Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

12 août 2006 6 12 /08 /août /2006 09:23

Lorsqu'on veut donner un nom à son groupe et qu'on n'a pas d'idée, le plus simple est encore d'utiliser les prénoms des musiciens, genre Dave Dee, Dozy , Beaky, Mick and Tich. Plus faciles à retenir, les suédois Peter Bjorn and John nous avaient régalé ces dernières années de deux enthousiamants albums sous haute influence Costello première période. Ce qui est à noter, car on ne peut pas dire que le ronchon binoclard ait laissé derrière lui une nombreuse descendance. Sur leur troisième opus "Writer's block", Peter Bjorn & John s'affranchissent de leur principale souce d'inspiration pour se lancer dans une pop 100 % souédiche plutôt bien troussée, mais à laquelle manque cruellement l'énergie féroce des albums précédents. Du coup, on s'ennuie un peu. Comme disait Cabrel (ou plutôt ses imitateurs): "C'était mieux aaavant!"

Trois extraits du nouvel album:

PETER BJORN AND JOHN : "Young folks"

PETER BJORN AND JOHN : "Amsterdam"

PETER BJORN AND JOHN : "Objects of my affection"

A noter sur "Young Folks" la présence de la chanteuse des Concretes, Victoria "I'm bored" Bergsman, pour un petit renvoi d'ascenseur après que Peter Bjorn and John aient repris son "Teen Love" sur leur album "Falling out" (le morceau était même sorti en single).

Deux extraits du second album "Falling out" (2004)

PETER BJORN AND JOHN : "Far away, by my side"

PETER BJORN AND JOHN : "It beats me every time"

Peter Bjorn and John seront en concert à Paris (Flèche d'Or, 20h15) le 15 septembre prochain.

Achetez les disques de Peter Bjorn and John.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
11 août 2006 5 11 /08 /août /2006 08:34

C'est vendredi, et le vendredi, sur ce blog, on chante en français. La danoise Lise Westzynthius fait partie des artistes que j'ai eu le plaisir de recevoir dans Rockomondo (l'émission). Même si l'anglais est la langue qu'elle emploie le plus couramment dans ses chansons (que ce soit avec les défunts Luksus, avec Rhonda Harris, ou bien en solo), elle a aussi écrit quelques textes en français dont voici trois exemples: 

LISE WESTZYNTHIUS : "Based on a true story" (extrait de "Heavy dream", 2002)

LUKSUS : "Myrtilles" (extrait de "Repertoire", 1998)

LUKSUS : "Victoria" (extrait de "Repertoire", 1998)

(Fichiers musicaux disponibles pendant 72 heures seulement. Available for 72 hours only)

A noter que Lise a eu la délicate pensée de mettre une traduction française de sa biographie sur son site internet.

Achetez "Heavy Dream" et "Rock, you can fly" de Lise Westzynthius. La discographie de Luksus semble malheureusement ne plus être disponible.

 

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
10 août 2006 4 10 /08 /août /2006 08:11

En 1994, les suédois d'Electric Eskimoes revisitaient déjà le glam-rock, précédant de quelques années sur ce terrain leurs compatriotes de The Ark, mais avec infiniment plus de classe et d'élégance (je parle de la musique, pas de l'individu douteux deuxième en partant de la gauche sur la photo). Leur seul et unique album 'The talking picture" reste chaudement recommandé à tous ceux que Bowie (période "Hunky Dory") et Cockney Rebel (grand groupe oublié) ont fait vibrer... le plus difficile étant d'arriver à mettre la main dessus !

 (photo: Hentik Rylander)

ELECTRIC ESKIMOES : "I.K. Russ" (extrait de "The talking picture, 1994)

ELECTRIC ESKIMOES : "Bald man" (idem)

(Fichiers musicaux disponibles pendant 72 heures seulement. Available for 72 hours only)

Nul ne sait ce que sont devenus les musiciens d'Electric Eskimoes, sauf pour ce qui est de leur bassiste, Kalle Gustafsson, aujourd'hui chez The Soundtrack Of Our Lives.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
9 août 2006 3 09 /08 /août /2006 08:44

Encore un groupe injustement passé aux oubliettes de l'histoire du rock. Pire: celui-ci n'aura même pas eu la chance de vraiment exister, ne laissant en guise d'héritage qu'une photo trop sombre, une démo à la pochette photocopiée, et quelques titres sur d'introuvables compilations. Né des cendres de l'excellent 2nd Kind (2 albums et un EP sur DDR) et originaire de Lübeck, ce quatuor mixte (2 filles, 2 garçons) délivrait à la fin des années 90 un post-punk tendu et abrasif bien avant que le genre ne revienne à la mode. Aujourd'hui 5null4 n'auraient sans doute aucun mal à trouver un contrat discographique. Mais en 1998, c'était trop tôt. Dommage pour eux (et pour nous).

