Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 23:57

C'est arrivé sans prévenir dans ma boite e-mail. "Greetings !, disait le message, Here's the first single from Moder Jords Massiva's fourth album. Feel free to download". Hein ? Quoi ? Le premier single de qui ça ? Mais bon, si ces gens avaient pris la peine de m'envoyer un lien vers leur chanson, la moindre des politesses était peut-être de l'écouter. Et là, bingo ! Ca commence façon électro-pop, avec un petit côté fin seventies, puis il y a des cuivres qui apparaissent pour ajouter un peu de chaleur à tout ça, et enfin un de ces duos fille-garçon comme je les aime, tout en simplicité et en retenue, sans effet inutile. Super ! C'est qui ces zozos ? Alors là, il faut employer le conditionnel, car les seules informations disponibles à leur sujet sont en suédois. Moder Jords Massiva est un groupe, ou plutôt une tribu (22 musiciens au dernier recensement) formée il y a presque dix ans et éparpillée entre Stockholm et Uppsala. Leur quatrième album "Ren ondska" est annoncé pour le mois de mai. Le groupe est également impliqué dans des actions humanitaires en Afrique et la lutte pour les droits des femmes. Voilà pour le peu que j'ai pu comprendre (si tant est que j'ai bien compris !) de leur biographie. Les morceaux plus anciens découverts sur leur site internet les placent dans une mouvance électro-dub-reggae un peu éloignée de mes goûts musicaux habituels. Mais le nouveau single préfigure peut-être un changement de style qui, personnellement, m'irait tout à fait bien. Réponse à la parution de l'album.

MODER JORDS MASSIVA : "Hårt väder" (extrait de "Ren ondska", 2007)

MODER JORDS MASSIVA : "Same place" (2002)

Achetez les disques de Moder Jords Massiva.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 09:17

Sorti il y a trois ans, le premier album de Tobias Fröberg "For Elisabeth wherever she is" est passé presque totalement inaperçu. Ce qui est bien dommage, car il ne manquait pas de qualités, avec des morceaux de choix comme celui qui lui donnait son titre, ou un "What are you gonna do" qui offrait toutes les caractéristiques d'un tube en puissance. Heureusement pour Fröberg, on sait déjà qu'une telle mésaventure ne se reproduira pas avec son second album "Somewhere in the city". Il faut dire qu'entre temps le suédois a signé chez Poptones, le label d'Alan McGee, et que ce dernier s'y connait dans l'art de promouvoir ses artistes (le découvreur d'Oasis, c'était lui !). Quand au titre d'ouverture de l'album, "When the night turns cold", Panasonic s'en est servi pour l'illusration sonore de leur campagne de pub "Lumix". L'expérience avait bien réussi à José Gonzalez, souhaitons qu'il en soit de même pour Tobias Fröberg.

 (photo: Fire Egg Recordings)

Le titre proposé ici (celui de la pub), à mi-chemin entre Loney, dear et I'm From Barcelona, n'est pas le plus représentatif de l'album, à la tonalité générale plutôt folk et mélancolique. A noter que c'est Magnus Henriksson (Existensminimum) qui joue des bongos. Ailleurs, on retrouve également le danois (Iles Feroe) Teitur et la norvégienne Ane Brun.

TOBIAS FRÖBERG : "When the night turns cold" (extrait de "Somewhere in the city", 2006)

A lire et à écouter: un précédent post sur Tobias Fröberg avec trois morceaux de son premier album.

Visitez sa page MySpace.

Achetez les disques de Tobias Fröberg.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 17:40

Bonnie Prince Billy peut aller se rhabiller ! Au jeu de la plus belle barbe rousse, il sera difficile de battre Frederik Thaae, grand mogol en titre du groupe danois A Kid Hereafter (une anagramme de son nom). Le premier album du sextet "Rich freedom flavour", paru fin janvier, réunit quatorze titres joyeux, dansants, dynamiques, promptement expédiés, et qui font feu de tout bois (le groupe se revendique aussi bien de They Might Be Giants que de Napalm Death, en passant par Vivaldi, les Sparks, Yes, Phil Spector, Elvis Costello, NOFX et Of Montreal !). Très réjouissant, tout comme le clip du single "Secret service" qui démarre avec un jogging sous haute surveillance pour finir en délire psychédélique complêtement barré. On en redemande !

A KID HEREAFTER : "Secret service" (vidéo-clip)

Trois titres de l'album de A Kid Hereafter sont en écoute ici.

Achetez l'album de A Kid Hereafter. 

