Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 16:58

Nordic Notes est un nouveau label allemand qui, comme son nom l'indique, s'intéresse exclusivement aux artistes du nord de l'Europe. C'est grâce à lui que je viens de découvrir les islandais de Úlpa. Né avec le nouveau millénaire dans un faubourg de Reykjavik, ce quatuor s'était déjà fait remarquer en 2001 avec la sortie de son premier album "Mea Culpa", bien accueilli à l'époque par la critique locale. Après quatre ans de silence, c'est à la fin de l'année dernière qu'il est réapparu avec  "Attempted flight by winged men", le disque que vient de sortir Nordic Notes en Allemagne. Souvent comparée à celle de Radiohead, de Mogwai ou de Trans-Am, la musique de Úlpa m'évoque aussi - et beaucoup - le début des années quatre-vingts, Magazine, les premiers Cure (la combinaison basse-guitare), Joy Division ou des groupes post-punk européens comme The Names (B). En dépit de ces influences évidentes, Úlpa n'en conserve pas moins un son qui lui est propre et qui n'a pas beaucoup d'équivalent dans le rock contemporain. Avec ce très bon album, il se pourrait bien qu'ils se retrouvent dans la rubrique "Disque du mois" de Rockomondo (l'émission) d'ici peu.

 (photo: Matti)

ÚLPA : "Girl" (extrait de "Attempted flight by winged men")

ÚLPA : "Dinzl" (extrait de "Mea Culpa")

ÚLPA : "Sveifler" (premières démos, 1999)

ÚLPA : "Sunshine dance" (premières démos, 1999)

Achetez le nouvel album de Úlpa.

Et visitez leur page MySpace (un bel instrumental à télécharger). 

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Islande
commenter cet article
2 novembre 2006 4 02 /11 /novembre /2006 20:10

Ce soir, Rockomondo est à la radio (92.4 mhz, région de Reims), ou bien sur le net en cliquant ici (Winamp ou Macamp requis) à partir de 21h00 (9 pm) et jusque 23h00 (11 pm, heure de Paris). Au programme dans l'ordre de diffusion: C.S.S (BR) SCHTIMM (N) SEBASTIAN WALDEJER (N) HELL ON WHEELS (S) HERMAN DÜNE (S-F) DAVID & THE CITIZENS (S) CLAY ALLISON (S) ULPA (IS) HAFDIS HULD (IS) KIMONO (IS) THOMAS DYBDAHL (N) UNDERWATER TEA PARTY (E) LA BUSQUEDA (E) 69 MILLION INCHES (E) THE FLAMING SIDEBURNS (FIN) SOUL TATTOO (FIN) JOLLY JUMPERS (FIN) THAU (DK) SR. CHINARRO (E) une séquence (5 morceaux) consacrée à ZOP HOPOP (B) I GOT YOU ON TAPE (DK) RHONDA HARRIS (DK) GARRETT WALL (IRL).

La fin du programme est sujette à modifications, suivant que je serai à la bourre ou pas (je suis TOUJOURS à la bourre...).

 

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans rockomondo
commenter cet article
1 novembre 2006 3 01 /11 /novembre /2006 09:16

Lorsqu'en juin dernier j'ai vu arriver Frida Hyvönen sur la scène de l'Aros, le très chic musée d'art contemporain d'Aarhus, j'ai tout d'abord cru que je m'étais trompé de concert. Alors que j'attendais une néo-baba un peu foldingue telle qu'elle apparaissait sur son site internet, voilà que j'avais devant moi une jeune fille BCBG au look d'executive-woman: coupe au carré, chemisier blanc, pantalon de flanelle grise. Rien de gênant s'il n'y avait eu aussi l'attitude de la demoiselle: un manque flagrant de naturel et une familiarité factice avec le public, le tout renforcé par une mise en scène un peu trop apprêtée, comme ce verre de vin, cette grappe de raisin (en juin !) et ce paquet de Marlboros négligemment posés sur le Steinway auxquels la suédoise faisait honneur entre chaque morceau. A l'heure où j'écris ces lignes, je ne sais toujours pas si Frida Hyvönen se la pête un peu ou si tous ces artifices ne servent en fait qu'à dissimuler un véritable trac et une bonne dose de timidité. Laissons lui le bénéfice du doute, d'autant plus que sa musique, elle, n'appelle aucune sorte de critique. Il est rare de voir pour la première fois sur scène un(e) artiste dont on ne connait rien, et d'avoir instantanément l'impression d'être familier avec sa musique, que ses chansons ont toujours fait partie de votre vie. Frida Hyvönen est de cette précieuse catégorie. Avec une étonnante économie de moyens (simplement sa voix et son piano), elle vous envoie ses chansons comme autant de banderilles dont on ne peut plus jamais se débarasser. The Concretes ne s'y sont pas trompés en signant Frida Hyvönen sur leur label Licking Fingers où son premier album est sorti il y a un peu plus d'un an. Sa récente ré-édition chez les américains de Secretly Canadian va permettre enfin de pouvoir se le procurer plus facilement. J'ai déjà passé ma commande..

