Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

13 septembre 2005 2 13 /09 /septembre /2005 00:00

D'abord one-man band de son créateur Alfonso Alfonso, et trés axé sur un psychédélisme sixties, Schwarz, en devenant un trio, n'a gardé de sa formulation originelle que le psychédélisme, le confrontant cette-fois-ci à des modes d'expression bien plus contemporains tels que post-rock ou techno. Comme leurs amis de Manta Ray avec qui ils ont d'ailleurs enregistré un album commun, Schwarz est un groupe en perpétuelle recherche musicale, qui ose, qui tente de nouvelles formules, à qui il arrive de se planter parfois mais qui n'est jamais ni tiède, ni inintéressant.

 

Schwarz sera en concert à Paris au mois de décembre prochain, avec leurs compagnons de label Camping ( post-rock) et les Nérlandais romantiques de Mist. Il serait prudent de ne pas les manquer.

Quelques morceaux en format wma:

WMA // SCHWARZ : " Hipnohimno"

WMA // SCHWARZ : " Schwarz play christian rock"

WMA // SCHWARZ : " Here comes the darkness"

WMA // SCHWARZ : " Travels without moving"

ACHETEZ les disques de Schwarz.

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Espagne
commenter cet article
11 septembre 2005 7 11 /09 /septembre /2005 00:00

Dés la parution de leur premier album " Songs from Cydonia" ( B Core/ Cydonia) en 2002, il a été évident que Madee serait un groupe qui compterait dans le paysage rock espagnol. Le sextet y délivrait un mélange d'emo-core et de new-wave dans lequel on pouvait retrouver l'influence de groupes comme Echo & The Bunnymen et surtout les trop oubliés The Sound ( de manière frappante pour ces derniers sur un titre comme " The asteroid is falling"). Un second album " Secret Chamber" venait confirmer deux ans plus tard tout le bien qu'on pensait de ces catalans, accompagné d'un dvd bonus qui nous révélait en outre que le groupe était au moins aussi bon, sinon meilleur, sur scène que sur disque. Ce que je vérifiais de visu la même année lors d'un showcase dans un magasin Barcelonais. Depuis, un troisième opus, " Orion's belt" est venu s'ajouter à la discographie du groupe, dans une veine peut-être plus délibérement émo, plus aride, et qui semble boucler la trilogie. On est curieux et impatient de découvrir ce que nous proposera Madee la prochaine fois.

 

MP3 // MADEE : " Impulsor" ( extrait de " Songs from Cydonia")

MP3 // MADEE : " Sparrow" ( extrait de " Songs from Cydonia")

MP3 // MADEE : " Clumsy" ( extrait de " Secret chamber")

MP3 // MADEE : " Secret chamber" ( extrait de " Secret chamber")

ACHETEZ les disques de Madee.

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Espagne
commenter cet article
8 septembre 2005 4 08 /09 /septembre /2005 00:00

Pendant longtemps, Ainara LeGardon a été chanteuse du groupe Onion, responsable de deux albums tout à fait estimables chez Jabalina. A présent, c'est en solo qu'elle se produit, et c'est encore mieux. Là encore, deux albums sont parus : " In the mirror" en 2003 et " Each day a lie" cette année, tous deux produits par Chris Eckman des Walkabouts dont l'intérêt pour les musiques Européennes est bien connu. Sur le nouvel album, via la connection Eckman, on peut apprécier entre autres la présence du Norvégien Al de Loner ( Midnight Choir)

 

Il n'existe à ma connaissance de site internet ni pour Ainara Legardon, ni pour son label Winslow Lab.

Mais voici quand même un petit échantillon de sa musique:

MP3 // AINARA LEGARDON : " In the mirror"

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Espagne
commenter cet article
8 septembre 2005 4 08 /09 /septembre /2005 00:00

Je m'en vais pour 10 jours à Barcelone. J'essaierai de vous envoyer de temps en temps quelques petites cartes postales musicales pendant mon absence, du genre de celle avec Ainara LeGardon que vous pouvez lire aujourd'hui. Attention, ces messages ne seront pas signalés aux abonnés. Retour des messages quotidiens à compter du lundi 19 septembre. A bientôt.

