Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 11:22
On pourrait résumer le festival Eurosonic/Noorderslag 2009 à quelques statistiques: 18000 spectateurs de 34 nationalités différentes, 2650 professionnels, 259 groupes et artistes en trois jours sur 41 scènes (32 pour Eurosonic, 9 pour Noorderslag)... On pourrait., mais ce serait passer à coté de l'essentiel: l'esprit de ce festival pas comme les autres qui réussit le pari de faire le plein chaque année - en plein hiver - avec un plateau garanti sans stars et sans têtes d'affiches. Et qui, même avec un cru moyen (ce qui était le cas cette année), vous assure son lot de découvertes et d'excellents moments. Avant même l'ouverture du festival, il est de tradition, dés le jeudi après-midi, d'aller faire un tour chez Plato - l'un des SIX (!) disquaires du centre-ville - histoire de, 1°) faire une petite razzia dans les bacs bien garnis, 2°) assister aux showcases que la magasin organise durant le festival  Coup de chance, c'est Stef Kamil Carlens qui s'y colle en solo pour l'ouverture des festivités. En seulement trois reprises - l"une de Neil Diamond, la seconde de Bonnie "Prince" Billy, la dernière de Joni Mitchell - le leader de Zita Swoon a tôt fait de captiver l'assistance avec ce répertoire mélancolique sur lequel sa voix si particulière fait merveille. Même lorsqu'il lit les paroles sur un cahier posé par terre (la chanson de Joni Mitchell), il parvient à rester émouvant. Du coup, on aimerait bien le voir poursuivre dans cette veine en parallèle à Zita Swoon. Un petit side-project en solitaire, Stef ?

 (Stef Kamil Carlens, showcase @ Plato, 15/01/09, photo: rm)


STEF kAMIL CARLENS : "Captain of a shipwreck" (Neil Diamond cover, live @ Plato, vidéo)

STEF KAMIL CARLENS : "Another day full of dread" (Bonnie Prince Billy cover, live @ Plato, vidéo)

STEF KAMIL CARLENS : "Tin angel" (Joni Mitchell cover, live @ Plato, vidéo)

Passons rapidement sur les Dirtyshambles, très jeune groupe néerlandais à la musique aussi originale que le nom et arrêtons-nous plutôt sur la session de John & Jehn, duo français basé à Londres. Ils ont du style, John & Jehn, lui visage en lame de couteau, chemise et cravate noire, boots, elle en fausse bourgeoise, gilet BCBG rouge, collier, basse Dan Electro. A terre une jolie collection de pédales qui va leur servir à distordre le son selon leur convenance. Car John & Jehn, en plus de leurs origines françaises et de leur localisation britannique, affichent des fantasmes musicaux 100% américains qui vont de Detroit (Stooges) à New-York City (Velvet, Sonic Youth). Leur drone-rock répétitif et noisy séduit sans réellement convaincre, manquant de rigueur lorsqu'ils jouent la retenue (ce que font remarquablement leurs homologues danois d'18th Dye), trop timide lorsqu'ils choisissent l'explosion sonique. Prometteur mais encore un peu brouillon.

 (John & Jehn @ Plato, 15/01/09, photo: rm)


JOHN AND JEHN : "Sister" (live @ Plato, vidéo)

Ce plateau de hors d'oeuvres se terminait - pour moi, car le programme continuait après mon départ - avec la suédoise Nina Kinert, brune, belle, glaciale avec un set encore plus court (deux chansons !!) que celui de Stef Kamil Carlens. Trop peu pour se faire une idée, surtout en l'absence du groupe qui devait l'accompagner le soir sur scène. Mais le très beau "I shot my man" (qu'on peut retrouver sur son estimable album "Pets and friends") donnait envie d'en découvrir plus.

NINA KINERT : "I shot my man" (live @ Plato, video)

Ztia Swoon sur MySpace.

John and Jehn sur MySpace.

Nina Kinert sur MySpace.

Partager cet article

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Eurosonic 2009
commenter cet article

commentaires

Grandcrew 02/03/2009 11:20

Hey on a filmé John & Jehn lors de leur passage au Nouveau Casino c'était bien bon! Vous pourrez peut être vous faire une meilleure idée de ce que ça donne en live :) La vidéo est sur http://www.grandcrew.com/videos/77

barker 25/02/2009 17:29

j'y etais pour john & jehn , dur de juger un groupe comme tu le fais dans des conditions aussi mediocres ...moi je trouve qu'ils sont plus interessants que cette horreur de white lies par exemple.

J.P. Moya 25/02/2009 18:04


Je ne cache pas qu'il s'agissait d'un showcase chez un disquaire et pas du véritable concert (lequel as-tu vu, à propos ?). Alors c'est vrai que les conditions n'étaient sans doute pas idéales,
mais j'ai remarquè que souvent les meilleurs se tiraient quand même très bien de cet exercice difficile. C'était loin d'être déshonorant - je n'en n'aurais pas parlé sinon - mais peut-être encore
un peu jeune. A suivre... White Lies, connais pas... (pas la peine de me donner du mal pour savoir de quoi il retourne apparemment ;-)....