 (photo: Frans Hällvquist)

FRIDA HYVÖNEN : "Drive my friend"

FRIDA HYVÖNEN : "You never got me right"

FRIDA HYVÖNEN : "DJuna !"

FRIDA HYVÖNEN : "Drive my friend" (vidéo-clip)

Frida Hyvönen sera en concert à Paris le 12 décembre (Divan du Monde)

Achetez l'album de Frida Hyvönen.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
31 octobre 2006 2 31 /10 /octobre /2006 22:47

Je suis souvent agaçé par les commentaires condescendants qui accompagnent régulièrement chaque nouvelle parution de Bettie Serveert. A croire que le groupe n'a réussi qu'un seul et unique album, le premier, "Palomine" en 1992. Et pourtant, difficile de faire une mauvaise pioche dans la discographie du groupe d'Arnheim. Il y a évidemment des hauts et des bas, des albums meilleurs que d'autres (quel groupe n'en fait pas ?), mais aucun véritable ratage. Qu'il s'agisse de "Lamprey" (1995), dans le même registre que "Palomine" et au moins aussi réussi, du très pop "Dust Bunnies" (1997) avec ses chansons courtes et accrocheuses, du lyrique "Private suit" (2000) et ses envolées de guitare flamboyante, de "Log 22" (2003), album-patchwork, une sorte de "best of..." composé uniquement de nouveaux morceaux, ou du plus récent "Attagirl" (2004), tout est bon, rien à jeter. Comme Yo La Tengo aux Etats-Unis, Bettie Serveert est un groupe qui a su vieillir avec grâce. Ils en apportent une nouvelle fois la preuve avec leur toute dernière livraison "Bare stripped naked", une collection de chansons intimistes et semi-acoustiques dont l'idée leur a été inspirée par leurs fans. Si ce bel exercice risque de frustrer les amateurs du jeu de guitare de Peter Visser (un véritable styliste qui conjugue l'acid-rock californien aux volutes tourbillonnantes d'un Tom Verlaine et à la précision clinique des guitaristes nordiques), il met par contre en valeur le chant légèrement voilé de Carol van Dijk, que le refus total d'effet ne rend que plus touchant. Lorsqu'il vient servir un morceau du calibre de "Road movie", en ouverture de l'album, on se dit que le groupe vient simplement d'ajouter un nouveau classique à son répertoire. Et pour ceux qui en voudraient encore plus, un DVD vient compléter brillamment cet achat déjà très recommandable avec un concert dans la même veine chaleureuse et laid-back que l'album, enregistré à l'Ancienne Belgique de Bruxelles

Sinon, à part ça, pas terrible le nouveau Bettie Serveert... toujours pareil... gna-gna-gna... gna-gna-gna...

 (photo: www.razziphoto.com )

Début octobre, Bettie Serveert a fêté ses quinze ans d'existence au mythique Paradiso d'Amsterdam. Un concert exceptionnel qui leur a permis notamment de retrouver pour quelques morceaux leur batteur d'origine, Berend Dubbe (Bauer).

BETTIE SERVEERT : "Painted word"

BETTIE SERVEERT : "What they call love"

BETTIE SERVEERT : "Love and learn"

A lire: une interview (en anglais) sur le nouvel album.

A écouter et regarder: une interview où Carol et Peter reviennent sur leur discographie.

