Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 09:51

J'ai eu beau chercher partout, consulter toutes les sources possibles et imaginables, impossible de trouver la véritable identité du garçon qui se cache derrière Girls Love Rallie. En fait, ça n'a pas grande importance. Qu'il suffise de savoir que pendant une dizaine d'années il avait présidé aux destinées du groupe My Friend George, nous laissant un très agréable album ("Born in the USA") chez Morningside en 2005. Aujourdhui en solo - mais pas seul pour autant: il a invité ses copains des Figurines, de 1234 et de Charlie Don't Surf  - Girls Love Rallie nous sert ce nouvel album au titre français ("Les Chansons Terribles") et à l'inspiration typiquement indie-rock américaine (option early 90's). Paradoxalement, c'est la modestie de l'entreprise qui fait tout son charme. Girls Love Rallie ne cherche sans doute pas à révolutionner l'histoire de la musique, mais plus simplement à communiquer à l'auditeur son plaisir d'interpréter de bonnes chansons classiques couplet-refrain-pont dans une atmosphère décontractée, en évitant si possible d'aller trop vite. Et ça marche ! Parce que justement, les chansons sont bonnes, et que c'est le genre de cadeau qui ne se refuse pas. D'ailleurs, pour mieux convaincre d'hypothétiques fans français, c'est dans notre langue que Girls Love Rallie a rédigé son profil sur MySpace, un moment d'anthologie que je ne résiste pas au plaisir de vous livrer in extenso:
"Une voix fraîche, juste, moderne, composant il-même (sic) ses chansons, Girls Love Rallie vous plaira. En entendant Girls Love Rallie, on entend la jeunesse et ses problêmes amoureux. Vous serez transportés dans un auitre monde de gentillesse, de rythme et de jouvence. VIVE GIRLS LOVE RALLIE !"


L'album "Les Chansons Terribles" de Girls Love Rallie n'a été tiré qu'à 100 exemplaires numérotés. J'ai le N°3, et vous, lequel aurez-vous ?

GIRLS LOVE RALLIE : "The kandy eel" (extrait de "Les Chanson Terribles", 2008)

GIRLS LOVE RALLIE : "Forgive the flies"  (idem)

Pour télécharger d'autres morceaux (recommandé), visitez la page MySpace de Girls Love Rallie.

Achetez les albums de Girls Love Rallie et My Friend George.
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 00:13
A ne pas confondre avec son homonyme suédois, First Aid Kit est un duo barcelonais composé d'Agnès Aran (chant, textes, compositions) et de Carles Querol (Instruments, programmation, choeurs et compositions). Gracieuse et pointilliste, leur musique assemble par touches légères de douces mélodies électroniques avec le tintinnabulement d'un glockenspiel et la voix fraîche et sans apprêt d'Agnès Varan. Le tout procure la même sensation apaisante qu'un massage pratiqué avec art et délicatesse. Et si la formule semble avoir déjà été utilisée de nombreuses fois (plutôt d'ailleurs par des artistes du nord de l'Europe), elle l'a rarement été avec autant de bonheur que sur ce très réussi second album ("Plaits", Closer Records). Du baume parfumé pour apaiser nos blessures.
 
 (photo: Nacho Alegre)

FIRST AID KIT : "Truth can hurt" "Samurai tourist" (extraits de "Plaits", fichier zippé)

Visitez aussi la page MySpace de First Aid Kit.