Aux dernières nouvelles, Jens Lüken, le guitariste et compositeur de 2nd Kind et 5null4, tient un magasin de vélos à Lübeck. La bassiste Kathrin Schomacker est thérapeute dans la même ville.

Voici l'intégralité de leur démo (août '98), avec le tétanisant "Radio" (et ce grand moment lorsqu'après le break la guitare relance le tout), "Sex" qui fait plus qu'évoquer Au Pairs, et l'hypnotisant "Overbird" avec ses étranges vocaux. Enjoy.

504 : "Radio"

504 : "Sex"

504 : "Overbird"

(Attention: les fichiers musicaux de ces posts d'été ne resteront en ligne que 72 heures. Available for 72 hours only).  

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Allemagne
commenter cet article
8 août 2006 2 08 /08 /août /2006 09:31

L'avantage, lorsqu'on aime la musique de Signe Hoirup Wille-Jorgensen (Jomi Massage), c'est qu'il ne faut jamais attendre très longtemps pour qu'elle nous livre un nouveau disque. Après deux albums de Jomi Massage en moins d'un an (dont le somptueux "Skandinaviske Klagesange" avec le grand orchestre de la Radio Nationale Danoise), voici le retour du groupe qui la fit connaître, Speaker Bite Me. Apparu au milieu des années '90, Speaker Bite Me a suivi jusqu'en 2001 une trajectoire imprévisible qui l'a mené de la pop d' "Inner Speed" (1998) jusqu'au rock expérimental de "Four days in September", enregistré - comme le titre l'indique - en quatre jours de studio alors que les musiciens n'avaient pas écrit la moindre ligne de texte ni une seule note de musique. Difficile de deviner quelle facette du groupe dévoilera leur prochain album, prévu début 2007. Les seuls à le savoir sont peut-être ceux qui ont eu la chance d'assister récemment à un concert des danois. Pour les autres - et aussi pour ceux qui auraient loupé les épisodes précédents - un petit cours de rattrapage vite fait bien fait:

SPEAKER BITE ME : "Neon" (extrait de "Inner Speed", 1997)

SPEAKER BITE ME : "Mejsen (for daggry) " (extrait de "Smukke kvinder...", 1998)

SPEAKER BITE ME : "Uh-Ah" (extrait de "If love is missing", 1999)

SPEAKER BITE ME : "Crackwhore (live) " (version en public d'un morceau de "Four days in september")

(Les trois premiers morceaux ne seront disponibles que pendant 72 heures. First three tracks available for 72 hours only)

Achetez les albums de Speaker Bite Me.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
7 août 2006 1 07 /08 /août /2006 23:10

Attention, ces garçons ne sont pas des pieds-tendres ! Favez  joue fort, dur, serré, tendu. Et fait ça très bien. Mais le quatuor lausannais sait être tout aussi inspiré dans le registre acoustique et mélancolique. En 1999 sortait le majestueux "A sad ride on the line again", enregistré dans une église et voulu par le groupe, je cite, "le plus lent et le plus dépressif possible". On a certainement dû faire plus lent et plus dépressif depuis, reste que si l'on veut s'offrir le plaisir un peu masochiste d'une jolie bande-sonore pour ses coups de cafard, "A sad ride on the line again" remplit parfaitement son office. A quand la suite ?

FAVEZ : "Bleak" (extrait de "A sad ride on the line again")

FAVEZ : "This is how it ends" (idem)

(Fichiers musicaux disponibles pendant 72 heures seulement. Available only for 72 hours)

Achetez les albums de Favez. Et aussi ici.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suisse
commenter cet article
6 août 2006 7 06 /08 /août /2006 11:56

On va dire que j'insiste (voir ici et ). On aura raison.

TYS TYS : "Baby's got a hole in her head" (l'ahurissant morceau qui ouvrait leur premier album "Tys Tys" en 2001).

(Attention: les fichiers musicaux de ces posts d'été ne resteront en ligne que 72 heures. Available for 72 hours only)

Le 10 juillet dernier, Maria Laurette Friis et Tys Tys augmentés de la joueuse de théremin américaine Pamelia Kurstin ont donné un concert à Copenhague sous le nom de Fritz Fontana Ensemble. Il s'agissait d'une création commandée par le Copenhagen Jazz Festival, et je regrette bien de n'avoir pas été là.

