Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 00:09

L'après-midi, les musiciens de Team Me avaient bien du mal à tenir tous les six sur la mezzanine du magasin Plato. Le soir, on les retrouve déguisés en indiens de mardi-gras, occupant toute la largeur de la scène du Stadsschouwburg derrière des guirlandes de drapeaux multicolores. Le Stadsschouwburg est sans doute la salle la plus élégante de Groningen: un théatre à l'ancienne tout en stucs, en velours et en dorures, à l'acoustique parfaite et aux éclairages soignés. Avec ce show de 45 mn, le groupe peut se permettre d'aborder des morceaux plus longs et plus subtils que les hymnes fédérateurs enchaînés quelques heures plus tôt au magasin de disques. On y gagne en finesse ce qu'on perd en efficacité immédiate. Et la fantasque Synne - génée durant tout le set par un micro fugueur - a enfin tout l'espace nécessaire pour laisser s'exprimer sa curieuse conception de la danse et faire naître des sourires ébahis chez les spectateurs. Mais l'énergie farouche que déployait le groupe sur la scène XXS de Plato s'évapore un peu dans le vaste espace du théatre. Deux concerts, deux ambiances différentes: on pouvait avoir sa préférence ou bien prendre le tout, ce que je fis.

 

Eurosonic-2012---Nikon-205.JPG

 

Team Me: "Weathervanes & chemicals (live at Eurosonic)" (vidéo) 

 

Il n'y a pas loin pour aller du Stasschouwburg au Kruithuis où jouent les belges de Hoquets: la salle se trouve dans le même bâtiment sur la facade opposée. Hoquets se produisent souvent en France mais je n'avais pas encore eu l'occasion d'assister à leurs spectacles brindezingues à l'humour décalé. Composé d'un belge, d'un français et d'un chanteur américain aux allures de Dr. Freud sous acide, le trio utilise des établis construits avec des objets de récupération - en bois, en métal, en carton - dont il se sert comme instruments de percussion. Ca tape de tous les côtés avec une énergie extrêmement communicative, tandis que la partie mélodique - il en faut quand même un minimum - est apportée par le chant sur des paroles absurdes et truffées de références à la Belgique et ses étranges coutumes. Le groupe a des fans purs-et-durs qui dansent devant la scène et connaissent les paroles des chansons par coeur. Le chanteur va d'ailleurs fréquemment les rejoindre pour une séance de breakdance surréaliste ou en animateur du titre phare du concert, "Chaud boulet", tourneboulante macarena outre-quiévraine au succès garanti lors des mariages et bar-mitsvahs. Et tout le monde reprend en choeur le tube du trio, "Couque de Dinant", ode simili-funky à la spécialité patissière de la ville wallonne, bien connue pour casser les dents des gourmands. Un spectacle 100 % pur fun, chaudement recommandé si ces zozos passent près de chez vous.

 

Couque de Dinant by HOQUETS

 


 

Il était plus de minuit et, alors que les salles commençaient à fermer, c'est un public de plus en plus nombreux qui se regroupait dans les derniers lieux encore en activité. Ce qui explique sans doute l'affluence record à la AA-kerk, la grande église de la Vismarkt, pour le concert de Moss. Auteur d'un très bon album pop ("Never be scared - Don't be a hero") il y a deux ans, le quatuor d'Amsterdam présentait ce soir-là son nouvel opus "Ornaments", sorti pendant le festival. Mais l'impossibilté d'approcher la scène et l'écho épouvantable qui transformait la musique en bouillie sonore indéchiffrable ont eu tôt fait de me décourager. J'en ai profité pour admirer le décor, et notamment un splendide orgue de bois sculpté qui surplombait le groupe avant de ressortir dans le froid glacial et d'aller me coucher. Sept concerts entre 20h00 et une heure du matin: la soirée avait été bien remplie

 

 

www.mosstheband.com

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Eurosonic 2012
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 09:25

Le problème à Eurosonic, c'est qu'il y a forcément des concerts qu'on ne veut pas louper et qui sont programmés le même jour, à la même heure. Ou presque à la même heure: en partant dés la fin du concert de De Staat et en piquant un sprint jusque Vera, je pouvais espérer assister à une bonne moitié de celui des danois Thulebasen. Leur second album "Gate 5" avait été une très bonne surprise de l'année 2011: un audacieux mélange de stoner, de krautrock, de psychédélisme, de free jazz et de musique expérimentale, le tout sur de longs morceaux construits à partir d'improvisations. Parfois ça marchait, parfois moins, mais il se passait vraiment quelque chose et même si tout n'était pas réussi, on ne pouvait pas leur reprocher de ne pas avoir essayé. Arrivé devant la scène, surprise ! La musique et les clips m'avaient fait imaginer des freaks grimaçants façon Mothers ou Magic Band, alors qu'en fait Thulebasen - Une fille, deux garçons - sont des jeunes gens proprets penchés sur leurs instruments avec l'application de consciencieux artisans.

