Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 19:17

Arrivé à Moscou, prenez à droite, faites 900 kilomêtres, arrétez-vous sur les rives de la Volga, un petit peu avant d'arriver au Kazakhstan: vous êtes à Samara (Kouïbychev du temps de l'Union Soviétique), un million et demie d'habitants, la ville de Cheese People. Pas exactement le genre d'endroit où l'on s'attend à trouver ce genre de groupe hédoniste et dansant mélangeant joyeusement rythmiques funky, synthétiseurs vintages et voix acidulée. A la base un duo de hip-hop instrumental, Cheese People n'a véritablement trouvé sa voie qu'avec l'arrivée de leur chanteuse Olya Chubarova. Après un album autoproduit, "Psycho squirrel", sorti fin 2006 et aujourd'hui épuisé (on le trouve toujours sur les plateformes de téléchargement), le groupe se prépare à sortir son premier album "officiel" sur le label indépendant moscovite Figurestatic. La réponse russe à C.S.S. ?

CHEESE PEOPLE : "Daft Volga"

Trois autres morceaux sont à télécharger sur la page MySpace du groupe, où ce dernier incite à leur diffusion et radiodiffusion. Si ce sont eux qui le demandent......

Téléchargez le premier album du groupe. 

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Russie
commenter cet article
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 16:51

A la lecture du livret de "Pieonear", second CD de Silence Kit, on constate qu'il n'y figure que trois morceaux. On s'apprête donc à écouter un EP, et c'est alors que la durée du disque s'affiche sur le cadran du lecteur: plus de soixante quinze minutes ! Le titre central à lui seul en fait presque quarante ! Autant dire que Silence Kit est définitivement grillé pour les passages radio et les compiles podcast. Mais les cinq musiciens moscovites n'en n'ont que faire. Il préfèrent continuer à bâtir leurs constructions folles à la M.C. Escher où s'imbriquent musique classique, post-rock, ambiant et métal. Leur troisième album "The great red spot" est sorti cette année.

SILENCE KIT : "Lemonsmellstreet" (extrait de "Pioenear", 2005)

Visitez la page MySpace de Silence Kit.

Achetez les disques de Silent Kit.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Russie
commenter cet article
6 décembre 2007 4 06 /12 /décembre /2007 16:47

Avec un nom pareil, on imagine un groupe islandais. Tout faux ! The Floor Is Made Of Lava nous arrive en fait de Copenhague. C'est - après Veto - le deuxième groupe de rock à signer sur Tabù, label jusqu'ici consacré au hip-hop. Et c'est d'ailleurs le leader de Veto, Troels Abrahamsen (alias Supertroels ) qui produit leur premier album "All juice no fruit" sorti en octobre dernier. On y retrouve l'épatant single "Told her I'm from Compton" bien acueilli quelques mois plus tôt sur les radios danoises: c'est court, péchu, simple et efficace, dans la lignée du non moins réussi "Banhof Asta" de Death By Kite. Dommage que les autres titres de l'album dupliquent la même recette avec un peu moins de succès.

 (photo: Rasmus Weng Karlsen)

THE FLOOR IS MADE OF LAVA : "Told her I'm from Compton" (extrait de "All juice no fruit", 2007)

THE FLOOR IS MADE OF LAVA : "Ikea did a job on you" (idem)

THE FLOOR IS MADE OF LAVA : "Suckerlove" (idem)

THE FLOOR IS MADE OF LAVA : "Do your sister" (idem)

Visitez aussi la page MySpace de The Floor Is Made Of Lava.

Achetez l'album de The Floor Is Made Of Lava.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 11:43

Bee And Flower s'est formé à New-York en 1998 autour de la chanteuse et bassiste Dana Schechter et de Roderick Muller (claviers). Après un premier album "What's mine is yours" sorti en 2003, le duo s'envole l'année suivante pour Berlin. Leur producteur Toby Dammit - lui-aussi du voyage - pense en effet que le groupe pourrait profiter utilement du bouillonnement créatif de la capitale allemande. L'idée de départ était de rester sur place trois mois, le temps d'enregistrer un second album. En fait les trois américains ne vont plus jamais repartir. Berlin devient leur base européenne même si c'est en France qu'ils travaillent le plus souvent en compagnie de Keren Ann, de Stephan Eicher ou de la bande à Burgalat. Finalement, ce n'est que début 2007 - trois ans après l'arrivée du groupe en Europe - que sort le second album "Last sight of land". L'attente a été longue, mais elle se trouve pleinement justifiée par ce disque majestueux. Bee And Flower s'y trouve renforcé d'un orchestre de vingt-cinq musiciens pour onze morceaux de pop en cinémascope, luxuriante et raffinée, à mi-chemin entre le technicolor flamboyant du "Mirage de la vie" et le noir et blanc classieux des "Ailes du désir". A savourer de préférence accompagné de champagne et de chocolats fins. Ca tombe bien, justement la saison s'y prête.