JP.

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Divers
commenter cet article
7 septembre 2005 3 07 /09 /septembre /2005 00:00

Au risque de froisser nos voisins d'outre-Rhin, il faut bien reconnaître que comme les bons groupes allemands ne sont pas légion, on a vite fait de repérer les quelques exceptions.

Parmi celles-ci, un nom fait l'unanimité en sa faveur, c'est celui de The Robocop Kraus. Le fait est que ce quintet de Nuremberg est avant tout un très bon groupe de scène, et comme c'est là qu'il passe le plus clair de son temps enchainant tournée aprés tournée, il serait difficile de ne pas s'en apercevoir.

Ceci dit, même si la scène est l'élément naturel de Robocop Kraus, les disques ne sont pas pour autant à négliger . Personnellement, j'avais découvert le groupe sur le tard avec son précédent album "Living with other people", et ça me fait très plaisir de les retrouver avec ce " They think they are The Robocop Kraus" qui sort aujourd'hui un peu partout dans le monde ( L'Age d'Or/ Epitaph)

Pour peu que le petit MP3 offert en guise d'apéritif par le groupe sur son site internet soit représentatif de l'album, cela laisse présager d'un très bon cru, mais aussi de quelques changements. On y décèle par exemple un ralliement certain à la vague post-punk. Et l'on s'étonne aussi du changement de voix du chanteur qui, semble-t-il, a beaucoup écouté les Talking Heads ces derniers temps. Tout ceci n'empèche pas le morceau d' être formidable et plus encore. Je me réjouis de courir aujourd'hui chez mon disquaire pour découvrir le reste. 

 
 ( photographie: Tilman Dominka / dominza@gmx.de )

 

Tournée Française prévue en novembre prochain avec arrêt ( entre autres) à Nantes le 6 ( La Baracasson), Paris le 7 ( Point Ephémère), Toulouse le 13 ( Caravanserail)

MP3 // THE ROBOCOP KRAUS : " All the good men" ( from " They think they are...", 2005)

MP3 // THE ROBOCOP KRAUS : " Fashion" ( from " Living with other people", 2002)

MP3 // THE ROBOCOP KRAUS : " Gestures of slight grandeur" ( from " Tiger", 2001)

MP3 // THE ROBOCOP KRAUS : " I paid the ferryman" ( from " Tiger", 2001)

MP3 // THE ROBOCOP KRAUS : " Too shy to play tennis" ( from " Inferno nihilistique", 2000)

MP3 // THE ROBOCOP KRAUS : " The telephone rings" ( from " Inferno nihilistique", 2000)

Découvrez deux titres supplémentaires sur le site du groupe www.therobocopkraus.de.

Achetez les disques de The Robocop Kraus ( également dans tous les bons magasins).

 

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Allemagne
commenter cet article
6 septembre 2005 2 06 /09 /septembre /2005 00:00

Chouette ! Les affaires reprennent et les nouveautés ne vont pas tarder à recommencer à tomber dans les bacs des disquaires.

On va rester encore une fois au Danemark, pour celle dont je veux vous parler aujourd'hui, puisqu'il s'agit du second album de Jomi Massage intitulé "From where no-one belongs, I will sing..."  dont Morningside Records nous annonce la sortie danoise le 9 septembre.

On avait pu avoir la primeur de quelques uns de ces nouveaux morceaux pendant la dernière tournée du festival "Les Femmes S'en Mèlent", et noter au passage que le piano y tenait une place bien plus importante que par le passé. En tout cas, les deux titres proposés par Morningside en avant-première sur leur page web laissent bien augurer de ce nouveau disque. Vite, un pressage français !

