leur place. Le public, lui aussi, est mis à contribution: des instruments-jouets sont distribués au premier rang (parmi lequel l'inévitable Fredrik "A Kid Hereafter" Thaee, décidément partout lors de ce festival). Cela pourrait tourner au grand n'importe quoi et c'est tout le contraire: la musique est suffisamment forte pour supporter ce genre de fantaisies, et les morceaux qui rockent - il y a deux ans je n'aurais jamais imaginé écrire ça un jour de Said The Shark ! - le font avec encore bien plus de force que dans leur version enregistrée. Le final est mémorable avec "Shaky Heart", envoûtante déclinaison sharkienne de "I'm waiting for the man". Lors d'un moment d'accalmie, on entend soudain le son de batterie venir du fond de la salle. On se retourne alors pour découvrir un jeune tambour qui fend le public et s'approche de la scène en jouant de son instrument, avant que le groupe termine le morceau dans un grandiose crescendo. Hormis le fait d'avoir assisté à un excellent concert, je ressortais avec un sentiment de satisfaction sans doute un peu plus personnel: concernant Said The Shark, dés le début, je ne m'étais pas trompé.
 
 (Said The Shark, Maya Saxell @ Voxhall, 07/06/08, photo: rockomondo)

SAID THE SHARK : "No getting over you" (extrait de "Always prattling about love", 2006)

Visitez le site internet de Said The Shark.

Et aussi leur page MySpace.

Partager cet article

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Spot 2008
commenter cet article

commentaires