 (photo: Anna Curtis, Berlin 2007)

BEE AND FLOWER : "Don't say don't worry" (extrait de "Last sight of land", 2007)

BEE AND FLOWER : "Homeland" (idem)

BEE AND FLOWER : "Last sight of land" (idem)

Trois titres du premier album sont également disponibles ici.

Visitez la page MySpace de Bee And Flower.

"Last sight of land" est distribué en France par JMS / LeSphinx.

On peut aussi le commander ici.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Allemagne
commenter cet article
2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 09:50

Aaaah,  Nina... NiiinaaaAAA A ! Pourquoi m'as-tu abandonné !! POURQUOI M'AS-TU ABANDONNE ??? Tout ça pour épouser un ex-Shudder To Think, je vous demande un peu ! D'ailleurs, qu'est-ce qu'il a de plus que moi, ce type ??  Hein ?... Quoi ?... "Il n'était pas déjà marié, lui !".....MMmouais... D'accord... Mais quand même... D'autant plus que ce garçon a un très mauvais ascendant sur toi. Ne murmure-t'on pas que sur le nouvel album de A Camp, ton projet solo, tu aurais laissé tomber l'influence country pour celle de.... Adam and The Ants, immortels créateurs du courant "pirate" au début des années '80 ?! Huh ?? Je ne voulais pas y croire jusqu'à ce que je voie circuler sur le net tes premières photos déguisée en reine de la flibuste ! C'était donc vrai ! Mais qu'est-ce qui t'a pris ?? On t'a offert l'intégrale de "Pirates des Caraïbes" en DVD ou quoi ?? Lorsque tu aborderas ta période Sigue Sigue Sputnik, préviens nous assez longtemps à l'avance, qu'on puisse se préparer au choc. Enfin, bon, je ne t'en veux pas. Comment pourrais-je d'ailleurs en vouloir à la première chanteuse scandinave dont je suis tombé amoureux (je te l'accorde, il y en a eu quelques autres depuis...). J'ai même été rudement ému de retrouver ta voix sur le disque de The Cake Sale, un projet initié par les irlandais de Bell X1 en soutien à l'ONG américaine OXFAM. Tu y étais en bien agréable compagnie avec Neil Hannon, Gemma Hayes, Josh Ritter, Gary Lightbody (Snow Patrol), Conor Deasy (The Thrills), et Glen Hansard (The Frames)... Mazette, belle assemblée ! Et si en plus c'est pour une bonne oeuvre...

NINA PERSSON : "Black winged bird"

Achetez l'album de The Cake Sale (au même endroit on trouve de nombreuses informations sur ce projet).

The Cake Sale a aussi une page MySpace.

Informez-vous sur les activités d'OXFAM America. 

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 16:35

On trouve dans les courtes chansons des Rollstons un curieux mélange d''indie-rock américain façon Guided By Voices, de distinction toute britannique à la Monochrome Set (est-ce le chant distancié de Mikko Valo qui en est la cause ?) et de douce-dinguerie typiquement finnoise. Sur leur troisième album "Song Folks" (si l'on ne compte pas les deux CD-R qu'ils avaient enregistrés à leurs débuts), ils se paient en plus le luxe d'ajouter à leur palette des influences africaines (la rythmique en boucle de "Desert for dessert"), de saupoudrer le tout d'électronique, et même de faire un titre de plus de 8 minutes, eux chez qui les chansons dépassent rarement 120 secondes.  Et comme il y avait du rab' de morceaux, le groupe vient de les mettre en téléchargement libre sur son site internet sous le titre fort logique de "Song Folks Xtras". Soit huit chansons inédites expédiées en moins de vingt minutes, qu'on peut se procurer contre une contribution volontaire à verser au label du groupe, Brunamosse IF (Nordea Bank Plc, Helsinki, BIC/SWIFT: NDEAFIHH, IBAN # F 114 1 745 3000 0356 93, ou - plus simple mais théoriquement interdit - un petit billet envoyé à Brunamosse IF, c/o Tontti, Toinen linja 31 b 41, 00530 Helsinki, Finland).

