Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

5 octobre 2005 3 05 /10 /octobre /2005 00:00

S'achemine-t'on vers une déception avec le nouvel album d' Anja Garbarek "Briefly shaking", sorti à la fin du mois dernier en Norvège et successeur du magnifique " Smiling and waving" ?? Mmmm, je ne sais pas... Ecoutez les quelques extraits de morceaux disponibles sur le site de la dame www.anjagarbarek.com , et dites-moi ce que vous en pensez...

 
 ( photographie: Bjorn Opsahl)

Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Norvège
commenter cet article
4 octobre 2005 2 04 /10 /octobre /2005 00:00

Une chose est sûre avec les Norvégiens de The Superman Can Flys, c'est qu'ils sont là pour faire de la musique, pas du commerce. La preuve, c'est que six mois aprés avoir sorti un nouvel album sur CD-R ( déjà quatre à ce jour), ils le mettent gratuitement en ligne sur leur site internet.

C'est ce qui vient de se produire avec leur dernière parution en date " The whistling one-chord band", sortie à l'origine pour Noêl 2004, et que chacun peut maintenant télécharger à sa guise. Et pour faciliter encore la tâche des paresseux que nous sommes, The Superman Can Flys a mis dans un petit fichier zippé les dix-huit morceaux du disque et la totalité de la pochette. Tout un album en un seul clic ! 

 

Mais la vraiment bonne nouvelle, c'est que ces zozos ( des proches du label Perfect Pop) soignent plus leurs disques que leurs photos promos. C'est vrai qu'ils affichent un coté gentiment je m'en foutiste :  cela fait aussi partie de leur charme tout en témoignant d'un refus de se prendre trop au sérieux qui me plait bien.  " Musique anecdotique" disait Yeepee quelques pages plus tôt... The Superman Can Flys peuvent entrer au club...

Quelques petits extraits pour écouter avant de se lancer :

THE SUPERMAN CAN FLYS : " All you can expect from me"

THE SUPERMAN CAN FLYS : " Maggie Waterloo"

THE SUPERMAN CAN FLYS : " Heroine of my dreams"

Ca vous a plu ? Ok, voilà tout l'album:

THE SUPERMAN CAN FLYS : " Whistling one chord band"

Visitez le site du groupe ( il n'y a rien à y acheter...)

Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Norvège
commenter cet article
3 octobre 2005 1 03 /10 /octobre /2005 00:00

On a coutume de dire que peu de gens ont écouté le Velvet Underground au moment où ils existaient, mais que tous ceux qui l'ont fait ont formé un groupe. Le même chose pourrait sans doute s'appliquer aujourd'hui à Will Oldham et à ses multiples incarnations.  Car c'est bien à une chanson de Palace que Old Jerusalem a emprunté son nom.

Old Jerusalem est en fait le groupe d'un seul homme, Francisco Silva. C'est sur une compilation de groupes Portugais envoyée par des amis que je l'ai remarqué pour la première fois. Ce n'était pas bien difficile tellement le morceau, un titre extrait de son premier album " April" sorti en 2003, était supérieur à tout le reste. Old Jerusalem a récidivé cette année, et à en juger par les titres mis en écoute sur le site du label qui l'accueille, Bor-Land, la qualité n'a pas faibli, bien au contraire. Avec son folk intemporel, Old Jerusalem mérite bien plus que la seule reconnaissance de ses compatriotes. Jugez-en avec ces quelques morceaux hors-étoiles.

 

OLD JERUSALEM : "180 days" (extrait de "Twice the humbling sun", 2005)

OLD JERUSALEM : "One, I should know you" (idem)

OLD JERUSALEM : "To the East son" (idem)

OLD JERUSALEM : "Stroll" (extrait de "April", 2003)

OLD JERUSALEM : "Is this April ?" (idem)

OLD JERUSALEM : "Vernal passing mood" (idem)

ACHETEZ les disques de Old Jerusalem.

Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Portugal
commenter cet article
2 octobre 2005 7 02 /10 /octobre /2005 00:00

On n'attend pas d'un groupe qui s'appelle " Les Mobylettes" qu'il vous entretienne de ses problêmes existentiels. Mais bien plutôt qu'il vous amuse, qu'il vous divertisse et qu'il vous fasse danser, tâche dont les Suédois Mopeds s'acquittent avec une redoutable efficacité.

Au départ, les Mopeds ( qui ne s'appelaient pas encore comme ça à l'époque) étaient la section de cuivres attitrée des Studios Tambourine de Malmö, célèbres pour avoir accueillis tous les meilleurs groupes pop de Scandinavie ( et d'ailleurs).  Jusqu'au jour où, sans abandonner cette activité, ils ont décidé de troquer leurs saxes et leurs trompettes pour une guitare, une basse, une batterie, et de faire enfin une musique bien à eux.

Ce qui nous a donné trois albums d'une pop à guitares ultra-dynamique, très mélodique aussi, mais jamais très sage, toujours prête à déraper dans le farfelu et le bizarre, à mi-chemin entre la Scandinavie et l'Angleterre, entre Popsicle et XTC.

 
 ( photo: Marc Fluri )

Partis sur cette lancée, les Mopeds ont aussi créé leur propre studio " Gula Studion", qui n'a pas mal démarré puisque c'est là que Franz Ferdinand a enregistré son premier album. Pas étonnant que les Mopeds aient le sourire. En tout cas, si la réussite en affaires continue à leur faire sortir des disques aussi réjouissants que le récent " Fortissimo", ça va finir par me faire voter libéral ( non, là je blague...)

 

THE MOPEDS : " Kid is alright" ( extrait de " The hills are alive...", 1998)

THE MOPEDS : " She went boom" ( single, 1998)

THE MOPEDS : " Dina tried her silver bow" ( extrait de " The land of the three", 2001)

THE MOPEDS :  " Steppin on fire" ( extrait de " The land of the three, 2001)

THE MOPEDS : " Refused demoland" ( extrait de " Fortissimo", 2004)

THE MOPEDS : " Television time" ( extrait de " Fortissimo", 2004)

Allez visiter www.themopeds.com pour en savoir plus sur le groupe et télécharger encore un peu près autant de morceaux qu'il y en a déjà ici.

Et que ça ne vous empêche surtout pas d' ACHETER les disques des Mopeds

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Suède
commenter cet article
1 octobre 2005 6 01 /10 /octobre /2005 00:00

" Regardez ! Je peux voler !" Ce furent les derniers mots de Michael Strunge avant qu'il se jette par la fenêtre de son appartement, au quatrième étage d'une maison de la Webersgade à Copenhague, le dimanche 9 mars 1986. Il avait vingt-sept ans.

Je parlais hier de l'album ( " Navnlos") composé par Nikolaj Norlund sur les textes de Strunge. " Samlede Strunge", le livre de prés de mille page qui compile tous ses écrits en est maintenant à sa onzième réédition, ce qui dit bien la place qu'occupe Strunge aujourd'hui dans le coeur des Danois. Une anthologie intitulée " Connaissez-moi par mon inconnu" est parue en France au printemps dans une traduction de Pierre Grouix ( Grèges Editions)

 

 

Vortex

Dans un maelstrom de lumière de grande ville  /   qui colore l'asphalte à la Pollock  /   les voici aspirés vers des boules de vif-argent  /  qui tels des sens voyagent par la ville  /  Les yeux sont à présent des publicités lumineuses  /  Les narines, des voitures puantes  /  Les oreilles, des voitures tapageuses  /  Les coeurs sont les cloches de la mairie  /  pompant l'essence à travers les rues  /  Ils étirent le jour à travers toutes les fenêtres  /  Depuis le pylône de la radio, on envoie des ondes d'arc-en-ciel de sperme  /  vers toutes les grandes villes féminines du monde

Dans un tourbillon de sirènes  /  les voici jetés et leurs corps régénérés  /  au milieu de la semaine. /  La ville dort en plein jour.

