Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

11 décembre 2006 1 11 /12 /décembre /2006 23:08

Au fur et à mesure que la date fatidique approchait, vous commenciez à souffler un peu, à vous sentir un peu plus détendu. Peut-être après tout avait-il oublié... Ou bien il avait d'autres choses plus intéressantes à publier.... Mais non ! C'était se réjouir trop vite ! Les revoilà, on ne peut pas y échapper, elles vous rattraperont quoi que vous fassiez:  LES CHANSONS DE NOËL DE ROCKOMONDO !!!

Ceci dit, pas de raison de se plaindre: la première d'entre elle est plutôt sympathique puisque signée par Hello Saferide, alias Annika Norlin, dont on avait déjà parlé ici il y a quelque temps. Quelques jours après avoir reçu son très agréable premier album ("Introducing: Hello Saferide"), voilà que je tombe sur cette petite mp3, tirée d'une compilation de saison que vient de sortir son label, Razzia Records. Juste ce qui me fallait pour patienter en attendant de voir la belle sur scène au prochain festival Eurosonic (on en reparle bientôt).

HELLO SAFERIDE : "iPod X-mas" (extrait de "Oh no... it's Christmas ! Vol. 1")

Visitez la page MySpace de Hello Saferide.

Achetez les disques de Hello Saferide. 

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
10 décembre 2006 7 10 /12 /décembre /2006 11:59
 

Après Pascal hier, on reste chez les primitifs, juste le temps de vous signaler  que les danois Fallen Men - dont je vous avais délà parlé ici et - viennent de sortir leur premier album joliment intitulé "Fuck off !". Unique concession à la modernité, le disque sortira bien sous forme de CD en plus de la version vinyle. Inutile bien sûr d'espérer des titres bonus. Ils n'ont même pas mis le track-listing sur les inserts du boitier ! Pour le reste, instruments et amplification vintage, son mono de rigueur et photos analogiques: Fallen Men tels qu'en eux même ! C'est aussi pour ça qu'on les aime.

Le groupe reviendra tourner en France en Mars 2007. Car Fallen Men est avant tout un groupe de scène. Pour vous y préparer, commandez le disque ici .

Bien entendu, pas de mp3's à vous proposer: s'il y a une chose que Fallen Men détestent encore plus que les CD's, ce sont les mp3's. Vous en trouverez cependant une sur cette ancienne page, ainsi qu'un réjouissant petit film live ici.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
9 décembre 2006 6 09 /12 /décembre /2006 15:17

Lester Bangs aurait sans doute adoré Pascal. Tout à fait le genre de truc qui excitait sa plume: bien cru, bien primitif, bien brut de décoffrage. Et rock n'roll pour sûr. Car Pascal a beau ne pas jouer bien vite, c'est quand même de ça dont il s'agit. Un son caverneux à souhait, un écho à couper au couteau, des vocaux captés par un micro gagné dans une baraque foraine: on dirait The Jesus & Mary Chain à leurs débuts enregistrés par un Phil Spector trash. Et pour tout arranger, ça chante en suédois. Ecoutez plutôt leur version live from the crypt du "Hungry heart" de Bruce Springsteen. De quoi faire se retourner le boss dans sa tombe (Quoi ? Il est toujours vivant ? Oops, désolé...)

 (photo: Stina Kättlng)

Au fait, Pascal ce n'est pas seulement le type qui regarde l'objectif sur la photo. C'est un groupe. Les deux filles derrière en font partie aussi.

PASCAL : "Hungrigt hjärta" (démo, 2004)

PASCAL : "Förbi fabriken" (démo, 2004)

PASCAL : "Jonnie" (extrait de l'album "Förbi Fabriken", 2006)

PASCAL : "Sjuk" (fichier MySpace. Cliquez une fois à gauche pour télécharger)

PASCAL : "Kom inte till mig" (idem)

PASCAL : "Do inte nu" (idem)

Visitez la page MySpace de Pascal.