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 22:50

Slaraffenland: le pays du lait et du miel. Joli nom pour un groupe. Le genre de détail qui donne envie d'en savoir plus. Tout comme le fait que cette formation danoise ait été recommandée par leurs talentueux compatriotes d'Efterklang. Un conseil pas tout à fait innocent, puisque Slaraffenland est la nouvelle signature de leur label Rumraket. Mais justement, si Efterklang s'intéresse à ce groupe, il doit y avoir de bonnes raisons. Leur page MySpace livre quelques précieux indices. Des influences notamment: Sonic Youth, John Zorn, My Bloody Valentine, Radiohead, Peter Brötzmann... En résumé, du rock aventureux et du jazz, deux ingrédients qu'on retrouve à parts égales dans la musique du quintet. Une musique 100% instrumentale, souvent développée à base d'improvisations, et qui vibre, qui vit, qui remue, qui secoue. Pensez à Jaga Jazzist et vous aurez tort - formellement, on en est assez éloigné - mais vous aurez aussi raison: les deux groupes brûlent de la même intensité fiévreuse. Il fallait bien ça pour balayer mes réticences pourtant solidement ancrées envers les musiques instrumentales. "Private cinema", le nouvel album de Slarraffenland (leur troisième) sortira le 15 mai 2007. Et cette fois-ci, en plus, ils chantent !

SLARAFFENLAND : "Polaroïds" (extrait de "Private cinema", 2007)

SLARAFFENLAND : "Cockaigne" (extrait de "Jinkatawa", 2005)

SLARRAFENLAND : "Final destination" (extrait de "Slaraffenland", 2004)

Visitez aussi la page MySpace de Slaraffenland.

Achetez les disques de Slaraffenland.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 10:13

DAVID & THE CITIZENS (S) "Stop !", MOI CAPRICE (DK) "The town and the city", WOLFKIN (DK) "A vacant heart", AVOCADOCLUB (D) "Out of the rain and into the fire", DAMERO (D) "Gestern morgen", ROMAN FISCHER (D) "When he takes you down", MONOCHROME (D) "Ecart: les murs ont la parole", TOBIAS FRÖBERG (S) "When the night turns cold", ANE BRUN (N) "Rubber and soul", ANTENNAS (S) "When the time is right", Album du Mois: LOS VALENDAS (E) "My family & other freaks", MARIA SOLHEIM (N) "Juice", SUSANNA & THE MAGICAL ORCHESTRA (N) "Crazy crazy nights", THE LIONHEART BROTHERS (N) "To make you love me"

 (David & The Citizens: "Stop the tape, stop the tape! ", photo: Inge Johansson)

TREEBALL (FIN) "Soul to heaven", SYDÄN, SYDÄN (FIN) "Hai", MONTEVIDEO (FIN) "Against the grain", Rétromondo mars 1997: BRAINPOOL (S) "Here's a boy", Rétromondo mars 2002: MARDIGRAH (NL) "Tank", Spot on... DAVID & THE CITIZENS (RIP) "Now she sleeps in a box in the good soil of Denmark" "I've been floating upstream since we parted" "Never a bottom" "Christmas eve" "Out of my hands", THE KONKI DUET (F) "Chanson pour Neil Young", L'intrus du jour: OF MONTREAL (USA) "Suffer for fashion"

DAVID & THE CITIZENS : "Stop! "

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans rockomondo
commenter cet article
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 11:03

Marybell Katastrophy, c'est le projet de Maria Højlund, qui tenait autrefois les claviers chez les exubérants Tiger Tunes. Après la séparation de ces derniers, Maria Højlund en a profité pour faire sa propre musique, secondée par Maria Timm (ex-Broken Beats, basse), Julie Runa Jakobsen (guitare) et Emil Thomsen (beats). Depuis quelques temps déjà, le groupe propose d'écouter (et de télécharger) sur son site l'intégralité de ses deux premières démos qui témoignent d'une intéressante évolution, passant des mélancoliques ballades au piano de la première aux titres plus rythmés, plus électroniques et aussi plus aventureux de la seconde. Marybell Katastrophy est actuellement en train d'enregistrer son premier album et viendra pour la première fois en France en avril pour une mini-tournée de quatre dates (le 20 à Reims, le 21 à Paris, le 23 à Nantes et le 25 à Toulouse). Evidemment à ne pas manquer si vous êtes dans le coin.