Achetez les disques de Bettie Serveert

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Pays-Bas
commenter cet article
30 octobre 2006 1 30 /10 /octobre /2006 17:55

Aïe, méfions-nous ! La dernière fois qu'une chanteuse à cheveux rouge nous est arrivée du Bénélux, la pauvre chérie était persuadée de faire de la soul-music, et personne n'avait eu à coeur de la contredire. On en subit encore les conséquences... Heureusement, les goûts de Roos Rebergen se portent plutôt vers Rufus Wainwright, Lucinda Williams et Anthony & The Johnsons, ce qui n'est pas pour nous déplaire. Après avoir brillamment remporté le "Grote Prijs van Nederland" en 2005 dans la catégorie "Singer-songwriter", la jeune hollandaise vient d'être sélectionnée parmi les cinq groupes et artistes qui représenteront les Pays-Bas au CMJ Music Marathon de New-York. Pas mal pour une formation ("Roosbeef") qui n'a sorti pour l'instant qu'un seul EP autoproduit. Lorsque les musiciens qui la composent auront compris qu'une musique telle que celle-ci mérite un habillage bien plus subtil, la partie sera gagnée. Rien n'est perdu: après tout Roos Rebergen n'est agée que de... 17 ans.

(Chais pas ce qui se passe, je me sens comme un méchant coup de vieux tout d'un coup...).

 (photo: Hans van Veluwen)

ROOSBEEF : "I Choose"

ROOSBEEF : "Chickie chickie"

ROOSBEEF : "De bouwvakkers"

Visitez aussi la page MySpace de Roosbeef.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Pays-Bas
commenter cet article
29 octobre 2006 7 29 /10 /octobre /2006 10:38

Entre Pål Jackman et Silje Salomonsen - dont on parlait ici-même hier - il existe plus d'un point commun. Tous deux sont originaires de Stavanger, le premier à fait tourner la seconde dans l'un de ses courts-métrages ('"Benny"), ils ont participé en tant qu'acteurs à un même film (Monster Thursday), et enfin Pål Jackman s'illustre lui aussi dans le domaine de la musique. Au milieu des années 90, il a été l'un des premiers, avec son groupe Wunderkammer, à teinter son rock de folklore des Balkans, de musiques tziganes d'Europe centrale, et de Klezmer. Avec des musiciens venus d'horizons les plus divers (rock, jazz, musique expérimentale) et une riche instrumentation (contrebasse, violon, violoncelle, accordéon, tuba, scie musicale) les deux albums de Wunderkammer ("Wunderkammer" en 1999 et "Today I cannot hear music" en 2002) méritent toujours qu'on se donne un peu de mal pour mettre la main dessus. Tant qu'on y est, on pourra faire de même pour le nouveau projet du norvégien baptisé en toute modestie "Jackman" (son frère Morten est aussi de la partie). Tout le contraire de Wunderkammer: une formule minimale (guitare, contrebasse, batterie) et, sur disque, un minimum de prises enregistrées "live" pour conserver le maximum de spontanéité. L'album est sorti récemment (CCAP), on y trouve une version très inattendue ( et réussie) du "Making Time" de The Creation, et on soupçonne que tout ceci doit être encore bien meilleur sur scène.

JACKMAN : "Funk descending" (extrait de "Jackman", 2006)

JACKMAN : "Stupid shoes" (idem)

JACKMAN : "Du e drit" (idem)

(Pas les meilleures chansons de l'album, dommage...)

Achetez l'album de Jackman.

Visitez aussi sa page MySpace.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Norvège
commenter cet article
28 octobre 2006 6 28 /10 /octobre /2006 10:22

Les heureux possesseurs du nouvel album de Thomas Dybdahl "Science" auront sans doute remarqué la voix fémininine qui apparaît sur pratiquement tous les morceaux et qu'on pouvait entendre également sur les deux précédents albums du norvégien. Cette voix, c'est celle de Silje Salomonsen. 28 ans, originaire de Stavanger. C'est principalement en tant qu'actrice qu'elle s'est fait connaître en Norvège, dans de nombreux courts et quelques longs métrages (Jonny Vang, Mongoland, Monster Thursday) et surtout à la télévision avec la série "U".  Dans la domaine de la musique, outre sa participation aux albums de Dybdahl, elle chante et joue du violon et du violoncelle avec deux groupes: Bright Paper Werewolves et The Substitutes. Bien que tous deux soient en sommeil actuellement (leur dernière actualité date de fin 2005), ils ne semblent pas séparés pour autant et on guettera donc un possible réveil en écoutant les (bonnes) chansons disponibles sur leurs sites internet respectifs.

