Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

28 mai 2006 7 28 /05 /mai /2006 00:02

"La bande-son idéale de votre été 2005 !" s'enflamme le communiqué de presse accompagnant l'album (GrandPop). Heu, ça marche aussi pour 2006 ? Parce que là, on a comme qui dirait un peu de retard. Dommage d'ailleurs, car voilà un groupe qui n'aurait pas déparé dans notre Rockomondo "Spécial Finlande". The Tunes s'est formé un peu par hasard, suite à l'initiative du bassiste américain Rikki London (!) de rendre hommage à son idole George Harrison par un concert auquel il avait convié la crème des musiciens pop finlandais. L'expérience a tellement plu à certains qu'ils ont décidé de la poursuivre en formant The Tunes. Un nom simple, mais qui décrit parfaitement ce dont il est question ici: des mélodies, des mélodies, et encore des mélodies. Pas pour rien que la page "Liens" de leur site internet renvoie vers les Beatles (of course), les Kinks, les Byrds, les Who, les Zombies, et - seules concessions à des groupes hors 60's - Weezer et Jellyfish. "Bright yellow sun" s'appelle l'album. Ca aussi, c'est bien trouvé. A part ça, il arrive quand, l'été ?

THE TUNES : "The Tunes theme"

THE TUNES : "Valerie"

Achetez l'album de The Tunes.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Finlande
commenter cet article
27 mai 2006 6 27 /05 /mai /2006 00:04

Il est peut-être un peu tôt pour parler de The Softone, puisque leur premier single ne sortira que fin juin (Awful Bliss Records). Mais moi, fin juin, je serai en vacances, et certainement pas très enclin à m'escrimer sur ce blog. Et puis The Softone existent depuis suffisamment longtemps pour qu'on s'occupe d'eux. On les a déjà vu apparaître sur diverses compilation transalpines, et ils ont également enregistré en 2004 un album autoproduit vendu à leur concerts. Avec le beau ténébreux Giovanni Vicinanza en figure de proue, le sextet napolitain n'ambitionne pas de jouer les défricheurs. Mais il sait par contre comment faire fructifier des terres déjà colonisées avant lui par des artistes comme Will Oldham, Spain, ou ses compatriotes de Midwest. Les deux morceaux proposés ici et l'alléchant extrait de leur futur single donnent en tout cas envie d'en découvrir plus.

 (photo: OP71)

THE SOFTONE : "God really knows" (extrait de "The Softone", CD-R, 2004)

THE SOFTONE : "Easy lover" (reprise de Spain)

THE SOFTONE : "All my days" (34 sec., extrait du futur single)

The Softone a bien sûr une page MySpace.

Achetez le CD-R ici. Et pré-commandez le single .

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Italie
commenter cet article
26 mai 2006 5 26 /05 /mai /2006 00:05

Ouh, la mauvaise langue ! Dans une précédente page consacrée à Hell On Wheels en janvier dernier, j'avais écrit qu'un nouvel album était annoncé mais que sa parution ne semblait pas pour autant imminente. En fait, on n'aura pas eu à attendre longtemps puisque "The odd church" est sorti le 22 mars dernier (j'ai donc mis quelques temps à m'en aperçevoir), tirant les suédois de trois ans de silence. Les deux extraits proposés à l'appréciation du public sur les sites internet de leurs labels suédois et danois ont parfaitement rempli leur rôle en ce qui me concerne: j'ai immédiatement commandé l'album.

HELL ON WHEELS : "As we play" (extrait de "The odd church")

HELL ON WHEELS : "Alexandr" (idem)

D'autres titres de Hell on wheels sont sur leur page MySpace.

Achetez le nouvel album de Hell On Wheels.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
25 mai 2006 4 25 /05 /mai /2006 00:05

Petit rappel pour les parisiens: Lack jouera ce soir au Palais Bar, 39 rue des Petite-Ecuries, 10e (Mo Chateau d'Eau). Amateurs de berceuses s'abstenir: Lack, c'est du dur, du bruyant, du nerveux. Et surtout, c'est du bon. A apprécier avant tout en concert, car l'énergie incroyable dont font preuve ces garçons sur scène n'est pas du genre à se laisser mettre en boîte. "Blues Moderne: Danois Explosifs": c'est ce qu'affichait en français dans le texte la pochette de leur premier album. Vous pourrez vérifier ce soir même que la marchandise correspond bien à son intitulé.