 

Eurosonic-2012---Nikon-196.JPG

 

Ce qu'ils en sortent, par contre, est nettement moins consensuel. Pour ce court set, le groupe a revu son répertoire et resserré ses compositions. Fini les impros et les longues digressions, seuls les moments forts ont été conservés et on est cueilli au plexus par ce pilonnage sonique ininterrompu. Mais il ne s'agit pas que de bruit, le son reste clair et l'on reconnait facilement les morceaux du disque, raccourcis, réduits à l'essentiel et d'autant plus efficaces. De quoi faire oublier le manque de spectacle - seule la fille à la batterie s'anime un peu - forcément décevant après la prestation surchauffée de De Staat. 

 


  
Tulebasen sur Soundcloud (extraits du premier album et titres live en téléchargement gratuit)
Thulebasen sur facebook
Thulebasen sur MySpace
Achetez l'album de Thulebasen.
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Eurosonic 2012
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 20:08

Bien que le concert de De Staat soit annoncé dans un endroit nommé "Cathedral", je me doutais bien qu'il y avait peu de chances qu'il s'agisse d'un édifice religieux. Je me rappelais d'un soi-disant "Opera" il y a deux ans. On n'espérait sans doute pas le Palais Garnier mais il y avait un gouffre entre ce pompeux intitulé et la réalité des lieux: une tente bondée, humide, et traversée de courants d'air qui m'avait laissé un très mauvais souvenir. Prévisiblement, la "Cathedrale" en question était en fait un chapiteau, mais - bonne nouvelle - celui-ci était vaste, bien agencé, et pourvu d'une scène à chaque extrémité afin que les concerts s'enchaînent sans temps mort. A ce moment, l'une d'entre elle était d'ailleurs occupée par les néerlandais A Silent Express, et c'est là que j'ai regretté d'être arrivé en avance à la vue - et l'écoute ! - de ces caricatures de rebelles échappés d'une pub de gel capillaire. A oublier très vite. Le contraste avec De Staat n'en a été que plus fort. Encore inconnu en France, ce quintet de Nijmegen est l'un des groupes hollandais les plus en vue du moment après deux albums défricheurs et une réputation scénique jamais démentie. Certains les ont comparés au dEUS des débuts et le rapprochement est plutôt bien vu. Si leur musique est différente, ils ont la même énergie imprévisible, la même liberté formelle, la même capacité d'invention. Et un truc que je n'avais encore jamais entendu dans le domaine du rock: tout chez eux est basé sur le rythme. Amateurs de mélodies, passez votre chemin, De Staat n'est pas pour vous. Mais si l'idée d'entrer en transe chamanique dans un pilonnage de percussions tribales vous paraît intéressante, vous êtes au bon endroit.

 

Eurosonic-2012---Nikon-181.JPG

 

Le second album du groupe, "Machinery", est une réussite exemplaire. Hormis le single "I'll never marry you", seule concession à une écriture plus classique, tout le disque repose sur cette implacable puissance rythmique, renforcée par le cisaillement métallique des guitares et les dérapages du synthé. Sur cette trame, le chanteur Torre Florim hoquète, éructe, et harangue avec la conviction féroce d'un pasteur baptiste pris de crise mystique. En concert, c'est encore plus impressionnant. Ces garçons sont véritablement habités, mais c'est Florim qui aimante tous les regards, enragé, possédé, ruisselant, à deux doigts du pétage de plombs. Au fil des morceaux son visage vire au rouge cramoisi à tel point qu'on s'attend à tout instant à le voir exploser, comme celui du culturiste dans la vidéo de leur morceau "Sweatshop".