Achetez les disques de First Aid Kit.
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Espagne
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 18:08
Me voilà de retour de Spot où j'ai vu beaucoup de très bons concerts, et quelques-uns carrément exceptionnels. Je vous raconterai ça en juillet lorsque je rentrerai de vacances. Par contre - mais je m'y attendais - peu de découvertes: je connaissais déjà plus ou moins la plupart des artistes que je suis allé voir. Une exception quand même avec Tone. C'est en déambulant entre deux concerts sur le site du festival que mes oreilles ont été attirées par de doux sons électroniques assortis d'une voix féminine non moins agréable qui s'échappaient d'une tente. Un petit coup d'oeil à l'intérieur pour y découvrir cette fille toute menue qui chante derrière son ordinateur portable pendant qu'à coté d'elle un garçon équipé d'un second appareil triture des films projetés sur un écran. La musique de Tone - le nom était précisé sur le laptop - ne se laisse pas facilement étiqueter. On y retrouve des éléments caractéristiques de plusieurs courants différents de l'electronica (abstract, click n'cuts, ambient...) mélés à une évidente sensibilité pop, le tout distillant des vertus apaisantes sans jamais pour autant verser dans le lénifiant. Le showcase était tellement réussi que dans la foulée j'ai acheté l'album de Tone, "Small arm of sea" (Urlyd), sorti en janvier dernier et où l'on retrouve en DVD-bonus les vidéos projetées sur scène. Par rapport au concert, le disque est assez différent. A la formule presque pop appréciée sur scène, il substitue des morceaux basés plus sur les climats et les textures sonores que sur les mélodies. Les deux approches ont chacune leur charme, mais ces changements opérés si peu de temps après la sortie du disque montrent que Tone n'a vraisemblablement pas l'intention de faire du sur-place. On va suivre tout ça de près.
 

Après quelques rapides recherches sur le net, il apparaît que Tone s'appelle en réalité Sofie Nielsen, et qu'elle habite une cabane qu'elle a construite elle-même sur les rives du fjörd Linfjorlen à l'extrème nord de la pointe continentale du Danemark. Son compagnon vidéaste se nomme quand à lui Christian Ravn-Ellestad, et c'est ensemble qu'ils ont conçu les vidéos qui accompagnent les morceaux de Tone. Dernier point d'importance, ce petit message qui figure sur le digipack du CD-DVD: "Please copy this records to all of your friends. Thank you !". "Small arm of sea" est en effet un album sorti sous licence Creative Commons, ce qui signifie en clair que quiconque peut le télécharger à la condition de ne pas en faire commerce par la suite.
Profitez donc librement et gratuitement de la musique de Tone et faites passer le message.

TONE : "I am long" (extrait de "Small arm of sea")

TONE : "My mind exploded" (idem)

TONE : "Move me sideways" (idem)

TONE : "Small arm of sea" (l'intégralité de l'album en fichier zippé)

Voyez aussi la page MySpace de Tone.
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 23:55

Pour revoir Signe-Hoirup Wille Jorgensen sur scène, il me faudra attendre samedi prochain son passage au festival Spot à Aarhus. La danoise s'y produira dans une configuration inédite de Jomi Massage augmenté d'un grand orchestre. Mais pour me mettre en condition lors du long voyage routier qui m'attend avant d'arriver là-bas, j'ai déjà téléchargé les onze morceaux live enregistrés en 2001 et 2002 avec son autre formation Speaker Bite Me. Ces enregistrements d'excellente qualité ne sont pas tout à fait des inédits: le groupe les vendait sous forme de CD-R dans ses concerts. Mais cette fois-ci, c'est absolument gratuitement qu'on peut se les procurer sur le site du groupe, pochette y compris. Merci qui ?

 (artwork: Hrafnhilder Helidorsdottir)

SPEAKER BITE ME : "Starcake (live at Loppen) "

SPEAKER BITE ME : "Lights and builgings (live at Vega) "

SPEAKER BITE ME : "Forever is a slow moment (live at 1000fryd) "

Le reste de l'album est à télécharger sur www.speakerbiteme.com
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 23:36