 
 (photo: Thomas Groenkjaer)

LACK : "Primo Levi" (extrait de "Be there pulse, 2005)

LACK : "5 o'clock in the evening" (idem)

Achetez les disques de Lack.

Ceux qui désireraient passer une soirée tout aussi danoise mais beaucoup plus calme pourront toujours se rabattre sur les excellentes folk-songs d'Erwin Thomas. Ca se passe au Pop In, 105 rue Amelot, 11e. Et ça s'écoute ici.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
24 mai 2006 3 24 /05 /mai /2006 00:05

J'avais déjà parlé de ces deux hollandais (en fait ils sont trois sur scène) apès les avoir vu en janvier dernier au festival Eurosonic/Norderslaag. Axel Kabboord est guitariste de This Beautiful Mess, l'un des rares groupes intéressants apparu dans la vague post-Radiohead. Il s'est lié d'amitié avec Minco Eggersman (chant, batterie) lorsque celui-ci est venu produire le premier album du groupe "Falling on deaf ears" (Sally Forth, 2001). De cette rencontre est né At The Close Of Everyday, au départ un simple projet parallèle à This Beautiful Mess, qui est devenu aujourd'hui plus connu que le groupe - il est vrai pas très actif ces derniers temps - dont il est issu. Dès leur premier album au titre imprononçable "Zalig zijn de armen van geest" ("heureux les simples d'esprit", Volkoren) At The Close Of Everyday a su trouver un public sensible à la qualité et la simplicité de leur musique lente et majestueuse, plébiscitée par la critique en Europe comme aux Etats-Unis. Moins remarqué, l'album suivant, "The Silja Symphony", raconte la tragédie du ferry Estonia qui sombra dans la Baltique en 1994. Malgré quelques excellents morceaux et un luxueux emballage, ce concept-album n'en reste pas moins un peu bancal, un disque de transition qui, en fait,  témoigne de la rapidité avec laquelle évolue le groupe. Cette évolution trouve à présent un aboutissement (temporaire ?) avec "De Gelviden Van Weleer", premier disque du duo chanté entièrement en Néerlandais. Une nouvelle fois, At The Close Of Everyday a soigné la présentation: le disque est inclus dans un livre relié façon cuir, comprenant illustrations, textes et tablatures. Un bel objet. S'agissant de la musique, la cohérence est bien meilleure que sur l'album précédent. Avec des morceaux relativements courts, aux contours bien définis et plus rythmés que par le passé. At The Close Of Everyday tourne le dos aux climats brumeux du premier album et choisit comme élément la terre plutôt que l'air. Les fans de la première heure se sentiront peut-être trahis. Ils auront tort. Même les deux pieds plantés dans la glaise, At The Close Of Everyday plane encore largement au dessus de la mélée. Et si la foi chrétienne qui les anime est pour quelque chose dans leur réussite artistique, leur musique vaut alors tous les prosélytismes.

 

AT THE CLOSE OF EVERYDAY : "The sound of someone watching me" (extrait de "Zalig zijn...)

AT THE CLOSE OF EVERYDAY : "Hallways" (idem)

AT THE CLOSE OF EVERYDAY : "The Jesus heart" (extrait de "If you spoke to me EP")

AT THE CLOSE OF EVERYDAY : "September grass" (extrait de "The Silja symphony")

Minco Eggersman a également sorti un album solo "ME" dont voici deux extraits:

MINCO EGGERSMAN : "How many times"

MINCO EGGERSMAN : "Rumspringer"

Achetez les disques de At The Close Of Everyday, Minco Eggersman et This Beautiful Mess.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Pays-Bas
commenter cet article
23 mai 2006 2 23 /05 /mai /2006 00:20