 (The Substitutes)

BRIGHT PAPER WEREWOLVES : "Hope to join the fun"

BRIGHT PAPER WEREWOLVES : "Now that it's here"

BRIGHT PAPER WEREWOLVES : "Atom eyes" (reprise de Guided By Voices)

THE SUBSTITUTES : "Frank" (extrait de "Lighten the shadows EP", 2003)

THE SUBSTITUTES : "Count the frowns" (idem)

THE SUBSTITUTES : "Fake factorial 5" (extrait de "We didn't start the fire... Billy Joel did", 2001)

THE SUBSTITUTES : "Rock n' roll anthem" (idem)

On trouve d'autres morceaux (nombreux) aussi bien sur les sites des deux groupes que sur leurs pages MySpace (ici pour les Substitutes, pour Bright Paper Werewolves)

Aucun disque des Bright Paper Werewolves ou des Substitutes ne semble disponible pour le moment. Leur label Out Of Tune(s) records a fermé sa page de vente en ligne.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Norvège
commenter cet article
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 09:21

Ce soir Rockomondo est à la radio. Ecoutez l'émission de 21h00 à 23h00 (heure de Paris) en cliquant ici (Winamp ou Macamp requis). Au programme les Danois I Got You On Tape (bientôt à Paris), Oh No Ono, et le nouvel album de Rhonda Harris, les norvégiens Schtimm (nouvel album) et Thomas Dybdahl, les hollandais Bettie Serveert, Paulusma (l'ex-chanteur de Daryll-Ann) et King Me (un morceau de l'album à paraître en janvier prochain). Egalement quelques belges et une séquence consacrée à la famille Kellerman (Suède) avec Tiger Lou, Firefox AK, Las puertas, Dexter's Moon, et Statemachine. Le disque du mois est toujours celui du duo canadien-danois Said The Shark. Quand à l'intrus du jour, le groupe ou l'artiste anglo-saxon de service, il s'agira aujourd'hui des texans Shearwater.

OH NO ONO : "Keeping warm in cold country" (vidéo)

 

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 09:32
La vie est dure parfois, et dans ces moments là on a besoin de réconfort, de douceur, de caresses... Alors on va chercher l'album d' Artisokka ("Artichaut" en finnois), un groupe finlandais qui sonne comme s'il venait de Copacabana ou d'Acuapulco, et dont les pop-songs finement arrangées ont le parfum nostalgique d'un âge d'or presqu'oublié. Leur premier album "A hiding place in the Arbor" est sorti il y a plus de quatre ans (Shelflife). Un successeur ("Northern lights") était bien annoncé cette année, mais alors que nous sommes déjà presqu'en novembre, on ne voit toujours rien venir....C'est le moment ou jamais de croire au Père-Noël...

(photo: Hanna Alajärvi)

ARTISOKKA : "Alfama" (extrait de "A hidden place in the Arbor")

ARTISOKKA : "They go away" (idem)

Achetez l'album d'Artisokka.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Finlande
commenter cet article
23 octobre 2006 1 23 /10 /octobre /2006 11:07

Emma Get Wild est un quatuor folk-rock de Valence (Espagne) formé autour de la chanteuse Isabel Castro et du guitariste Salva Fito. Après une première démo réalisée en duo l'année de leur formation (2003), c'est en janvier 2005 qu'ils enregistrent leur premier album "Hey hurricane" sorti seulement un an plus tard sur Junk Records. Inspirées par REM, The Walkabouts, Calexico, Clem Snide, tout autant que par Neil Young, Johnny Cash ou Emmilou Harris, les chansons d'Emma Get Wild n'ambitionnent pas de révolutionner le genre, mais leurs mélodies simples et belles alliées au chant sans apprêt d'Isabel Castro en font de gentilles compagnes pour chaque instant de la vie.....

Les titres suivants sont tous tirés de la démo de 2003. Un second album est actuellement en préparation.

EMMA GET WILD : "Too many questions"

EMMA GET WILD : "Something more"

EMMA GET WILD : "What is it I want ? "

EMMA GET WILD : "Half empty"

Achetez l'album de Emma Get Wild.

Visitez aussi leur page MySpace

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Espagne
commenter cet article