Anywhen est un groupe qu'on a suivi depuis ses tous débuts dans Rockomondo. Par un heureux hasard, j'étais en contact avec leur éphémère label Roligan lorsqu'est sorti leur premier album "As we know it" en 1993, un disque  d'une pop luxuriante, ambitieuse et raffinée qui tranchait déjà sur le reste des groupes suédois en vogue à cette époque (Popsicle, Wannadies, Confusions...). Suivirent "Anywhen" en 1996, les deux E.P. "Blank" et "Movie" l'année suivante, et enfin le disque qui fut à la fois le chant du cygne d'Anywhen et son chef d'oeuvre, "The Opiates" en 2001. Avant même que l'album soit fini d'enregistrer, le groupe avait explosé en plein vol. C'est le chanteur et compositeur Thomas Feiner qui se chargea de mener le projet à son terme, bossant le jour à son métier de graphiste et passant ses nuits à travailler encore et encore à cet album au lyrisme bouleversant que toute la critique s'accorde aujourd'hui à reconnaître comme un classique méconnu. Lorsqu'il s'envola à Prague pour enregistrer les cordes qui apportaient à ses morceaux leur touche finale, Thomas Feiner - de son propre aveu - se trouvait dans un état d'épuisement physique et moral presque total. Le prix à payer pour une oeuvre qui sept ans après sa sortie continue à irradier durablement ses trop rares auditeurs. Parmi ceux-ci, David Sylvian, l'ex-chanteur de Japan, qui vient de donner à "The Opiates" une deuxième chance en ré-éditant l'album sur son label Samadhisound. La version 2008 est quelque peu différente de celle de 2001. On y trouve notamment deux morceaux de Thomas Feiner ("Yonderhead" et For now") enregistrés récemment pour la bande originale d'un film allemand ("Love in thoughts"): ses premiers titres depuis Anywhen. Même s'il n'en fait plus jamais d'autres par la suite, on ne lui en voudra pas. Quand on a enregisté un album du calibre de "The Opiates", on a bien le droit de passer le restant. de ses jours à être graphiste professionnel si l'on en a envie.


THOMAS FEINER & ANYWHEN : "The Siren Songs" (extrait de "The Opiates", 2001)

En écoute exclusivement:

THOMAS FEINER & ANYWHEN : "Yonderhead" (extrait de "The Opiates, 2008)

THOMAS FEINER & ANYWHEN : "For now" (idem)

Visitez aussi la page MySpace de Thomas Feiner.

Achetez "The Opiates (revised)".
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 11:20
Grossière erreur des suédois Antennas, sur leur dernier EP "Lies": ils y ont aussi inclus une reprise de la même chanson par leur compatriotes de The Baboon Show. Non pas que la version originale - plaisante ritournelle électro-pop - soit mauvaise, mais force est de reconnaître qu'elle ne pèse tout de même pas lourd comparée à celle bien hargneuse de ces Babouins jusqu'alors inconnus sur nos tablettes. Ca commence par un torrent d'invectives furieuses (le "Liars" des Pistols n'est pas loin), puis la même voix de crécelle surexcitée attaque le couplet, vite remplacée sur un refrain disco-funk plus blanc que blanc par deux voix masculines en choeur. Un court solo "service minimum", et hop, ce sont les garçons qui reprennent le couplet tandis que la harpie se remet à brailler derrière, vraiment pas contente pour le coup. Damned ! Mais qui sont donc ces mal-embouchés ?
 
   (photo: Zissis Tsoubas)


Après rapide enquète, il ressort que The Baboon Show est un quatuor (2 filles - 2 garçons) de Stockholm fondé en 2004, et qu'ils n'ont pas perdu de temps puisqu'ils ont déjà sorti pas moins de 3 albums ("Don't, Don't, Dont" en 2005, "Pop talk" en 2006, et "Betsy's revenge" l'année suivante). The Baboon Show fait du punk comme on n'en a plus entendu depuis '77, le vrai punk jouissif et primitif des origines, celui qui dynamitait les clubs londoniens à l'époque du Bromley Contingent. On croirait entendre la rencontre révée des Buzzcocks ou des Lurkers avec Fergal Sharkey, le chanteur des Undertones. Sauf qu'ici Fergal Sharkey est une fille et qu'elle s'appelle Cecilia Boström. Son chant nasal et survolté n'est pas pour rien dans l'excitation que provoquent les chansons de The Baboon Show, mais tout est bon à prendre ici, et si l'on en doutait encore, une généreuse louche de mp3's sur le site du groupe achève de nous convaincre tout à fait. Bon Dieu, trois albums à acheter !!