Bon, d'accord, le nom n'est pas terrible. On dirait celui d'un mauvais groupe progressif des années '70. En fait, il s'agit probablement d'un hommage que les musiciens ont voulu rendre à Franz Kafka. Car Metamorphosis est tchèque. Ou plus exactement, moitié autrichien, moitié tchèque. Basé à Prague, le groupe affiche une composition originale - deux guitares, un violon, un violoncelle - pour une musique principalement instrumentale (mais pas systématiquement), qui allie tradition et modernité. "Oubliez le Kronos Quartet, The Ex et les Pixies: à présent, vous les avez réunis en un seul groupe" s'enthousiasme leur maison de disques qui n'a pas peur de pousser le bouchon un peu loin. Sans aller jusque là, on reconnaîtra à Metamorphosis de jolies envolées, mais qui restent cependant bien sages comparées à celles, dans un style assez proche, des belges de D.A.A.U.

 

METAMORPHOSIS : "Mina" (extrait de "Dip", 2003)

METAMORPHOSIS : "Sabah" (idem)

METAMORPHOSIS : "Stubnitz" (idem)

METAMORPHOSIS : "Under the sun" (idem)

Achetez l'album de Metamorphosis.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans République Tchèque
commenter cet article
22 mai 2006 1 22 /05 /mai /2006 00:15

Si le finlandais Tolbiac s'appelle ainsi, c'est à cause de la B.D. de Tardi, "Brouillard au pont de Tolbiac" (d'après le roman de Léo Malet), dont la lecture alors qu'il était agé d'une dizaine d'années lui laissa une impression durable. Lorsque quelques temps plus tard il eût besoin de se trouver un nom d'artiste, c'est celui-ci qui lui vint tout naturellement à l'esprit. Coup de bol: ce n'est pas "M'as-tu vu en cadavre ?" qu'il a lu en premier, sinon on se demande bien comment il serait appelé ! Mais la B.D. n'etait pas le seul centre d'intérêt de notre Tolbiac pré-ado. Il se passionnait aussi pour le foot, Dire Straits (!), Agatha Christie, les BMX, et J.R.R. Tolkien. Ceci avant que les bouquins de ce dernier ne finissent par lui tomber des mains et que petit Tolbiac devenu (presque) grand n'échange tout cela contre la musique. Son premier album "Sketches" se compose de morceaux qu'il a enregistré chez lui entre 2001 et 2004. Tolbiac irait bien les jouer sur scène, mais il faudrait qu'il trouve des musiciens pour l'accompagner, ensuite il faudrait répéter, et c'est fatigant. C'est comme de trouver une maison de disques: quel ennui ! Autant offrir sa musique à qui veut bien l'écouter. Il y a déjà bien assez de trucs à faire comme ça, le blog, tout ça.... Parce que - il le dit lui-même - Tolbiac est aussi un peu paresseux.

TOLBIAC : "Sketches":

01 - The dreams of the old house

02 - Lovely days

03 - For my dead friends

04 - Sent. mood

05 - Carwash

06 - Dennis

07 - VU

08 - Junebug

09 - Town by the sea

10 - Lost

11 - Purkkaa

12 - ?Syntax error

Cet album est dédié à Christian Edlinger et Mikko.

Tolbiac a lui-aussi sa page MySpace.

Il n'y a rien à acheter chez Tolbiac, mais si, comme moi, vous aimez sa musique, il n'est pas interdit de lui laisser un petit mot gentil.

Parmi les liens proposés sur la page de Tolbiac, celui-ci qui vous amène vers un blog consacré à Richard Brautigan. Ce Tolbiac est décidément un ami.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Finlande
commenter cet article
21 mai 2006 7 21 /05 /mai /2006 00:01

Pour tous ceux qui ne se sont jamais remis d'avoir quitté les années soixante (ou de ne pas les avoir connues), j'ai trouvé ce qu'il leur faut: The Kulta Beats, un groupe d'aujourd'hui qui fait tout comme à cette époque là ! Originaires de Trondheim - où décidément on semble faire un méchant blocage sur les sixties (voir déjà Motorpsycho et les Dipsomaniacs) - ces cinq garçons viennent de sortir leur second album "Replication Bomb" (Crisping Glover) qui, comme le premier, trouvera tout naturellement sa place au milieu de vos compiles "Peebles" ou "Nuggets". Et comme ils ont aussi l'esprit qui va avec le reste, genre "tout ce qui est à moi est à toi", ils ont mis tout plein de mp3's à télécharger à l'oeil sur leur site internet. Groovy, man !