 

Eurosonic-2012---Nikon-180.JPG

 

Et puis il y a la machine. La fameuse "Machinery" qui donne son titre au dernier album. Depuis le début du concert elle trône derrière le groupe, imposant assemblage de gamelles et de bidons, d'engrenages, de chaines, de contrepoids, et de crémaillères. Une beatbox médiévale à mi-chemin entre un rêve de savant fou et un instrument de torture, qui donne le rythme en actionnant des marteaux pour frapper le métal. Son utilité reste à prouver d'un strict point de vue musical et le groupe ne l'utilise d'ailleurs qu'en une seule occasion... il n'empèche: on ressent un véritable frisson lorsque le batteur quitte ses fûts pour venir actionner les manettes qui déclenchent les rouages de cette incroyable engin. Un moment visuellement très fort et qui reste gravé dans les esprits. Après avoir sorti un des meilleurs albums de 2011, De Staat venait - quelques jours seulement après le début de l'année - de délivrer déjà l'un des meilleurs concerts de 2012.

 


 

 

 

www.destaat.net

MySpace

Achetez l'album de De Staat.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Eurosonic 2012
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 10:57

Le Vindicat est la salle de spectacle d'un centre culturel étudiant. Elle se trouve dans un ensemble d'immeubles édifié après la seconde guerre mondiale sur la Grand Place de Groningen. 2012 sera l'année de son dernier Eurosonic. Ce groupe d'immeubles est en effet promis à la destruction - celle de l'Office de Tourisme contigu a déjà commencé - pour faire place à de nouveaux bâtiments. Juste derrière sera construit le Groninger Forum ( visite virtuelle ici), un gigantesque centre culturel qui surplombera toute la vieille ville et abritera - entre autres - un complexe de salles de cinéma, une bibliothèque, une partie des collections du musée d'art moderne, et les bureaux de la mairie.

 

Eurosonic-2012---Nikon-122.JPG

 

De par sa configuration ( le bar est situé tout à côté de la scène), le Vindicat est reservé généralement aux groupes les plus bruyants du festival. Mauvaise pioche donc pour les délicats allemands de Talking To Turtles, condamnés à s'accommoder du bruit des bouteilles et du brouhaha des conversations. Bien que le duo de Leipzig ( une fille, un garçon) soit venu ce jour-là accompagné d'un bassiste et d'un batteur, leur folk pointilliste ne se départit jamais de son caractère sylvestre, presque incongru dans un cadre si urbain. On y parle de grizzlis, d'hommes dans les arbres, de berceaux branlants, de combats de homards, et l'air y sent bon l'herbe coupée. Les habitants de cette petite maison dans la prairie ont la mine avenante de ceux qui accueillent le voyageur avec un sourire et un café fort. Au centre de la scène, Florian Sivers, courte barbe et bonnet de laine, guitare sèche et harmonica. A sa gauche, Claudia Gohler, lunettes, cheveux blonds, claviers, melodica, accordéon, glockenspiel. Leur musique leur ressemble: simple et chaleureuse, des mélodies à la sève de pin où s'entrecroisent la voix un peu nasale du garçon et celle plus claire de sa compagne. Parfois, les deux se retrouvent pour chanter sur un même micro, lui à la guitare, elle à l'accordéon, et c'est très beau. On pense à des paysages vu dans des films, "Les moissons du ciel" ou "Au delà coule une rivière". Ou bien on ne pense à rien. On a même oublié le bar. Et c'est très bien aussi.

 

Grizzly Hugging by talking to turtles


 

 

Talking To Turtles website

Soundcloud

Bandcamp

Achetez l'album de Talking To Turtles.

 

(photo: Rockomondo)

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Eurosonic 2012
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 13:46

L'émission Rockpalast de la WDR a filmé plusieurs concerts du festival Eurosonic Noorderslag 2012 et en a mis des extraits sur son site. Voici ceux de I Got You On Tape (DK) et de Team Me (N) dont on a déjà parlé ici.

 

I Got You On Tape: "Spinning for the cause (live at Eurosonic 2012)"

 

Team Me: "Weathervanes and chemicals (live at Eurosonic 2012)"

 

D'autres extraits de concerts du festival Eurosonic sont disponibles sur le site de Rockpalast.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Eurosonic 2012
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 17:01

J'avais vu I Got You On Tape pour la première fois au festival Spot en 2005, alors que je ne connaissais encore rien d'eux. Je les avais retrouvés l'année suivante à la Flèche d'Or à Paris, et j'étais très impatient de les revoir en 2012 à Eurosonic, histoire de vérifier comment le groupe avait évolué après huit ans d'existence et quatre albums (Dernier en date: "Church of the real" l'année dernière).