THE BABOON SHOW : "Sofo" (extrait de "Don't Don't Don't", 2005)

THE BABOON SHOW : "Betsy" (idem)

THE BABOON SHOW : "Pig of the year" (idem)

THE BABOON SHOW : "Happy days" (extrait de "Pop talk", 2006)

THE BABOON SHOW : "Meatball party" (extrait de "Pop talk", 2006)

Visitez aussi la page MySpace de The Baboon Show.

Achetez les disques de The Baboon Show.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 10:29

Ah ah, depuis sa diffusion en mars dernier, on attendait impatiemment que Planet Claire - l'émission-phare de Radio Aligre - mette enfin en ligne la session réalisée dans leur studio par Dear Euphoria (alias la suédoise Elina Johansson) lors de sa dernière venue à Paris. Eh bien voilà, c'est chose faite depuis ce matin, et - faut-il le préciser - c'est une splendeur. Comme toujours lors des sessions de Planet Claire, la qualité sonore est excellente, et ces cinq trop courts morceaux ("Falling behind", "Able","Scars", "Gift" et "Snow") font partie de ces moments rares que sait souvent nous offrir l'émission. On aurait bien aimé être là.....


DEAR EUPHORIA : "Planet Claire Session"

Visitez aussi le site de "Planet Claire" pour y trouver de très nombreuses sessions à télécharger gratuitement.

Et la page MySpace de Dear Euphoria.

Achetez l'album de Dear Euphoria.
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 17:16
Jamais deux sans trois ! Nous avions déjà évoqué cet épatant groupe Danois (ici et ), et l'occasion nous est donnée d'en parler de nouveau à l'occasion de la sortie le 19 mai de leur quatrième album "Zen sucker". Ce disque que le label Morningside (Under Byen, Figurines, Speaker Bite Me...) nous annonce plus sombre et d'une écoute moins "confortable" que les précédents sortira en version vinyle accompagné d'un code permettant de le télécharger. Le quintet y reçoit l'aide de quelques invités parmi lesquels Nils Grondhal, le violoniste d'Under Byen (qui figurait d'ailleurs déjà sur les deux disques précédents).

 
(photo: Steffen Jorgensen)

Deux morceaux en guise de hors d'oeuvre:

LARSEN AND FURIOUS JANE : "Fine" (extrait de "Zen sucker", 2008)

LARSEN AND FURIOUS JANE : "Widowers" (idem)

Site Web: www.larsenandfuriousjane.com

MySpace: www.myspace.com/larsenandfuriousjane

Achetez "Zen Sucker".
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 19:51

OK, je sais, après la claque que j'avais pris il y a plus de deux ans en les découvrant sur le net, j'avais dit que j'allais acheter illico tous les CDs d'Echo Is Your Love, et ça n'est toujours pas fait ! J'ai tort, bien sûr, car je peux vous garantir que depuis sa sortie en 2006, leur dernier album "Humansize" (If Society) n'a pas beaucoup eu le temps de prendre la poussière sur mes étagères. Il reste là, à portée de main, toujours disponible en cas de besoin. Et justement, j'en ai besoin souvent. Parce que des groupes de rock abrasifs et percutants, ce n'est pas ce qui manque. Mais combien sont VRAIMENT bons ? Combien ne font pas l'affaire uniquement parce qu'il n'y a rien de mieux, et qu'on se force à être un peu indulgent. Echo Is Your Love, eux, sont VRAIMENT bons. J'adorerais les voir sur scène, mais comme ils se font plutôt rares dans le coin, il me faut bien me contenter de leurs albums et de leurs vidéos. Pour fêter ses dix ans d'existence, le groupe annonce un nouvel album à la fin de l'année. Et pour faire patienter les Echo-addicts dans mon genre, envoie un EP en guise de hors d'oeuvre dés le 23 avril. En voici le titre principal, bien post-punk et plutôt sage par rapport aux critères habituels du groupe.