( traduit du Danois par Pierre Grouix)

 

A présent,  Michael Strunge repose auprés d' Andersen et de Kierkegaard dans ce vieil et extraordinaire cimetière-jardin d' Assistens, où l'été les gens viennent manger sur les bancs, les amoureux s'étreignent sur les pelouses, et les jeunes Danoises se font bronzer en deux-pièces.

Achetez " Connaissez-moi par mon inconnu" de Michael Strunge.

D'autre poèmes de Michael Strunge traduits en Espagnol par Omar Peréz ont été mis en musique par le groupe chilien Insular, en prévision d'un album-hommage à paraître en 2006 pour les vingt ans de la mort de Strunge.

Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Danemark
commenter cet article
30 septembre 2005 5 30 /09 /septembre /2005 00:00

Au jeu du portrait chinois, si Nikolaj Norlund était une chanson, ce serait sans aucun doute " Dandy" des Kinks. Et s'il avait vécu à Paris dans les années soixante, il aurait certainement fait partie de la fameuse " Bande du Drugstore".

Seulement voilà, Nikolaj Norlund n'a pas connu les années soixante, et il a toujours vécu à Copenhague. C'est au début de la décennie 90 qu'on le repère pour la première fois comme leader de Trains & Boats & Planes. Il précédait alors de plusieurs années le renouveau actuel du rock Danois, dont il est souvent considéré aujourd'hui comme le véritable " parrain".  En France, c'est surtout pour son projet à géométrie variable Rhonda Harris qu'on le connait, avec deux albums sortis à six ans d'intervalle et bien acueillis par la critique.

 

Ce qu'on ignore, c'est que Norlund est également l'auteur de nombreux albums solo, sortis sous son propre nom et qui, chantés en Danois, n'ont jamais dépassé les frontières de son pays. C'est peut-être là pourtant que Norlund a dissimulé ses plus belles pépites. Comme sur " Navnlos" ( 1996), précieux recueil de chansons délicatement jazzy mettant en musique les textes du poète Michael Strunge ( 1958-1986). Définitivement un de mes disques à emmener sur la fameuse ile déserte: dix ans aprés sa parution, je ne me lasse toujours pas de le réécouter. Ou le sophistiqué " Hvad er det der sker", sorti avec le nouveau millénaire, et qui recèle quelques unes des plus belles mélodies jamais composées par Norlund, qui n'en n'est pourtant pas avare. " Taendstik", sa plus récente parution, explore une autre facette du personnage, plus spontanée, plus rock et brut de décoffrage. Une matière idéale pour donner naissance à des concerts intenses et fiévreux dont j'ai eu la chance d'être le témoin privilégié.

   

Il y a quelques années, Norlund a créé son propre label " Auditorium". Il est devenu en même temps président de l'association qui fédére les labels indépendants Danois. Ses nombreux contacts lui ont permis ces dernières années de donner naissance à deux projets intéressants. Le premier " Paa Danske Laeber" est un hommage à Léonard Cohen, chanté en Danois par des artistes tels que Under Byen, Camilla Munck ( déjà évoquée dans ces pages), Maria Friis, la chanteuse de Tys Tys, ou Thomas Troelsen, le jeune leader des Superheroes. Un disque qui vaut bien le mythique " I'm your fan" des Inrocks. Et puis cette année et avec à peu prés le même casting, Norlund y est allé de sa célébration toute personnelle du bi-centenaire de la naissance d'Andersen, évènement culturel de l'année au Danemark. Ne serait-ce que pour ce duo d'anthologie entre Henriette Sennenvaldt ( Under Byen) et Signe Hoirup Wille Jorgensen ( Jomi Massage), le disque mérite l'écoute. Mais Claus Hempler ( un autre dandy), Maria Friis ( encore... ) ou l'excellent Teitur ( des iles Féroé) font bien plus que de la simple figuration.

Les quelques échantillons sonores proposés ici ne donnent qu'une idée bien imparfaite du talent de Nikolaj Norlund, qui ne peut pas malheureusement disposer comme il le veut de ses oeuvres antérieures à la création d' Auditorium. Donnez vous du mal. Cherchez ses disques, particulièrement "Navnlos" ( ExLibris) et " Hvad er det der sker ?" ( Columbia/ Sony).