Achetez les albums de Tys Tys.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
5 août 2006 6 05 /08 /août /2006 17:49

On entend parfois dire que les talents véritables finissent toujours par émerger, ce qui se vérifie souvent. Mais malheureusement pas tout le temps...  J'en veux pour preuve les Mommyheads, auteurs de quelques uns des albums les plus scandaleusement sous-estimés des années 90. Menés par un certain Adam Cohen (rien à voir avec le fils de Léonard) et originaires de Brooklyn, c'est pourtant du côté de San Francisco que ces esthètes bohêmes firent entendre leur drôle de musique pop à la fois oblique et décalée. De la pop, les Mommyheads connaissaient toute la grammaire: mélodies accroche-coeur, vocaux enjôleurs, harmonies raffinées. Mais les trois (puis cinq, puis quatre) musiciens étaient assez malins pour ne jamais aborder leur sujet de front, préférant les chemins de traverse et les sentiers sinueux à la simple ligne droite et rehaussant leur riche palette sonore (mandoline, ukulélé, woodblocks) de digressions futées et d'apartés bizarres. C'est sur leur second album, le bien nommé "Coming into beauty" (Simple Machine, 1992) que leur style caractéristique, souvent comparé à XTC et au Ben Folds Five, s'épanouit avec le plus de grâce et d'équilibre. Un petit miracle de créativité et de liberté, qui à l'époque fût pourtant diversement apprécié par la critique (celui du Daily Herald suggérait même de scotcher les orifices de protection de la cassette et d'y enregistrer des chants de baleine à la place !). Sur le même registre, les Mommyheads sortiront encore l'indispensable "Flying suit" ('94), ceci avant de se transformer en pur groupe pop tendance Macca sur leurs deux derniers albums "Bingham's hole" (considéré par certains comme leur meilleur disque) et enfin leur chant du cygne "The Mommyheads" en 1997.  Lentement mais sûrement, la musique des Mommyheads gagne chaque jour de nouveaux adeptes, transformant ces inconnus illustres en artistes cultes dont la destinée rejoindra peut-être celle d'autres génies éphémères de la pop américaine tels que Andy Pratt ou Peter C. Johnson. N'attendez pas que leurs disques soient devenus totalement introuvables pour vous en inquiéter.

Le chanteur et compositeur des Mommyheads Adam Cohen a enregistré un album solo intitulé "Labello" sous le nom de Adam Elk en 1998. Le bassiste Jeff Palmer a rejoint Sunny Day Real Estate, puis The Granfaloon Bus. Il officie actuellement avec The Court & Spark. Quand à Michael Holt (claviers, vocaux), il a lui aussi enregistré un album (Pilot single) sous son nom en 2003.

THE MOMMYHEADS : "Wedding day" (extrait de "Coming into beauty", 1992)

THE MOMMYHEADS : "I started breathing (live) "

THE MOMMYHEADS : "Only star" (extrait de "Bingham's hole, 1995)

THE MOMMYHEADS : "Fragrant Rota" (idem)

THE MOMMYHEADS : "Christmas song"

THE MOMMYHEADS : "Moisture" (reprise des Residents)

On peut écouter la quasi-intégralité de leur premier album "Acorn" (1989) ici.

Achetez "Acorn". Achetez "The Mommyheads". Téléchargez légalement les autres albums des Mommyheads.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Etats-Unis
commenter cet article
4 août 2006 5 04 /08 /août /2006 06:53

C'est vendredi, et le vendredi dans Rockomondo, on chante en français. Bon, pour dire la vérité, les deux allumés madrilènes qui nous intéressent aujourd'hui ne chantent pas SEULEMENT en français. Ils chantent aussi en castillan, en anglais, en japonais, en italien, en portugais, en basque et même... en latin. Et leur musique est au diapason de cette tour de Babel: une véritable auberge - forcément - espagnole, où tous les styles se télescopent dans un joyeux n'importe quoi. On s'étonne même que les auteurs de cet exotique gloubi-boulga, Antonio Iglesias et Jorge Loràn, alias Dwomo, aient pu trouver refuge sur la filiale d'une "major". Tout n'est pas défendable cependant dans la musique de Dwomo: le meilleur y côtoie le pire, et parfois même au sein d'un seul morceau. Mais ne serait-ce que pour leur reprise en français de la chanson de Ween "The Mollusk", dont l'effet comique est d'autant plus fort qu'il semble involontaire, le groupe mérite quand même largement son petit quart d'heure de gloire.

DWOMO : "Le mollusque" (reprise de Ween)

DWOMO : "La nuit dont je t'ai parlé"

DWOMO : "El ultimo fancine"

Achetez les disques de Dwomo.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Espagne
commenter cet article
3 août 2006 4 03 /08 /août /2006 08:32

Il existe de nombreuses versions contemporaines de la fameuse "Danse du Sabre" de Khachaturian. Celle des prog-rockers néerlandais d'Ekseption, par exemple, qui servit longtemps d'illustration sonore à la "minute de vitesse" de la patinoire locale (souvenirs, souvenirs...), celle de Love Sculpture, le premier groupe de Dave Edmunds, qui allait tellement vite qu'on soupçonnait que la bande ait été accélérée en studio, sans oublier la version punk des Toy Dolls et la version "lounge" de Les Baxter & his Orchestra. Mais aucune n'égale celle des japonais The Marimba Ponies, et en voici la preuve:

THE MARIMBA PONIES : "Sabre dance" (vidéo-clip)

On se sent tout de suite mieux après ça, pas vrai ?

Achetez les disques des Marimba Ponies. Et aussi leur DVD.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Japon
commenter cet article