Les trois premiers titres de la seconde démo:

MARYBELL KATASTROPHY : "Big big bear"

MARYBELL KATASTROPHY : "Hip"

MARYBELL KATASTROPHY : "Whiteboard"

Et les deux derniers de la première:

MARYBELL KATASTROPHY : "Hey Frank"

MARYBELL KATASTROPHY : "His desperate voice"

Et en bonus, leur remix du morceau "2:26" de Green Concorde:

GREEN CONCORDE : "2:26 (Marybel Katastrophy remix)"

Le reste est sur le site du groupe.

Visitez aussi leur page MySpace

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 00:15

Ponoka est une petite communauté fermière du comté d'Alberta (Canada). C'est là qu'à lieu chaque année le plus grand rodéo du pays durant la première semaine de juillet. Ponoka est aussi l'endroit où a grandi Rick de Gier, qui, dix-sept ans après être revenu dans dans sa Hollande natale, en a fait le nom de son projet musical. Démarré en solitaire, Ponoka est devenu aujourd'hui un vrai groupe de six musiciens qui gravitent pour la plupart autour des labels jumeaux Sally Forth - Volkoren. On ne sera donc pas étonné d'y retrouver deux anciens Kryptonite Garden (un groupe aujourd'hui dissous mais qui mérite vraiment la découverte), Minco Eggersman (At The Close Of Everyday, ME, The Spirit That Guides Us) à la production, et René de Vries (This Beautiful Mess) pour le Studio. Le single "September", découvert pour la première fois sur l'excellente collection "Pet Series", balance un plaisant folk-rock proche de celui de leurs compatriotes El Pino & The Volunteers. Mais le second morceau offert sur le site du groupe les dévoile plus électriques et plus proches des groupes dont ils se réclament: Lemonheads, Eels ou Sparklehorse. De quoi donner envie d'aller plus avant dans la découverte de leur premier album "Hindsight" paru récemment chez Volkoren.

PONOKA : "September" (extrait de "Hindsight")

PONOKA : "Back by midnight" (idem)

Visitez aussi la page Myspace de Ponoka.

Achetez l'album de Ponoka.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Pays-Bas
commenter cet article
4 mars 2007 7 04 /03 /mars /2007 15:32

Les finlandais de Treeball ont souvent entretenu des liens étroits avec la littérature. Leur troisième album, le très réussi "Liars in love" (2006) était un disque-concept inspiré par les écrits de l'écrivain américain Richard Yates et traitant de la désintégration d'une relation amoureuse. Quand au titre de l'album suivant, "I dream of eclectic sheep" (toujours 2006 !), c'est une référence directe au roman de Philip K. Dick "Do androids dream of electric sheep ?". L'album est court, à peine plus de vingt-six minutes, mais il a un avantage indiscutable sur son prédécesseur: il est totalement gratuit, en téléchargement libre sur le site du groupe. Où est le piège, se demande-t'on ? C'est vrai, de la musique gratuite, ça paraît toujours un peu suspect: on soupçonne le produit plus très frais, la compilation de fonds de tiroir. Tout faux ! "I dream of eclectic sheep" est du Treeball de la meilleure qualité, dans la grande tradition pop classique mais classieuse déjà démontrée par le quintet d'Helsinki. Des cinq musiciens du groupe (un anglais, un américain, une finlandaise, deux finlandais), quatre composent, ce qui assure à leur répertoire une variété qui ne nuit jamais à son homogénéité, et les vocaux conjugués de Nick Triani et d'Astrid Swan sont toujours aussi séduisants. Un très joli cadeau, donc, qui donne envie de se replonger illico dans les albums précédents (ce qui était peut-être le but recherché).

A noter d'autre part que le bel album solo d'Astrid Swan, "Poverina", va enfin connaître une sortie internationale via les américains de Minty Fresh.

TREEBALL : "Sweet murder (Song for Doug Yule)" (extrait de "I dream of eclectic sheep")

TREEBALL : "Favourite enemy" (idem)

TREEBALL : "The ghost will come" (idem)

TREEBALL : "Chess" (idem)

ASTRID SWAN : "Good girl" (zip)

Téléchargez gratuitement le reste de l'album ainsi que sa pochette sur le site du groupe.

Visitez aussi leur page MySpace.

Achetez les autres albums de Treeball.

Achetez l'album d'Astrid Swan (rubrique "Bazaar").