 
 ( photographie: David Didier / www.tasteofindie.com )

JOMI MASSAGE : "Opposite of nothing"

JOMI MASSAGE : "Like weather"

JOMI MASSAGE : "What to pass on, what to keep" (vidéo)

Achetez les albums de Jomi Massage ( le 1er, sorti en France chez Telescopic est toujours en vente dans toutes les bonnes boutiques)

Lisez la chronique du 1er album de Jomi Massage ( en anglais) sur le site rockomondo.com

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Danemark
commenter cet article
5 septembre 2005 1 05 /09 /septembre /2005 00:00

J'en parlais hier: Lars Dideriksen est l'auteur d'un trés intéressant livre-disque sur la scène musicale de sa ville, Aarhus. Bonne nouvelle, non seulement ce livre est toujours disponible, mais en plus il est à présent soldé pour moins de la moitié de son prix d'origine. D'accord, me direz-vous, mais quel est l'intérêt d'acheter un livre écrit en Danois et dont on ne comprend pas un traître mot ? Eh bien l'intérêt c'est bien sûr le CD rempli à ras-bord qui l'accompagne, et qui rend bien compte de la richesse et de la diversité des artistes locaux. Rien que pour les 10 minutes du medley " Det er Mig.../ Mission" d' Under Byen enregistré en janvier 2004 au festival Eurosonic, le disque mériterait l'achat. L'enchainement de ces deux morceaux a toujours été l'un des sommets des premières tournées européennes d' Under Byen, et les retrouver ici dans l'enregistrement très professionnel de la Radio Nationale Danoise est un grand moment ( notamment pour moi, puisque c'est à ce concert que j'ai vu Under Byen sur scène pour la première fois). Mais le CD de " Aarhus:nu" a encore bien d'autres pépites à nous proposer avec - entre autres - la techno-pop ludique de Tiger Tunes, le mélodique country-rock de Larsen & Furious Jane, le garage des Defectors ou de Powersolo ( la fausse chanson mexicaine de la pub " Ter / Sncf ", c'est eux) , la new-wave de Spleen United ( l'album arrive bientôt) ou encore l' électronica légère de Sofus Forsberg ( sur le premier album duquel chante Henriette d'Under Byen ).

 

Pour en savoir plus, un mini-site a été créé à propos de " Aarhus:nu". On peut commander le livre-disque en s'adressant à la boutique en ligne du magazine GAFFA pour une somme trés modique. Mais comme le site n'est pas trés facile d'utilisation pour les gens ne parlant pas Danois, il est peut-être plus simple de leur envoyer un message à mailto:shop@gaffa.dk .

Il est également possible d' écouter ( et télécharger) un medley de six minutes de tous les titres de l'album ICI.

Une chanson de l'album dans son intégralité:

MP3 // TIGER TUNES : " ( angry kids of the world) unite ! "

Lars Dideriksen officie également en tant que musicien dans le groupe Marzipan, dont voici un échantillon:

MP3 // MARZIPAN : " Cow"

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Danemark
commenter cet article
4 septembre 2005 7 04 /09 /septembre /2005 00:00

Lars Kjaer Dideriksen est un journaliste indépendant Danois. On lui doit entre autres un excellent site d'information sur la nouvelle scène rock danoise ( Supertanker ), également le meilleur site actuellement en ligne concernant Under Byen, et enfin un très intéressant livre-disque sur les groupes et labels d' Aarhus, la ville dont il est originaire. Mais personnellement, je lui dois encore beaucoup plus : la découverte de Tys Tys.

C'était sur une compilation que Lars Dideriksen m'avait concocté pour me faire découvrir les nouveaux groupes locaux. Et là, au milieu, il y avait cette chose, cet ovni, cette musique jamais entendue. Ca commencait par une voix de fille a capella sur un thème musical plutôt jazzy, puis entraient un piano et des cuivres et là tout devenait très très étrange, un peu comme si l'on entendait l'Art Ensemble de Chicago accompagnant Brigitte Fontaine sur " Comme à la radio" mais passé A L'ENVERS. A un moment, la fille cessait de chanter, le piano prenait la première place, malmené par un émule de Cecil Taylor. Et puis soudain tout s'arrétait, la fille revenait pour une sorte de comptine guillerette accompagnée d'un xylophone avant un final apaisé qui reprenait le thême d'ouverture. Mais qu'est-ce que c'était donc que ce truc ??!