Coup de chance, le festival leur avait attribué la belle salle lambrissée de l'école de musique (Muziekschool) dont les panneaux ouverts derrière la scène découvraient l'orgue majestueux. Décor grandiose, acoustique irréprochable, éclairage soigné (le show était filmé pour la WDR), tout était réuni pour que ce concert soit une réussite.

 

Eurosonic 2012 - Nikon 089

 

Figure principale du groupe au chant et aux claviers, l'impassible Jacob Bellens a toujours l'air d'un hibou ébloui et son jeu de scène se résume à quelques cillements. Ce n'est évidemment pas là qu'il faut chercher son - réel - charisme, mais plutôt dans le mystère de sa voix qui captive et envoûte, une voix légèrement étranglée, imperceptiblement voilée, dont l'absence totale d'effet est inversement proportionnel à l'émotion qu'elle suscite. 

 

Eurosonic 2012 - Nikon 072

 

Derrière, les trois autres musiciens - venus du jazz pour certains et aussi peu démonstratifs que leur chanteur - tissent un hypnotique canevas d'accords mineurs, une trame de mélodies douces-amères posées sur lit de rythmes médiums. La couleur d'ensemble évoque le début des années '80 (The Church, Magazine, The Chameleons, The Passions) mais les arpèges délicats des premiers albums ont disparu pour laisser place à un son plus affirmé où les synthétiseurs occupent un large espace. Et le groupe prend le risque de surprendre en incorporant à ses morceaux les plus récents des guitares funky et même... des rythmes disco ! Pas d'équivoque cependant: I Got You On Tape ne sera jamais Mika ou les Scissors Sisters. Si l'on danse ici, c'est au bord du précipice. L'apport d'éléments festifs vient même, paradoxalement, souligner le caractère irrémédiablement mélancolique de leur musique, comme ces bacchanales désespérées qui précédaient autrefois les grandes catastrophes. Basé principalement sur le répertoire des deux derniers albums, l'irréprochable concert d'Eurosonic aura confirmé avec panache la force insidieuse et le pouvoir d'envoûtement de ces outsiders trop discrets.

 

I Got You On Tape @ Eurosonic, extrait du concert  filmé pour "Rockpalast"

 

I Got You On Tape: "Church of the real"

 


 

 

Facebook

www.myspace.com/igotyouontape

Wikipedia

Discog

Achetez l'album de I Got You On Tape

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Eurosonic 2012
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 01:44

"This is the big music" chantaient les Waterboys au début des années '80, expression rapidement adoptée par la presse pour qualifier leur musique lyrique, romantique et fiévreuse. Trente ans plus tard, la "Big music" est de retour ! Elle a seulement changé de nature se frottant à l'influence d'artistes contemporains comme Sufjan Stevens, Arcade Fire, Animal Collective ou MGMT. De la Scandinavie à l'Espagne, les groupes sont nombreux à s'y coller et les ingrédients sont toujours les mêmes: une solide base pop, le goût des crescendos et des ruptures de rythme, une instrumentation à la fois acoustique et électrique, des chants en choeur, des claquements de mains, des tambourins, un glockenspiel, sans oublier un beat martial et appuyé pour faire décoller le tout. Deux groupes jouaient dans cette catégorie l'après-midi du 12 janvier aux showcases de Plato (le magasin de disques local), les belges School Is Cool et les norvégiens Team Me.

 

 Eurosonic-2012---School-Is-Cool.JPG      

 

Premier à fouler les planches de la mezzanine, School Is Cool est un jeune quintet anversois formé autour du chanteur et compositeur Johannes Genard. Après avoir remporté le Rock Rally, célèbre compétition annuelle de groupes belges, il a autoproduit l'année dernière dernière un ambitieux et très réussi premier album, "Entropology". Les chansons de School Is Cool ont l'évidence d'hymnes sans en avoir les facilités: des épopées au souffle épique et aux arrangements soignés à l'effet galvanisant. Mais c'est l'enthousiasme avec lequel les musiciens les délivrent qui les rend définitivement irrésistibles. Et l'atout précieux de leur tandem batteur-percussionniste au drumming métallique et puissant. En première ligne et quasiment omniprésent dans tout le répertoire du groupe, c'est lui qui le propulse vers les sommets. Sitôt terminé, le set court mais fiévreux de School Is Cool a provoqué une ruée vers les bacs de CDs à la lettre "S". Le lendemain soir, leur concert à Vera - la salle rock du coin - était sold-out.