Achetez les disques de Pascal.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 11:01

Les Français sont décidément bien ingrats. Pour preuve, les Truffauts, un quatuor de Nüremberg qui ne cesse de clamer son amour pour la France et la culture française et se voit bien mal payé de retour: leurs disques ne sortent pas chez nous et le groupe a toutes les peines du monde à tourner de ce coté-ci du Rhin. Pourtant, depuis leurs débuts au milieu des années 80, les Truffauts ne cessent de multiplier les clins d'oeil en direction de notre pays. A commencer par le nom du groupe bien sûr, mais aussi les pseudonymes employés par les musiciens (Jean-Jacques Boucher, Ronald Chateauroux, Fred Batteur, Olivier Durange, il y eut aussi au fil des années André de la Cour, Armand Couronnier et Stéphanie Léon), jusqu'au titre de leur 1er album "Fanny" (1987), hommage à Fanny Ardent dont les jambes - empruntées à l'affiche de "L'homme qui aimait les femmes" - ornaient la pochette. Et puis il y a aussi toutes ces références francophiles ("Billy-Ze-Kick", "Le Mépris") et toutes ces chansons chantées en français qui parsèment leur discographie: neuf albums au total dont le récent "Tous les dimanches". Contrairement à la plupart des groupes étrangers qui choisissent de s'exprimer en français, les Truffauts ne donnent pas dans la bossa, la chanson douce ou l'électro. Leur truc à eux, c'est le rock n' roll. Un rock élégant et racé comme il ne s'en fait plus beaucoup de nos jours. Pour rester dans les références francaises, imaginez un croisement entre les Thugs et les Dogs, et vous ne serez pas loin de la vérité. Du moins sur leurs premiers albums, car à partir de l'excellent "Catholics and coffeebreaks" (1994), Les Truffauts diversifient leur inspiration pour adopter une touche plus légère et plus pop, proche des Modern Lovers (le chant élastique de J.J. Boucher évoque souvent celui de Jonathan Richman) ou de Jazzbutcher (difficile de ne pas songer à "La mer" en écoutant les délicieuses élucubrations de "L'histoire des moutons"). C'est à cette époque - le milieu des années 90 - que le groupe est à son apogée créatrice.  "Catholics..." aligne pas moins de vingt morceaux pour 70 minutes de musique sans aucun déchet. Et l'année suivante, les bavarois enregistrent encore une quinzaine de titres tout aussi réussis. Inexplicablement, ces bandes de 1995  ne trouveront aucun preneur et ne sortiront que deux ans plus tard sous le titre "Tranquilizer (The lost tapes)". Si vous ne deviez posséder que deux albums des Truffauts, choisissez ceux-là, vous aurez peu de chance d'être déçus. Mais tous leurs disques sont recommandables et le très réussi "Are things OK now ?" , à l'emballage aussi classe que le contenu, prouvait en 2003 que le groupe était loin d'avoir tiré ses dernières cartouches.

Pour des raisons techniques (et - comme on dit - indépendantes de notre volonté), les titres qui vous sont proposés ici sont en mp3 (très) basse qualité. Leur son n'a évidemment rien à voir avec celui qui figure sur les CDs.

THE TRUFFAUTS : "No matter of taste" (extrait de "Flowers on your stomach", 1990)

THE TRUFFAUTS : "L'histoire des moutons" (extrait de "Catholics & Coffebreaks, 1994)

THE TRUFFAUTS : "Just because" (extrait de "Tranquilizer (the lost tapes)", 1995-1997)

THE TRUFFAUTS : "Your hands" (extrait de "...In Candyland", 2000)

THE TRUFFAUTS : "Good advice" (extrait de "Are you OK now ?", 2003)

(Avec l'aimable autorisation des Truffauts).

Visitez la page MySpace des Truffauts.

Achetez les disques des Truffauts.