Longtemps il m'a été impossible d'en savoir plus sur Tys Tys ( prononcez Tuss Tuss) puisque tel était le nom collectif des musiciens qui avaient enregistré ce morceau. Pas de site internet, impossibilité de trouver leur disque, tout juste pouvait-on apprendre que le groupe, un quartet mené par la chanteuse Maria Laurette Friis, s'était déjà produit en France à Grenoble pour un festival de jazz, ainsi qu'au Midem de Cannes

C'est le 10eme festival Spot à Aarhus qui me permit enfin de les voir sur scène, pour une prestation trés jazzy, proche souvent des groupes ECM, me laissant encore plus désorienté face à ce groupe décidément inclassable.

   

Depuis Tys Tys a sorti l'année dernière un extraordinaire second album " Go get some" ( Loretta Records), que depuis peu de temps - et c'est un évènement - on peut se procurer en France. On y retrouve ce mélange inclassable de jazz, de pop, de cabaret, de musiques de traverse qui font le style bien particulier de Tys Tys, sorte de mélange improbable entre Hanne Hukkeberg, Robert Wyatt et Albert Marcoeur. Ecoutez en particulier le titre 7, " Supermarket" pour prendre la mesure des idées bizarroïdes qui se baladent à l'intérieur de la tête rousse de Maria Laurette Friis. Mais c'est bien tout l'album qui est formidable, et comme s'exclamait un critique italien en guise de conclusion à sa chronique : " C' é del magico, in Danimarca !"

Aucun MP3, aucun titre complet de Tys Tys n'est malheureusement disponible pour le moment sur la toile. Vous pouvez profiter d' 1 minute trente de " Busses" le titre d'ouverture du dernier album ICI, et sur Soulseduction, vous pouvez écouter des extraits de 45 secondes de tous les morceaux de " Go get some" enchainés les uns aux autres, ce que je vous conseille de faire.

Le site de Tys Tys se contente pour le moment de donner quelques dates dépassées de concerts. Le groupe figure également sur le site du collectif de musiciens de jazz auquel il est affilié www.ilkmusic.com

Enfin et surtout achetez l'album de Tys Tys, c'est ICI que ça se passe

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Danemark
commenter cet article
3 septembre 2005 6 03 /09 /septembre /2005 00:00

Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, je ne résiste pas à l'envie de m'envoyer de temps en temps une bonne dose de rock n' roll bien primaire et bien crétin, du genre de ce que j'écoutais quand, étant plus jeune,  je bondissais sur mon lit comme sur un trampoline tout en moulinant de accords imaginaires sur une raquette de tennis.

Il y a belle lurette que je ne me livre plus à ce genre d'exercice ( la faute à la mauvaise qualité des literies modernes et non pas, comme le laissent entendre quelques mauvaises langues, à une soudaine augmentation de ma masse pondérale), mais j'aime toujours écouter la musique qui va avec.

Et dans le genre crétin, avec Quit Your Dayjob, on est servi: un petit nerveux robotique à la guitare et au chant, un homme-caoutchouc au physique de conehead aux synthés et un grand rouquin barbu et binoclard à la batterie, tout ce petit monde réuni pour électrocuter joyeusement de courts ( moins de 2mn) morceaux où se téléscopent  guitares psychobilly et sons techno sur des paroles qui vont rarement plus loin que les quelques mots qui donnent leur titre aux chansons ( " Pigs from hell", " Look ! A dollar!", " Coconut", ou mon préféré " Pissing on a panda").

   
 ( photographie : Ruut Bol/ Nighttown)

A l'écoute de leur premier mini-album, d'abord paru sur le label du groupe et ré-édité depuis chez Bad Taste, j'avais tout d'abord pensé que Quit Your Dayjob, tout comme les Ramones, étaient de faux crétins. Aprés les avoir vu sur scêne, je n'en suis plus si sûr, et il se pourrait bien, aprés tout, que ces trois phénomènes ne soient effectivement pas tout à fait finis. En tout cas, on ne s'ennuie pas à les écouter, ce qui est le but du jeu.