 

 Eurosonic-2012---Nikon-043.JPG

 

Dans un registre proche, les norvégiens Team Me se montrent tout aussi efficaces. Là encore, un album enthousiasmant ("To the treetops") a déclenché l'année dernière dans leur pays une avalanche de critiques extatiques (six chroniques lui donnant même la note maximale !). L'air fatigué - mines chiffonnées, baillements - durant la mise en place, le groupe est instantanément transfiguré dés que retentissent les premières notes. Là encore, la ferveur avec laquelle ils s'investissent dans leur musique peut difficilement laisser indifférent. Le magasin de disques bondé devient un bateau ivre qui tangue à la houle de ces voix conjuguées et de ces rythmes exaltés avec - en figure de proue et aux claviers - l'incroyable Synne et sa couronne de boucles brunes qui vole la vedette à Marius Hagen, le véritable leader du groupe. Presque sage à Plato à cause du manque de place, elle nous gratifiera le soir dans le cadre rococo du Stadsschouwburg de chorégraphies foldingues à faire passer Isadora Duncan pour le paresseux du zoo de Vincennes. Mais ceci est une autre histoire sur laquelle nous aurons l'occasion de revenir.

 


 

 

 

Deux titres de Team Me à écouter et à télécharger:

 

Team Me - Show Me by Propeller Recordings

Team Me - With My Hands Covering Both of My Eyes I Am Too Scared To Have a Look At You Now by Propeller Recordings


School Is Cool sur Soundcloud

Achetez l'album de School Is Cool.

Achetez l'album de Team Me.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Eurosonic 2012
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 23:44

Après avoir manqué - bien contre mon gré - le jubilé d'argent du festival Eurosonic/Noorderslag en 2011, j'étais bien décidé à rattraper le temps perdu cette année. Parmi les 293 groupes (!) à l'affiche, je n'en connaissais qu'une petite trentaine mais c'était déjà largement suffisant pour occuper quatre soirées, en commencant par les huit qui figuraient dans le top 30 2011 de Rockomondo et que j'étais très impatient de découvrir sur scène.

En un quart de siècle, le festival Eurosonic/ Noorderslag a évolué de manière impressionnante. Ce qui n'était au départ qu'un simple tremplin de groupes locaux (Noorderslag) sur une seule journée est devenu aujourd'hui un évènement majeur du rock Européen, à la fois destiné au professionnels (C'est là que les programmateurs des festivals estivaux viennent faire leur marché) et au grand public (30.000 personnes en 2012, ajoutées aux 3000 professionnels). Depuis trois ans le succès du festival dépasse même les prévisions les plus optimistes:  toutes les places de l'édition 2012 mises en vente sur internet le samedi 18 Novembre à 10 heures du matin avaient disparu dix minutes plus tard ! Pour autant, Eurosonic a su garder taille humaine. Répartis sur une trentaine de scènes en différents lieux du centre ville de Groningen (Théatres, Centre culturels, cinémas, écoles de musique, brasseries, bars, et même cette année, églises) les concerts sont suffisamment nombreux simultanément pour que - en règle générale - les spectateurs n'y soient pas trop compressés. Et pourtant, la journée du mercredi (une nouveauté de cette édition) allait faire exception à cette règle. Avec seulement quatre scènes disponibles, impossible d'éviter la saturation dans les salles, et ceci bien que la grande majorité du public ne soit pas encore arrivée. Pour inaugurer l'évênement, direction De Spieghel, un bar musical où jouent les Norvégiennes Razika.

 

Eurosonic 2012 - Nikon 005

 

Razika, ce sont les anti-Plasticines. Oubliez les effets des mèche et les looks trendy avec ces quatre girls-next-door de Bergen, moyenne d'âge 19 ans. Mis à part la chanteuse en jupe cintrée-chemisier blanc, les autres donnent plutôt dans les slims rapés, les T-shirts noirs et les bombers. Mais avant même qu'on ait pu penser "riot grrrls", les premières notes de musique vient démentir cette impression. Le son de Razika, c'est comme une bulle de malabar: ça fait "Pop" et c'est tout rose. Un festival de ritournelles accrocheuses au fort parfum early-sixties soulignées de guitares aigrelettes, une basse élastique et des rythmes sautillants empruntés au ska, le tout sur des textes chantés alternativement en anglais et en norvégien. Et en prime, histoire de payer son tribut aux anciens, une reprise du beat-group norvégien N°1 des 60's, The Pussycats. Réjouissant, frais, et moins futile qu'il n'y paraît: quelques morceaux plus mélancoliques pourraient indiquer une intéressante direction à suivre dans le futur.

