Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

8 juin 2006 4 08 /06 /juin /2006 03:26

La journée du vendredi commence par une mauvaise nouvelle: l'annulation de la venue de Jenny Wilson. Elle est remplacée au pied levé par Wolfkin, nouvelle signature du label Crunchy Frog. Je ne crois pas avoir jamais été déçu par un groupe Crunchy (Epo-555, Powersolo, The Mopeds) jusqu'à présent, mais Wolfkin - parmi lesquels on remarque l'ex-chanteur de Money Your Love - me laisse de glace avec leur pop gentiment rétro 80's qui manque cruellement de mélodies mémorables. Du coup, j'accepte la proposition faite par des amis norvégiens d'aller voir Valravn, qui mèle paraît-il électronique et instruments rares. Arrivés sur place, c'est pour constater que l'électronique est plutôt discrète chez Valravn et que les instruments dont il est question sont en fait une vielle à roue, un violon hors d'âge, un assortiment de flûtiaux, des tambours: Valravn est un groupe de musique traditionnelle. Les norvégiens sont déçus, mais pas moi qui ait toujours été très client pour tout ce qui touche au folk scandinave et des artistes comme Hedningarna, Värttinä ou Mari Boine. De ce point de vue, Valvarn est une très bonne pioche. La chanteuse, notamment, est particulièrement fascinante. Avec son allure de gracieuse fée Clochette, on pourrait la croire fragile, alors que c'est tout le contraire. Aucune retenue chez elle, aucune fausse pudeur: elle laisse jaillir un flot d'émotions qui me cueille au plexus. Au troisième morceau, je pleure à chaudes larmes, et me détournant pour échapper au ridicule, je m'aperçois que ma voisine en fait autant. Ah, on on a l'air fin tous les deux à se mettre dans des états pareils pour de la musique !  Dommage que le groupe se lance ensuite dans une série d'instrumentaux médiévalisants certainement plus festifs mais aussi bien moins touchants.

 

Le moment était peut-être venu de courir jusqu'au Musikhuset pour y voir jouer les norvégiens The Low Frequency In Stereo. J'ai déjà dit dans ces pages que je n'étais pas très amateur de musique instrumentale, mais comme toute règle a ses exceptions, il se trouve que j'aime beaucoup The Low Frequency In Stereo. Lorsque j'arrive dans la salle, les trois musiciens, en ombres chinoises dans un halo bleuté, délivrent un krautrock percutant, surplombés par une gigantesque spirale tourbillonnante. Le tout dégage une ambiance très sixties qui me fait penser (à cause de la spirale, peut-être) un épisode du "Prisonnier". Après un second morceau dans le même registre hypnotique, voici qu'apparait Signe, la chanteuse de Jomi Massage venue nous interprêter en direct le remuant  "Man don't walk" qui ouvrait l'album "Travelling ants eaten by Moskus". Une sacré personnalité, cette Signe: alors qu'elle vient à peine d'entrer sur scène, la voilà déjà en plein dans le truc, s'arrachant le gosier et les tripes comme si sa vie en dépendait. On a l'impression qu'après ça elle va s'écrouler raide, mais non, un sourire, un petit au revoir de la main et elle repart comme elle était venue. Impressionnant. Depuis le début je me demandais où était  passée la fille du groupe et c'est à ce moment qu'elle s'installe aux claviers pour un titre sinueux qui évoque fortement les premiers Pink Floyd. La référence est évidente, d'ailleurs le groupe enchaine sur un "Interstellar Overdrive" d'anthologie qu'il se réapproprient à leur manière, ne conservant que le thème d'ouverture pour mieux dériver ensuite sur leurs délires personnels. Tout cela est passionnant et je resterais bien jusqu'à la fin, mais il me faut partir si je ne veux pas louper I Am Bones,

Difficile de reconnaître dans le garçon jovial aux cheveux courts qui occupe le devant de la scène du Ridehuset l'espèce de dandy gominé que nous présentaient les photos de presse. On ne s'en plaindra pas. I Am Bones joue serré, tendu, électrique, et sur scène les différences de style qui frappaient à l'écoute de l'album s'estompent à défaut de disparaître complêtement. Mais cet éclectisme fait aussi partie du charme du groupe qui emporte définitivement le morceau avec une version ébouriffante de "Backpackers", l'un des morceaux les plus péchus de leur excellent premier album "Wrong numbers are never busy".

Il etait temps de rejoindre la grande salle de Musikhuset pour y retrouver Jomi Massage, le groupe de Signe Hoirup Wille-Jorgensen qu'on était très impatient de revoir après le prometteur échantillon qu'elle nous avait offert un peu plus tôt avec The Low Frequency In Stereo.

Mais de cela, on reparlera demain.

VALRAVN : "Droemte mig en droem" (extrait 45 sec.)

VALRAVN : "Kom alle vaesener" (estrait 50 sec.)

THE LOW FREQUENCY IN STEREO : "Man don't walk"

I AM BONES : "Oktoberfest vs. Morrissey"

Partager cet article

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Divers
commenter cet article

commentaires