Mais on peut se poser des questions quand même à l'écoute de " Vlado video", le single extrait de leur premier véritable album " Sweden, we got a problem", où le groupe, pour la première fois, s'adresse à nous dans un semblant de langage articulé, amorçant ainsi un inquiétant virage prog-rock. Diable ! On suit l'affaire et on vous tient au courant.

QUIT YOUR DAYJOB : " Look ! A dollar ! "

QUIT YOUR DAYJOB : " Sweden, we got a problem"

QUIT YOUR DAYJOB : " Vlado video "

QUIT YOUR DAYJOB : " The freaks are out "

ACHETEZ les albums de Quit Your Dayjob.

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Suède
commenter cet article
2 septembre 2005 5 02 /09 /septembre /2005 00:00

" Crazy Jane talks with the bishop" : drôle de titre pour une chanson. Mais c'est normal, car avant d'être une chanson, c'est aussi et avant tout un poême de William Butler Yeats. Et d'ailleurs le groupe qui chante ça porte un nom bizarre lui aussi : A Full Moon In March. Longtemps, ce morceau déniché au début des années 90 sur une obscure compilation norvégienne m'a obsédé. Mélodie imparable, voix singulière, arrangements audacieux et doucement psychédéliques, on aurait pu le croire né de la rencontre entre Bowie période "Ziggy Stardust" et Lennon façon " Strawberry Fields". Lorsqu'il m'arrive de le ré-écouter 15 ans aprés l'avoir découvert - ce qui m'arrive encore assez souvent - je constate qu'il n'a rien perdu de son pouvoir magnétique. Longtemps, j'ai été dans l'ignorance totale de qui étaient A Full Moon In March. " Contact: Finn Coren" disait la pochette face à un numéro de téléphone qui répondait aux abonnés absents. Finn Coren ? Ce pouvait être le nom d'un label, ou celui d'une agence de management.... En fait, je l'ai découvert bien plus tard, lorsqu' internet a enfin facilité mes recherches, Finn Coren est le nom d'un des deux musiciens qui composaient A Full Moon In March. Le seul et unique album du groupe " Love's loneliness" (K.K.V.), tout entier bati sur la poésie de Yeats est sorti en 1990. Mais Finn Coren ne s'est pas arrété là, et a continué une carrière en solo. Aprés un premier essai ( dispensable) sous son nom, " The echoing green", il a renoué avec ses passions littéraires pour deux albums sur lesquels il mettait cette fois-ci en musique les textes de William Blake, " The Blake project" et "Spring: the appendix", le tout salué par un accueil enthousiaste de la critique.

 

Mais ce fut pourtant son quatrième album solo " Lovecloud", écrit presqu'entièrement par lui, paroles et musique ( Blake et Yeats y font quand même une petite apparition, ainsi que John Lennon) qui reste sa plus belle réussite. Un disque infiniment personnel, même si les influences de l'artiste réapparaissent parfois au détour d'une inflexion: Bowie toujours, quoique bien plus discrêtement que par le passé, mais aussi Peter Hammill, Robert Wyatt ou Donovan. On a connu pire, comme anges tutélaires...

Depuis le début du troisième millénaire, Finn Coren travaille sur un projet de longue haleine, une nouvelle fois inspirée par la littérature. Il s'agit cette fois-ci d'un double-album mettant en musique les textes du poête norvégien Olav H. Hauge. Frappé par une grave maladie il y a un an, Finn Coren a du reporter plusieurs fois la parution de cet album. Il en annonce à présent la sortie pour début 2006 sur son propre label Bard Records ( où l'on trouve également tout le reste de sa discographie solo excepté  "The Echoing green") .

MP3 // FINN COREN : " Riverboatman" ( extrait de " Lovecloud")

La même en version vidéo (wmv)

MP3 // FINN COREN : " The smile" ( extrait de " Lovecloud")

MP3 // FINN COREN : " The ecchoing green" ( extrait de " The Blake project")

MP3 // FINN COREN : " The wild flower song" ( extrait de " Spring: the appendix)

MP3 // FINN COREN : " Pantomime" ( extrait de " The echoing green")

Achetez les disques de Finn Coren.

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Norvège
commenter cet article