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Finlande
commenter cet article
2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 22:26

Je ne crois pas avoir jamais connu de groupe qui se fasse connaitre avec une série de disques aussi réussis que les trois premiers EP's de Moi Caprice (Daisies, Summerfool, Artboy meets artgirl). Tout y était parfait, depuis les chansons, pures merveilles de pop fondante, jusqu'à l'artwork - déclinaison d'un même thème en trois épisodes - signé par la très talentueuse (et très belle) Nina Beier, en passant par les vidéo-clips fauchés mais à l'inventivité débordante de la même Nina. Le genre d'objets-plaisir auxquels on réserve une place à part dans sa discothèque, et dont on sait dés le début qu'on ne s'en séparera jamais. Le premier album "Once upon a time in the North" (2003) n'était pas mal non plus, pour peu qu'on oublie l'emballage, bien moins réussi que ceux des EP's, et qu'on ferme les yeux sur le fait que la moitié des morceaux - les meilleurs - provenaient des disques précédents. Mais il y avait de jolis moments en ouverture ("The only happy boy in Copenhagen") et en fermeture ("Berceuse") de l'album, sans oublier un épique "Girls in the trees" de près de dix minutes et qui semblait en durer deux fois moins. Tout allait donc pour le mieux jusqu'à ce qu'arrive le second album "You can't say no forever" (2005). Et là, déception: pochette loupée (genre Guy Pellaert dans un mauvais jour), inspiration en berne hormis quelques rares pépites ("My Girl You blush" "Tonight might prove to be your only chance" et le single "To the lighthouse") et surtout un gros son synthétique et boursouflé façon Duran-Duran, bien loin de la délicatesse raffinée du premier album. Ouch !

 (photo: Amira Fritz)

Du coup, c'est avec une légitime suspicion qu'on attendait le disque suivant. On avait tort. Bien que Moi Caprice ait semble-t-il décidé de conserver le son early-80's de son second opus, la production de l'anglais Jeff Knowler (Blur, Super Furry Animals, Lamb) affiche une classe et une élégance qu'était loin d'avoir celle de son prédécesseur. Et surtout, le groupe s'est décidé cette fois-ci à écrire de vraies chansons, dans le style romantique exacerbé qui leur est habituel (les filles ADORENT Moi Caprice), et qui - c'est bon signe - se bonifient d'écoute en écoute. Ajoutez un joli titre ("The art of kissing properly"), un visuel réussi (des manèges forains abandonnés recouverts de mousse et de végétation), et vous obtiendrez un disque - et un groupe - digne des plus chaleureuses recommandations. Moi Caprice se prépare actuellement à entamer sa première tournée aux Etats-Unis. N'attendez pas que les américains les découvrent pour vous y intéresser.

MOI CAPRICE : "For once in your life, try to fight for something you believe in" (extrait de "The art of kissing properly", 2006)

MOI CAPRICE : "I hate the place but I go there to see you" (idem)

MOI CAPRICE : "The town and the city" (idem)

"I hate the place..." est emprunté à "LittleeLPees" et "The town..." à "The line of best fit", avec mes remerciements.

Visitez la page MySpace de Moi Caprice.

Achetez les disques de Moi Caprice (les trois premiers EP's sont toujours disponibles: indispensable !).

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 11:25

Voili, voilà:

STERLING (DK) "Pop-rock", THE LIONHEART BROTHERS (N) "50 souls and a discobowl", THE WHITEST BOY ALIVE (N-D) "Inflation", LONEY, DEAR (S) "I am john", FRIDA HYVÖNEN (S) "The night I recall you", ANTENNAS (S) "C'mon", JOHNOSSI (S) "Press-Hold", WOLFKIN (DK) "These are all illusions", MOI CAPRICE (DK) "For once in your life, try to fight...", Album Of The Month: LOS VALENDAS (E) "Sleep", Sr. CHINARRO (E) "Del monton", POOMSE (E) "For reasons unknown", LA BUSQUEDA (E) "Aliados del sol"

 (Au programme de l'émission, les danois Wolfkin, photo www.wolfkin.dk)

THE SPIRiT THAT GUIDES US (NL) "The tune", GREEN HORNET (NL) "Last shot", zZz (NL) "Lucy", Rétromondo mars 2002: DARYLL-ANN (NL) "It's only love", Rétromondo mars 1997: DAS WEETH EXPERIENCE (D) "Running shoes", Spot on: KING ME (NL) "Cactus" "Sundaze" "My return" "Vera" "Pretty girls" "Family affair", L'Intrus du jour: ANDREW BIRD (USA) "Heretics"

WOLFKIN : "These are all illusions" (extrait de "Brand new pants", 2006)

Achetez l'album de Wolfkin.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans rockomondo
commenter cet article