ECHO IS YOUR LOVE : "Lion Tamer vs. Tigers" (extrait du nouvel EP, 2008)

ECHO IS YOUR LOVE :  "Peace song" (extrait de "Humansize", 2006)

Visitez le site internet d'Echo Is Your Love.

Et aussi leur page MySpace.

Achetez les disques d'Echo Is Your Love
Repost 0
Published by J.P. Moya
commenter cet article
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 16:03
Allez, finissons-en une fois pour toute avec le compte-rendu de ce festival Eurosonic-Noorderslag 2008 qui se termina pour ma part en véritable queue-de-poisson. Je me réjouissais pourtant du programme allèchant de cette soirée Noorderslag (celle réservée auc groupes néerlandais), malgré la foule qu'elle attire et les phénoménales quantités de bière qui y sont ingurgitées, rendant les conditions de plus en plus hasardeuses au fur et à mesure que la soirée avance. Mais bon, le sort en avait décidé autrement. Suite à un concours de circonstances tout à fait imprévisible - et que je ne vous détaillerai pas ici - je me suis retrouvé enfermé dans mon appartement par le propriétaire de celui-ci, sans la moindre possibilité d'en sortir. Je ne vous raconte pas les choses qui vous passent par la tête en vous aperçevant que vous allez être condamné à une soirée télé (et les malheureux qui ont déjà subi les programmes de TV5 savent de quoi je parle !) au lieu de faire la fête et de se régaler de musique à pas plus de 500 mêtres de là ! Je peux quand même vous dire ce que j'avais prévu de voir ce soir-là: The Sugarettes, un quatuor (deux filles - deux garçons) de Eindhoven dont le premier album ("Love and other perversities") devrait ravir les nostalgiques des Pixies, des Breeders et de Sonic Youth (on l'est tous un peu, non ?), Lolly Jane Blue, grand mystère de la soirée, cette fille qui se met en scène en une multitude de personnages différents pouvait se révèler une excellente surprise. On ne la perd pas de vue de toute façon. Voicst, trio d'Amsterdam déjà remarqué avec son premier album ("11-11") il y a deux ans et qui s'affirme aujourd'hui comme l'un des tous meilleurs du pays avec leur second opus "A tale of two devils". De sérieux concurrents pour Alamo Race Track.

 
 (Voicst @ Noorderslag 2008, 12/01/08, photo:Anne Helmond)

Et puis aussi LPG: on attend avec beaucoup d'impatience le nouveau disque de ce jeune quintet qui nous avait enchanté l'année dernière en showcase à Plato. Capables de faire les titres les plus tordus ou au contraire les plus mélodiques qui soient, ces garçons doués risquent une fois de plus de nous étonner à l'heure de leur second album prévu en mai. Gram: le projet solo de Marg van Eenbergen, ex-Seedling aujourd'hui chez About, a été longuement muri avant qu'on en trouve enfin le premier témoignage discographique. Une bonne chose semble-t-il à l'écoute de "Four-letter word", sorti pendant le festival et qui justifie pleinement tout le temps passé à l'attendre. Claw Boys Claw enfin, le retour inattendu de ces vétérans du rock batave onze ans après leur dernier album "Will-O-the-Wisp". De tout ça, je ne saurai rien, et c'est quand même avec un certain sentiment d'inachevé que j'ai pris la route du retour le dimanche matin. Qualité générale en baisse ou mauvais choix de ma part, cette édition 2008 s'était révélé quand même très nettement inférieure à celles des années précédentes. Et il n'est pas impossible que quelques très bons concerts aient eu lieu le soir de Noorderslag. Je garderai quand même quelques très bons souvenirs: le showcase d'Audiotransparent, le set de Taxi Taxi ! , et au rayon "Découvertes", le folk chaleureux et intimiste d'Alexi Murdoch, et le rock dépenaillé et extraverti des Feroïens Boys In A Band. Et l'ambiance, toujours épatante, du festival. J'y retournerai.
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Eurosonic
commenter cet article