 

(image: Anders Stensen)


THE KULTA BEATS : "Waiting ages for it to happen" (extrait de "Replication bomb", 2006)

THE KULTA BEATS : "This crowd is not a nation" (extrait de "Civilize the brutes", 2004)

THE KULTA BEATS : "Medicine monday" (idem)

THE KULTA BEATS : "Loose fit" (idem)

THE KULTA BEATS : "My soul" (ancienne démo)

D'autres titres sont à télécharger sur le site internet du groupe.

The Kulta Beats @ MySpace

Achetez le premier album de The Kulta Beats. Achetez le second.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Norvège
commenter cet article
20 mai 2006 6 20 /05 /mai /2006 00:30

On a presque envie de s'excuser de parler de Lotta Wenglén. On ne voudrait surtout pas déranger. C'est Adrian Recordings, le label fondé par David & The Citizens, qui m'a permis de faire connaissance avec cette suédoise de Malmö trop discrète. Ils avaient été les premiers à lui faire confiance en tant qu'artiste solo après qu'elle ait fait ses premières armes dans des groupes aujourd'hui oubliés comme Ba-Ba-Loo ou Bobby Ray. Lotta Wenglén y portait fort élégamment le chapeau de cow-boy, une manière comme une autre de laisser transparaître son goût pour les musiques roots américaines, folk et country, qui sont à la base de ses chansons. A présent, c'est sur son propre label Margit Music, ainsi nommé en hommage à sa grand-mêre, qu'elle poursuit son parcours musical riche aujourd'hui de trois albums et de quelques EP's. Une discographie dont le point commun pourrait être la sincérité et la simplicité: une (belle) voix nettoyée de tout artifice, un accompagnement spartiate de guitare ou de piano, parfois un léger surlignage de cordes, rien de plus. Et ces chansons, tellement intimes, comme autant de messages personnels qu'il ne nous viendrait jamais à l'idée de partager avec qui que ce soit.

 (photo: Ruhmich)

LOTTA WENGLEN ( & CLAES DORTHE) : "Sunken treasure" ("Scratch", 2002)

LOTTA WENGLEN : "Paintbrush" ( extrait de "Paintbrush", 2002)

LOTTA WENGLEN : "The cure that's killing me" (extrait de "Ask Harry", 2005)

LOTTA WENGLEN : "Overrated happiness" (extrait de "Ask Harry", 2005)

LOTTA WENGLEN : "For lost time" (vidéo)

De nombreuses autres chansons à télécharger sur le site internet de Lotta Wenglén. Vous pourrez également l'entendre sur le nouvel album de Christian Kjellvander, "Faya" (Startracks).

Lotta Wenglén a aussi sa page MySpace.

Achetez les disques de Lotta Wenglén.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
19 mai 2006 5 19 /05 /mai /2006 10:23

La page que j'avais précédemment consacrée au belges de Rumplestitchkin est restée longtemps silencieuse. En effet, à peine était-elle publiée que le groupe décidait de relooker son site, entrainant la disparition des fichiers mp3 qui s'y trouvaient. L'attente aura été longue, mais ils sont enfin revenus en ligne, et l'on peut de nouveau apprécier les trois impeccables singles de leur premier album "Small-time hero" (Petrol, 2003), auquels le quatuor bruxellois a généreusement ajouté les deux de l'album suivant "Somersault" (Petrol 2005). Que du bon !

RUMPLESTITCHKIN : "Voodoo smile" (extrait de "Small-time hero", 2003)

RUMPLESTICHKIN : "Oh Lord" (idem)

RUMPLESTITCHKIN : "Honey's dull" (idem)

RUMPLESTITCHKIN : "Hush hush" (extrait de "Somersault", 2005)

RUMPLESTITCHKIN : "Ragtime" (idem)

Entrainez-vous à prononcer le nom du groupe.

Rumplestitchkin a aussi une page MySpace.

Achetez les disques de Rumplestitchkin.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Belgique
commenter cet article