Cette page est dédiée à Claude Jade.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Allemagne
commenter cet article
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 20:16

Ce soir, "Special Espagne" pendant deux heures. Au programme, dans l'ordre de diffusion: Sibyl Vane: "Mientra Dura", Euro-Trash Girl: "So what about you", Underwater Tea Party: "The untold story about Mary and Nick", 69 Million Inches: "Night prayer", Grupo Salvaje: "A disapointed man", Manta Ray: "No tropieces", El Columpio Asesino: "El regreso del evangelista", Limousine: "Laura", Maga: "Darde y Alicia", Ya Te Digo: "Bad blood", La Buena Vida: "De nueva en la ciudad", Nestor Mir (M) : "Sans ton regard", The Secret Society: "Passenger", The Grave Yacht Club: "Hangin' of you", Beef: "C'mon Rajoy", It's Not Not: "Say more! Say more!", Half-Foot Outside: "Uniform", Lori Meyers: "El appendiz", La Busqueda: "Paisajes olvidados", Senor Mostaza: "Momento garci", Caballero Reynaldo: "Bungle in the jungle", Doctor Divago: "Con tanto amor", 6 PM: "Vista", Fantasma #3: "Todo puede ser", Emma Get Wild: "Worst intentions", Pauline En La Playa: "Lo que mejor se me da", El Hijo: "Una larga cuesta abajo", 12Twelve: "Professor Ali".

Au programme de Rockomondo ce soir: El Columpio Asesino.

 The lunatics have taken over the asylum (photo: Alfredo Arias)

EL COLUMPIO ASESINO : "Lucas 44-48" (extrait de "De mi sangre a tus cuchillas", 2006)

EL COLUMPIO ASESINO : "Vamos" (extrait de "El Columpio Asesino", 2003)

Ecoutez Rockomondo on line à partir de 21h00 en cliquant ici (Winamp ou Macamp requis).

Achetez les disques d'El Columpio Asesino.

Merci à Astro discos pour les morceaux d'El Columpio Asesino.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans rockomondo
commenter cet article
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 17:10

C'est demain que commencent les Transmusicales 2006. Pour les heureux veinards qui vont faire le déplacement, le jeu consiste à aller voir des artistes dont on ne connaît rien et à espérer les (bonnes) surprises. Au rayon rockomondesque on notera la présence de Peter von Poehl (S), un peu convenu: il habite la France et tourne souvent par ici. I'm From Barcelona, découverte des blogs récupérée par une major. L'album est juste sympa mais 29 personnes sur scène - si le groupe est au complet - devraient mettre une certaine ambiance, Serena Maneesh, les norvégiens très noisy déjà remarqués le mois dernier à Paris et qui divisent l'opinion: maximum rock n'roll ou fumisterie ? Personnellement ca me plaît bien, mais à éviter quand même un soir de mal au crâne. Montevideo, des belges soutenus par Ghinzu. Malgré des dizaines d'artistes plus talentueux en Belgique, il y a tout un buzz autour d'eux, pas vraiment justifié à mon avis. Et aussi les néerlandais Stuurbard Bakkebaard, sévèrement givrés et qui pourraient bien se révèler la bonne pioche de cette sélection. Notre coup de coeur ira cependant à l'Argentine Juana Molina, ex-star de la télé (elle jouait dans un feuilleton très populaire dans son pays) et qui s'est inventé depuis une deuxième vie de chanteuse folk. Quatre albums sont déjà parus dont les deux derniers ("Tres cosas", 2004 et "Son", 2006) ont reçu un accueil critique enthousiaste et justifié. Sur scène comme sur disque, Juana Molina se produit seule, en utilisant des boucles sonores superposées, à la façon d'un Joseph Arthur (le premier que j'ai vu utiliser cette technique). Et sa musique se passe de commentaire. Chut, écoutez...

 (photo: www.stereogum.com with thanks)

JUANA MOLINA : "Micael" (extrait de "Son", 2006)

JUANA MOLINA : "Malherido" (extrait de "Son", 2006)

JUANA MOLINA : "No seas antipatica" (extrait de "Son", 2006)

JUANA MOLINA : "No es tan cierto" (extrait de "Tres cosas", 2002)

JUANA MOLINA : "Tres cosas" (extrait de "Tres Cosas", 2002)

JUANA MOLINA : "El desconfiado" (extrait de "Segundo", 2001)

Juana Molina se produira aux Transmusicales de Rennes le samedi 9 décembre à 16h30 (Salle de la Cité)

Visitez sa page MySpace.