THE ROLLSTONS : "Song Folks Xtras" (fichier zip - contribution à votre choix)

THE ROLLSTONS : "Art of running" (session radio acoustique, 2002)

THE ROLLSTONS : "Summerbee" (session radio acoustique, 2002)

Les deux titres en formation réduite et acoustique de 2002 sont assez éloignés de ce que fait le groupe à présent.

Visitez la page MySpace des Rollstons.

Et aussi cette page de fan à qui j'ai emprunté les deux morceaux acoustiques (avec mes remerciements).

Achetez le dernier album des Rollstons. Achetez les albums précédents.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Finlande
commenter cet article
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 17:25

Bon. Rester calme. Et mesuré. Surtout ne pas effrayer le lecteur par une avalanche d'adjectifs et de métaphores. Respirer lentement et profondément.... Et y aller: hier encore je n'avais jamais entendu parler de Karoline Hausted, arrivée comme beaucoup d'autres sur ma page MySpace en me demandant de devenir son "ami". La plupart du temps, ces demandes atterrissent directement à la corbeille sans autre forme de procès, mais là... une danoise... jolie en plus... ça méritait qu'on aille voir de quoi il retournait. Une chose est sùre à présent, c'est que je n'oublierai plus jamais le nom de Karoline Hausted. Sa musique ne saurait être que féminine: mélancolique, romantique, et surtout d'une infinie délicatesse. Tout ici semble n'être que retenue: la voix à la fois tendre et mutine, le piano, tout juste effleuré d'un doigté aérien, les cordes, qui ne vibrent sans doute que de l'air déplacé par l'archet. Ecouter ces chansons d'une traite, c'est accepter de cesser de respirer pendant dix minutes, et de ne reprendre son souffle que pour mieux les écouter de nouveau. Je ne sais pas comment on appelle ça. La grâce, sans doute. Et - alors que ces trois titres ne sont que des démos non mixées - la certitude absolue d'être tombé sur un diamant brut.

Rien à télécharger, rien à acheter, juste trois morceaux à écouter ici:

KAROLINE HAUSTED sur MySpace;

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 16:33

En attendant le nouvel album des Nits (prévu l'année prochaine), on ne perdra pas son temps en écoutant le très bel hommage rendu à Léonard Cohen par Henk Hofstede et quelques uns de ses amis sous le nom d'Avalanche Quartet. C'est en 1988 que le chanteur des Nits rencontre Cohen dans un studio de télévision bruxellois. Fan depuis toujours, il invite le canadien à diner avec lui et c'est là que ce dernier lui confie qu'à la veille de partir en tournée mondiale, il n'a toujours pas de groupe pour l'accompagner. Est-ce que les Nits ne seraient pas par hasard disponibles pour remplir cette fonction ? Malheureusement, à cette époque, le groupe hollandais est en plein milieu de sa propre tournée qui l'emmène un peu partout dans le monde après le succès de l'album "In the Dutch mountains", et se voit donc contraint de décliner la proposition. Henk Hofstede raconte qu'aujourd'hui encore, il lui arrive de se réveiller en sursaut la nuit en faisant des cauchemars à propos de ce rendez-vous manqué.

Deux ans plus tard, on le retrouve à Hydra, l'ile grecque où Leonard Cohen a écrit ses premières chansons. L'idée est de retrouver la chambre figurant au verso de la pochette de "Songs from a room" pour un reportage tourné par le cinéaste finlandais Seppo Pietikainen. C'est lors de ce voyage qu'Henk Hofstede fait la connaissance du journaliste belge Marc Hendrickx, venu au même endroit pour écrire une biographie de Cohen. Les deux se mettent d'accord pour faire accompagner l'édition hollandaise du livre par un CD de reprises enregistré par Henk Hofstede.

 (photo: Bob Bronshoff)

Sorti en 2005 sous le titre "Yesterday's tomorrow", le livre-CD reçoit un excellent accueil dans la presse néerlandaise. Sur le disque, Henk Hofstede au chant et à la guitare acoustique est accompagné par la chanteuse Marjolein van der Klauw, la contrebassiste Arwen Linneman et le multi-instrumentiste Pim Kops. Le traitement tout acoustique, bien que restant fidèle aux chansons de Cohen, leur offre de belles teintes boisées et chaleureuses que n'avaient pas toujours les versions originales. Et les voix en duo féminin/masculin offrent une lecture inédite qui rappelle souvent ce grand folksinger néerlandais injustement méconnu qu'est Ad van Meurs, alias The Watchman.