Cette excellente entrée en matière méritait d'être appréciée à sa juste valeur car la suite de la soirée allait tourner court. J'avais fait l'erreur de quitter De Spieghel pour assister au concert de Eins, Zwei Orchestra, duo shoegaze néerlandais dont le premier album "100 colors" avait été abondamment programmé dans Rockomondo l'année passée. Pas de chance, l'heure du spectacle avait été avancée et tout était déjà terminé à mon arrivée. Lorsque je suis revenu à De Spieghel - cette fois pour les finlandais de French Films - une file interminable s'étirait devant la porte. Chances d'entrée - sur la base de un(e) dehors/un(e) dedans - quasiment nulle sachant que De Spieghel possède deux scènes, une au rez-de-chausée et une à l'étage, et que le public passe de l'une à l'autre sans jamais sortir. Mais j'étais de toute façon cassé par 600 km de route. J'ai terminé la soirée en grignotant des fricandelles devant de vieux épisodes de "Sauvés par le gong" avant d'aller me coucher. Les choses sérieuses commençaient le lendemain et mieux valait être reposé.

 

 

Razika sur Soundcloud: http://soundcloud.com/Razika

Critique de l'album "Program 91" (en anglais): http://pitchfork.com/reviews/albums/15730-program-91

Achetez l'album de Razika.

(Photo: Rockomondo)

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Eurosonic 2012
commenter cet article
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 15:30

ESNS LOGO 2012

 

Le festival Eurosonic Noorderslag 2012 aura lieu les 11, 12, 13 et 14 janvier prochains à Groningen (Pays-Bas). Pour Rockomondo - et malgré le succés rencontré depuis trois ou quatre ans qui les dépasse un peu -, c'est le festival idéal, avec des concerts dans des petites salles chaleureuses où l'on est proches des artistes et de leur musique. Festival d' "artistes émergents", sans têtes d'affiche, il y a toujours beaucoup à découvrir à Eurosonic mais cette année le programme à pris des airs de playlist idéale de Rockomondo avec de nombreux groupes et artistes qui passent déjà dans l'émission comme Awkward I (NL) Blaudzun (NL) French Films (FIN) Honey For Petzi (CH) I Am Oak (NL) I Got You On Tape (DK) Iceage (DK) Mirel Wagner (FIN) Noiserv (P) Old Jerusalem (P) Pinkunoizu (DK) Roosbeef (NL) School Is Cool (B) Talking To Turtles (D) Team Me (N) The Black Atlantic (NL) The Kik (NL) Thulebasen (DK) When Saints Go Machine (DK) Za! (E), sans oublier nos rémois de The Bewitched Hands (F). Autant dire qu'il faudra être réactif lors de la mise en vente des billets le 26 novembre à 10h00 sur www.ticketservice.nl. L'année dernière, ils s'étaient vendus en moins de quelques minutes !

 

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Eurosonic 2012
commenter cet article
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 13:41

Certains d'entre vous se rapellent peut-être des Danois Figurines: leur album "Skeleton" avait été très bien accueilli par la critique lors de sa sortie en France en 2006 (voir Popnews, Pop-rock.com. TheFake, etc...) Le groupe a continué par la suite à enregistrer d'excellents disques sans connaître malheureusement les honneurs d'une parution française. Au début d'une tournée européenne qui s'arrêtera le 22 septembre à Lille (La Péniche) et le 23 septembre à Paris (La Flèche d'Or), les Figurines offrent un EP cinq titres enregistré live à Copenhague qui permettra à tous ceux qui les avaient oubliés de remettre les pendules à l'heure. Le son est brut de décoffrage, mais la musique tout aussi enthousiasmante qu'il y a cinq ans.

 

 

Figurines: "Five songs recorded live at Vega, Copenhagen" (Free download)

 

Rockomondo est arrivé sur Facebook ! Merci d'aller mettre "J'aime" sur sa page. On est jamais trop aimé ;)

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article