Achetez les disques de Juana Molina.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Divers
commenter cet article
4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 20:29

Et vous prononcez ça comment ? Euh, si je le savais, je vous le dirai, juré. Röövel Ööbik ("Rossignol voleur", ça je sais...) est un des plus anciens groupes estoniens actuellement en activité. Formé en 1987, à l'époque où les Pays Baltes étaient encore sous domination soviétique, il détonnait dans la scène musicale estonienne de l'époque avec sa noisy-pop sous haute influence Anglo-Saxonne. C'est finalement le label finlandais Stupido - Helsinki n'est qu'à quelques brasses de Tallin - qui sort leur premier album "Popsubterranea" en 1992, suivi peu de temps après par l'enregistrement d'une Peel Session, la seule jamais réalisée par un groupe estonien. Après la chute du rideau de fer, le groupe s'ouvre à d'autres influences - jazz, électro, drums n' bass - qui fournissent la base de leur second album "Psychikosmos" (1994). Pour intéressantes qu'elles soient, ces nouvelles voies se réduisent bientôt en une seule: l'électro. Rebaptisés Una Bomba, les ex-musiciens de Röövel Ööbik se consacrent alors à ce style musical pendant plus de dix ans, laissant deux albums au passage. Ce n'est qu'en décembre 2005 qu'ils rebranchent leurs guitares et retrouvent leur nom d'origine, reprenant les choses à l'endroit exact où ils les avaient laissées en 1994. Bon timing ! Justement le style "Shoegazer" revenait à la mode et avec sa musique venue tout droit du début des années 90, Röövel Ööbik n'eût aucun mal à paraître dans le coup. L'album s'appelle "Supersymmetry" et pour un groupe dévoué pendant une décennie à la cause électro, ça rocke plutôt pas mal.   

 (photo: Laura Kallasvee )

RÖÖVEL ÖÖBIK : "Contact" (extrait de "Supersymmetry")

RÖÖVEL ÖÖBIK : "Kid's stuff" (fichier MySpace. Cliquez à gauche pour télécharger)

RÖÖVEL ÖÖBIK : "Circushead" (fichier MySpace)

Voyez aussi la page MySpace de Röövel Ööbik.

Achetez les disques de Röövel Ööbik.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Estonie
commenter cet article
3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 19:23

A l'heure où j'écris ces lignes, Neoangin doit être en train de mettre le feu à l'Espace EOF à Paris et je suis bien déçu de ne pas y être. Neoangin, c'est le one-man band du berlinois Jim Avignon, auteur d'une réjouissante collection de comptines électro-pop et naives qu'il tire d'un vieux synthé Yamaha. Le plus souvent Jim Avignon les joue sur scène affublé d'un masque d'animal en carton et devant une de ses peintures exécutée avant le concert. Car en plus d'être musicien, Jim Avignon est aussi et surtout un peintre reconnu internationalement, dont le graphisme dynamique et coloré s'inspire des comics, de l'expressionisme, du pop-art, des graffitis et des jeux vidéos. Autoproclamé "Peintre le plus rapide au monde" et inventeur du "Cheap art", Jim Avignon est réputé pour sa production pléthorique, ses coups médiatiques (sa première expo où les 800 oeuvres étaient proposées gratuitement au public) et ses tarifs façon "Robin des Bois" qui peuvent fixer le prix d'une même toile à 150 ou 15.000 euros suivant qu'elle est achetée par un particulier ou par une entreprise. Même si comme moi vous avez loupé son concert, il vous reste (si vous habitez la région parisienne) la possibilité d'aller voir les oeuvres de Jim Avignon, présentées dans le cadre de la première édition de Graphic Session. Une manifestation qui réunit - dixit Libé - une quarantaine d'artistes au carrefour de l'art contemporain, de l'illustration, de la bande dessinée et du graphisme (Kiki Picasso, Pierre La Police, Placid et Muzo, Blex Bolex, les Frères Guesdin, entre autres). Ca dure jusqu'au 16 décembre à l'espace EOF, 15 rue Saint-Fiacre 75002 Paris) et ça mérite le déplacement.

Les morceaux proposés ici sont extraits de "Gonki", album né d'une collaboration entre Jim Avignon et le russe Psoy Korolenko. Psoy Korolenko est un moscovite qui mène une double vie d'intellectuel, de linguiste reconnu et de prof d'université le jour, et de poète, songwriter et performer la nuit. Il est l'auteur et le chanteur de ces morceaux mis en musique et arrangés par Jim Avignon.