Il aurait été dommage d'abandonner à ce stade une aussi bonne idée, et c'est pourquoi ce projet est devenu aujourd'hui un vrai groupe qui se produit sous le nom d'Avalanche Quartet. On a pu le voir en France l'été dernier pour un concert unique à l'Opéra de Rennes dans le cadre du festival "Les Tombées de la Nuit", salué par une critique unanimement enthousiaste. Espérons que ce ne sera pas le dernier. Quand à l'album, il a été réédité en janvier 2007 dans une version améliorée par le label suisse Faze Records. On attend toujours une distribution française.

AVALANCHE QUARTET : "Who by fire" (vidéo télé)

Achetez l'album d'Avalanche Quartet.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Pays-Bas
commenter cet article
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 16:56

Il y a quelques années de cela, Henk Hofstede avait momentanément délaissé les Nits pour enregistrer un bel album ("Het draagbare huis") dans sa langue natale. C'est à présent au tour de son compatriote et ami Rick Treffers de suivre le même chemin. Un mois seulement après que se soit achevé avec son groupe Mist la réalisation du superbe "Mist:Period", le revoici donc pour un premier album solo intitulé "Het heeft niets met jou te maken" (en français "Cela n'a rien à voir avec toi") sorti chez Silvox. Evidemment, seuls les néerlandophones profiteront des textes traitant de sujets aussi universels que l'amour, le sexe ou la mort, influencés par le pessimisme de Michel Houellebecq et l'ironie absurde du dessinateur Belge Kamagurka. Les autres constateront que Treffers n'aura en fait jamais été aussi entouré que sur ce disque solo. Ses mélodies douce-amères s'en trouvent habillée d'un son riche et chaleureux qui les rehausse d'un relief inédit. On navigue ainsi des guitares très 70's de "Heet Mokkel" au surlignage électronique de "Ademen, Eva", des sonorités folktronic de "Het woordje ooit" et de "Verliefd op een spook" au très remuant "Pispaal in de wind", de la pop élégante de "Ook jij moet sterven" au crescendo baroque de "Aachterwaarts venus" sans que jamais n'en souffre la cohésion de l'ensemble. Plus Rick Treffers avance, et plus son talent semble s'affimer: cet album brillant en offre une nouvelle preuve.

RICK TREFFERS : "Heet mokkel" (extrait de "Het heeft niets...", 2007)

 

 

 

La vidéo de "In het week-end" où l'on s'aperçoit que si Rick Treffers mange bien sa salade avec sa fourchette, il préfère utiliser ses doigts pour les frites et les fricandelles. Ce garçon a tout compris de la vie !

Visitez la page MySpace de Rick Treffers.

Pour acheter l'album, le plus simple est sans doute de s'adresser à son auteur

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Pays-Bas
commenter cet article
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 18:21

Basée à Reykjavik bien que née à Londres il y a 25 ans d'un père sri-lankais et d'une mère islandaise, Lovisa Elisabet Sigrúnardóttir aurait pu - comme Björk - choisir de se produire sous son simple prénom. Elle a préféré adopter le pseudonyme de Lay Low, et apparemment, cela lui a porté chance. Quelques mois seulement après que ses premières chansons soient apparues sur MySpace, elle était signée par le tout jeune label Cod records et enregistrait dans la foulée son premier album "Please, don't hate me". Un titre que les islandais ont pris au pied de la lettre. N°1 des ventes locales pendant plusieurs mois, l'album est aujourd'hui disque de platine et Lay Low a reçu cette année trois équivalents islandais de nos "Victoires de la musique", parmi lesquels ceux de "Meilleure artiste féminine" et de "Meilleur album 2006". Il reste encore à la trop discrète Lovisa à faire connaître son chaleureux mélange de blues, de folk et de country ailleurs qu'en Islande, ce qui ne devrait pas être trop difficile. Déjà les américains ont craqué pour une de ses chansons dans un récent épisode de "Grey's anatomy".

LAY LOW : "Please, don't hate me" (extrait de l'album du même titre)

Visitez la page MySpace de Lay Low.

Achetez "Please don't hate me".

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Islande
commenter cet article