 

NIKOLAJ NORLUND : " Start OK ( demo) "

NIKOLAJ NORLUND : " Verdensmester ( demo ) "

NIKOLAJ NORLUND : " Respekt ( endnu) "

RHONDA HARRIS feat. Claus Hempler : " Your best bet"

RHONDA HARRIS : " Minimal star ( live) "  ( Real Audio)

RHONDA HARRIS feat. Lise Westzynthius : " Young girl & a cowboy" ( Real Audio)

Achetez les disques de Nikolaj Norlund.

Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Danemark
commenter cet article
29 septembre 2005 4 29 /09 /septembre /2005 00:00

Aujourd'hui, c'est l'émission, donc on va faire court. Jetez un coup d'oeil sur www.rockomondo.com si vous voulez le programme du jour avec quelques mp3's. Et regardez le clip de Chick Habit, des Suédoises persuadées d'être japonaises et qui sonnent un peu comme Shonen Knife avec la chanteuse d' X-Ray Spex ( si tout ça dit quelque chose à quelqu'un !). C'est joyeusement incompétent, mais comme les demoiselles sont aussi rigolotes et pleines d'énergie, on leur pardonne bien volontiers. 

 

VIDEO // CHICK HABIT : " Bullshit radio"

Achetez les disques de Chick Habit.

Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Suède
commenter cet article
28 septembre 2005 3 28 /09 /septembre /2005 00:00

Yeepee ! C'est ce qu'on aurait envie de crier à l'écoute de la musique de ces deux Toulousains si elle n'incitait pas plutôt à une douce quiétude.

La belle affiche du groupe précise " Antifolk à la française".  Personnellement, je préfère cette autre appellation auto-proclamée qui parle de "musique anecdotique", ce qui résume bien la simplicité et l'humilité du projet : une guitare acoustique, quelques notes de claviers, un assemblage subtil de voix féminine ( Joan) et masculine ( Emmanuel), le tout posé en douceur sur des mélodies à la sève de pin.

Le fait est que, pour " anecdotique" qu'elle soit, quand la musique de Yeepee s'installe dans notre vie, on n'a plus tellement envie de l'en voir partir. Joan et Emmanuel ne deviendront sans doute jamais riches en continuant à fabriquer leurs chansons qui sentent bon l'herbe coupée. Mais ils y gagneront sans doute quelques amis, ce qui n'est déjà pas si mal.

 

Yeepee fera une tournée de quatre dates en Octobre avec les Danois Pop de Labrador. Retrouvez les le 6 à Bordeaux ( El Inca), le 7 à Toulouse (Médiathèque Associative), le 8 à Nantes ( Barbar de la Mer) et le 11 à Lorient ( Le Velvet).

YEEPEE : " Snail mail now is poetry"  ( extrait de " Balloons + wishes = Etoile filante", 2005)

YEEPEE : " Find yourself a cat" ( extrait de " I love Beaux-Arts", 2004)

YEEPEE : " What if people were animals" ( extrait de " The anti-nothing...", démo 2004)

YEEPEE : " Too late for tea-time" ( extrait de " The anti-nothing...", démo 2004)

De nombreux autre titres de Yeepee sur leur site http://yeepee.free.fr. Découvrez aussi le Blog de Yeepee. Et puis aussi l'autre projet musical d' Emmanuel Pidoux.

Achetez les disques de Yeepee.

Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans France
commenter cet article
27 septembre 2005 2 27 /09 /septembre /2005 00:00

" Erik Satie, Bartok, Kurt Weill, you made a fool out of me (...) The sound of the 50's, be-bop jazz, country and western made a fool out of me (...) Nat King Cole, Cole Porter, Ray Davies, This is my hall of fame.."... Voilà ce que chantait en 1994 Malcolm Scarpa sur une mélodie belle à pleurer. Mais il aurait pu aussi bien ajouter Elvis, les Beatles, Brian Wilson, Django Reinhardt ou Nino Rota, tous ces musiciens qui figurent en bonne place dans son panthéon personnel, inspirant comme des anges bienveillants la musique de cet inclassable madrilène.

