Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

30 juillet 2006 7 30 /07 /juillet /2006 10:29

Un doigt de punk, un autre de surf music, un peu de Pastels, une petite dose de Jojo Richman, une grosse de Television Personalities, un zeste de Michael Hurley, des paroles gentiment barges, des vocaux... euh, approximatifs, du sitar, de l'accordéon: telle était la recette du cocktail euphorisant concocté entre 1984 et 1997 par les Four One And Only's. Originaire de Breda, Pays-Bas, cette joyeuse assemblée réunie autour du chanteur-guitariste-compositeur Marthy Coumans refusait obstinément de se prendre au sérieux et affublait ses chansons de titres tels que "Disfigured potatoes are dificult to peel" "The boy in the corrugated cardboard fake igloo", "A feather in my ass", "The clouds smell like sauerkraut", ou (ma préférée) "Completely nude between the forget-me-nots". Ils reprirent aussi "Miserlou" bien avant que Quentin Tarentino ne s'en inquiète, apparurent sur un tribute français à Jonathan Richman (où ils interprétaient "The Ufo man" en compagnie de The Jazzbutcher) et s'illustrèrent également sous le nom de "Melting Eskimoes" et des "Beachcombers". Après trois LP's et deux CD's le groupe décida de se saborder dans la joie et la bonne humeur en 1997, nous laissant en guise de testament une compilation bourrée de raretés et d'inédits intitulée "Goodbye Hello". Aujourd'hui encore, tous les disques des Four One And Only's méritent qu'on se donne un peu (beaucoup) de mal pour mettre la main dessus: vous ne trouverez pas de meilleur remède contre les idées noires (LP's: "The end is searching" '87, "We love you" '88, "Fairytale" '91, CD's: "Sticker" '93, "Holy" '96, "Goodbye and Hello", '97)

 (Marthy Coumans et une petite partie de sa collection de disques) 

Aujourd'hui, Marthy Coumans - entre autres activités - dirige le label Grey Past qui exhume des raretés exotiques (Turquie, Liban, Indonésie) des années soixante.

FOUR ONE AND ONLY'S : "You always think of yourself" (1994)

FOUR ONE AND ONLY'S : "She's my efteling beyond the grave" (1996)

FOUR ONE AND ONLY'S : "Distant drum" (1984)

(Attention, les fichiers musicaux de ces posts d'été ne resteront en ligne que 72 heures. Available for 72 hours only)

Pour trouver les disques des Four One And Only's (déjà pas faciles à dénicher lorsque le groupe était en activité), vous aurez besoin de beaucoup de chance.

Partager cet article

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Pays-Bas
commenter cet article

commentaires