NEOANGIN/ PSOY KOROLENKO : "Mon mec" (adaptation libre de "Mon mec à moi" de Patricia Kaas)

NEOANGIN/ PSOY KOROLENKO : "PiZZa""

NEOANGIN/ PSOY KOROLENKO : "Bapapm Bapapm"

NEOANGIN/ PSOY KOROLENKO : "Pif Pif (part2)"

NEOANGIN/ PSOY KOROLENKO : "Refrain 2"

NEOANGIN/ PSOY KOROLENKO : "Mayakovsky"

Et en cadeau-bonus, Psoy Korolenko tout seul avec son hallucinante version de "PiZZa" a capella:

PSOY KOROLENKO : "PiZZa" (live)

Achetez les disques de Neoangin.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Allemagne
commenter cet article
30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 01:08

Ca devrait donner ça: Paris (S): "Another saturday night", Roman Fischer (D): "I can use you", Avocado Club (D): "Too much space to walk away", Underwater Tea Party (E): "Holophonor", El Hijo (E): "Ultimamente", Sibyl Vane (E): "Turismo de interior", El Columpio Asesino (E): "Sintetizadores sobre motos y guitaras", Ghost Trucker (NL): "Lost in space", Bauer (NL): "At the door", Alamo Race Track (NL): "The Northern territory", Album du Mois: Thomas Dybdahl (N): "Dice", Helder (B): "On a saturday night", Mrs Hyde (B): "Alone", A Brand (B): "''Till death", The Vineyards (N): "So this is my room, then", Motorpsycho (N): "Coalmine pony", Röövel Ööbik (EST): "Full throttle", Retromondo '96: Larry and The Lefthanded (FIN): "Give me out" , Retromondo 2001: Amstrong (DK): "Cold running river" - Coup de projecteur sur... Tuomari Nurmio (FIN): "Oï mutsi mutsi" "Levoton lapsi" "El kukaan" The Barnhill Boys: "A little hippie party", "Lahjoita luoja lahtusi nyt" Tuomari Nurmio & Alamaailmen Vasarat: "Hoyh jan maailmanmestary", L'intrus du jour: The Pernice Brothers (USA): "High as a kite", Outro: Coem (B): "Mountain in sea" 

Ils étaient au programme de Rockomondo ce soir: Ghost trucker (NL).

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans rockomondo
commenter cet article
29 novembre 2006 3 29 /11 /novembre /2006 20:24

Quelle bonne idée j'ai eu hier d'aller sur MySpace pour voir si les Chitlin' Fooks y avaient ouvert une page. Je n'ai rien trouvé les concernant, mais je suis tombé par contre sur celle d'Helder, un gantois presque trentenaire qui joue du banjo et de la mandoline chez Chitlin' Fooks, de la guitare chez Sukilove, et qui fait également de la musique sous son propre nom (ou plutôt son prénom puisqu'il s'appelle en réalité Helder Deploige). On peut penser ce qu'on veut de MySpace, mais un site qui permet de faire des découvertes de ce calibre, ce n'est quand même pas rien. Car la pop maligne d'Helder est tout simplement enthousiasmante. Elle me rappelle les premiers disques d'un des mes groupes préféré toutes catégories, les Mommyheads de San Francisco. Soit, je veux bien admettre que la référence est un peu obscure, mais pour moi - comme disait l'autre - ça veut dire beaucoup. Helder a déjà sorti deux albums ("The king lost his crown" en 2003 et "The ceiling is not the sky" cette année) où il joue de tous les instruments. Goûtez aux trois apéricubes proposés ici avant de cliquer, comme moi, sur la dernière ligne de cette page.

 (photo: Tim Broddin)

HELDER : "On a saturday night" (extrait de "The ceiling is not the sky", 2006. C'est l'excellent Steven de Bruyn - El Fish / The Rhythm Junks - qui souffle dans l'harmonica)

HELDER : "Zeppelin" (Chanson pour enfants traditionnelle flamande)

HELDER : "The king lost his crown" (extrait de "The king lost...", 2003)

Visitez aussi le site internet d'Helder.

Achetez les albums d'Helder.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Belgique
commenter cet article