C'est dans les couloirs du métro de la capitale espagnole que Malcolm Scarpa fait ses premières armes, et par le blues qu'il commence à faire parler de lui dès les années 80 avec l'harmoniciste Naco Goni. Mais il faut attendre la décennie suivante pour que son talent s'épanouisse véritablement. De 93 à 96, Malcolm Scarpa est pris d'une véritable frénésie créatrice, sortant quatre albums à raison d'un par année. Les trois premiers, composés chacun de vingt-six morceaux (!), sont un enchainement ( j'ai failli écrire " enchantement" ...) ininterrompu de joyaux mélodiques, qui mèlent psychédélisme, chanson, ragtime, jazz, torch songs, avec une grâce infinie. Sans moyen mais avec des idées, Malcolm Scarpa bricole ses petites fusées pop, vise les étoiles, et - Miracle !  - les atteint souvent. Sur le meilleur d'entre eux, " My devotion" (1994), il fait même mouche à ( presque) tous les coups.

Parlez pourtant de Malcolm Scarpa en Espagne, pratiquement personne ne le connait. Adoré des critiques mais inconnu du public, c'est un franc-tireur définitif, impossible à ranger dans un quelconque tiroir, apparaissant rarement sur les photos, et donnant peu de concerts. Ces dernières années, il s'est fait encore plus rare. Une tentative de groupe ( " The Jacquelines") ne rencontrant aucun succés. Puis la maladie pendant plusieurs années. Malcolm Scarpa en est revenu triste et amer. Dernièrement, à un journaliste qui l'interrogeait à propos de son recueil de chroniques et nouvelles " Qué te debo, José ?" ( parce qu'il écrit aussi)  et s'étonnait  qu'il ait presque totalement disparu de la scène musicale, Scarpa répondait " Je suis désenchanté, pas particulièrement par la littérature ou la musique, mais par le monde tel qu'il est"

Ecoutez Malcolm Scarpa avant qu'il ne se taise.

Fichiers WMA:

MALCOLM SCARPA : " A Fallen Angel"

MALCOLM SCARPA : " You might get better"

MALCOLM SCARPA : " Instant soup"

MALCOLM SCARPA : " Salle d'attente"

Achetez les disques de Malcolm Scarpa ICI et LA.

Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Espagne
commenter cet article
26 septembre 2005 1 26 /09 /septembre /2005 00:00

L'Oktoberfest bat son plein actuellement à Munich, et c'est le moment ou jamais de vous parler de... musique Bavaroise. Hep ! Ne partez pas ! Celle dont il sera question ici aujourd'hui est garantie 100 % sans tuba, sans culotte de peau et sans chaussettes à pompons ( mais peut-être pas sans bière, faut pas pousser non plus...).

Monta est le projet solo de Tobias Kuhn, ex-chanteur et compositeur du groupe Miles qui fit paraître entre 1994 et 2003 cinq albums,  parmi lesquels le trés bon "Miles" en 2000 ( le seul à avoir été distribué en France) et surtout l'impeccable "The day I vanished" en 1998.

Comme toujours lorsqu'un groupe se sépare, on ne retrouve jamais complêtement chez les individualités qui le composaient l'alchimie qui se dégageait de leur travail commun. Néanmoins, les quelques titres disponibles sur le site de Monta chatouillent l'oreille avec suffisamment d'insistance pour qu'on ait envie de découvrir le reste.

 

MONTA : " Is it over ? " ( extrait de " Always Altamont EP", 2003)

MONTA : " Sailor needs the wind" ( extrait de " Always Altamont EP", 2003)

MONTA : " Long live the quiet" ( extrait de " Where circles begin", 2005)

MONTA : " This is my lie" ( live at Offenbach)

Achetez les disques de Monta.

( photo: www.monta.org )

Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Allemagne
commenter cet article