Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 22:56
En attendant le retour de Green Concorde (un second album au printemps prochain ?), on pourra toujours profiter de ce projet parallèle lancé par leur chanteur Morten Dam. Loin du post-punk électrisant de Green Concorde, la musique de No Blood In Bones associe à parts égales folk et psychédélisme et mouille le tout d'acide. Imaginez San Francisco par temps de brouillard en 1968, et écoutez la bande-son, quarante ans plus tard.
 

NO BLOOD IN BONES : "I am a statue"

Visitez la page MySpace de No Blood In Bones.

Et aussi celle de Green Concorde.
Repost 0
Published by J.P. Moya
commenter cet article
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 18:47
Il aura donc fallu trois ans à Malin Dahlberg, alias We Are Soldiers We Have Guns pour sortir un premier album depuis le premier article que nous lui avions consacré ici-même fin 2005. Trois ans de trop ? Pas impossible, car entre temps c'est une véritable déferlante de chanteuses suédoises qui s'est abattue sur nous: Ida Maria, Nina Kinert, Likke Li, Band In A Box, Frida Hyvönen, Britta Persson, El Perro del Mar, Dear Euphoria, Anna Ternheim, Miss Li...  j'en oublie, c'est sûr, et je ne parle même pas des duos (Taxi, Taxi !, First Aid Kit...) ni des groupes (Those Dancing Days, Audrey...) et encore moins de leurs consoeurs danoises, norvégiennes ou islandaises... Trop, c'est trop, et l'indulgence qu'on pouvait avoir à leur égard en 2005 n'est plus de mise aujourd'hui. Avec cette offre invraisemblable et la concurrence qui en résulte, il ne suffit plus d'avoir une voix fraîche, une jolie frimousse et quelques chansons pas trop mal troussées pour faire fondre nos coeurs d'artichauts. Le temps est venu de faire des choix et c'est là que les choses se gâtent pour We Are Soldiers We Have Gun. Car si son album ("Get Up Get Out", Stereo Test Kit) flatte gentiment les oreilles, on ne peut néanmoins s'empêcher de penser qu'il manque ici - comme d'ailleurs chez bon nombre d'artistes citées plus haut -  une véritable personnalité. Les trois meilleurs titres de l'album ("November", "Power", "What your sister said") auraient pu donner matière à un excellent E.P. Pourquoi ne pas se le faire soi-même maintenant que la vente en format digital autorise l'achat chanson par chanson ?
 

WE ARE SOLDIERS, WE HAVE GUNS : "November" (extrait de "Get up, Get out", 2008)

WE ARE SOLDIERS, WE HAVE GUNS : "The great depression" (extrait de "Get up, Get out, 2008)

Ecoutez tout l'album en streaming.

WE ARE SOLDIERS, WE HAVE GUNS : "Songs that no-one will hear" (extrait de "To meet is murder")

Visitez la page MySpace de We Are Soldiers, We Have Guns.

Achetez l'album de  We Are Soldiers, We Have Guns.
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 16:32

Elvira, c'est le projet personnel du catalan Pitino Elvira qu'on connaissait déjà comme guitariste de Standstill et batteur d'It's Not Not, deux groupes plutôt bruyants du label BCore. En aurait-il aujourd'hui assez des décibels ? On pourrait le croire à en juger par les "Silencio, por favor !"' qui ponctuent l'envoûtant titre d'ouverture ("Iconos") de ce premier E.P. solo. De fait, si ce n'est pas tout à fait le silence qui suit, du moins s'en approche-t-on avec un charmant instrumental ("Andorac"), et le joyau du disque, "Monstruos", bâti sur une hypnotique boucle de guitare acoustique sur laquelle vient se poser la voix démultipliée du chanteur. Dans le même registre - mais un demi-cran en dessous - "Runaway " vient refermer cet attachant E.P. qu'on ne risque rien à essayer: il est en effet proposé en téléchargement gratuit (jolie pochette comprise) sur le site du label Error Lofi. Un album devrait suivre prochainement chez BCore sur lequel on retrouvera trois des titres proposés ici.

  

ELVIRA : "Pequeños apuntes... E.P." (fichier zip)

ELVIRA : "Monstruos" (en écoute seule)

Visitez aussi la page MySpace de Elvira.

Et aussi celle que lui consacre Error-Lofi.


Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Espagne
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 16:03
Le plus dur, c'est de passer le stade de l'illustration sur l'emballage: une sorte de paysage surréalistico-fantastique barbouillé d'écoeurantes couleurs pastels. On croirait voir la pochette d'un disque de rock progressif de seconde zone des années '70. Mais pour peu qu'on arrive à surmonter son effet puissamment répulsif, ce qu'on découvre à l'intérieur est la plus belle des récompenses. Soit le premier album d'un duo de Linköping formé de Erik Sunbring et de Jakob Lind,  tous deux réuni sous l'intitulé trompeur de "Marching Band". Car ici, point de tubas, de trompettes ou de flageolets, et encore moins de rythmes martiaux. Au contraire, la musique des deux suédois n'est que douceur et délicatesse, mariant à ses mélodies en accroche-coeur une instrumentation subtile - mi-acoustique, mi-électrique - et de tourneboulantes harmonies vocales. Un peu comme si les sixties de Crosby Stills & Nash, des Zombies et de Simon & Garfunkel s'étaient invitées brusquement dans le 21e siècle des Shins, de Loney, Dear et de Jens Lekman. Ecoutez par exemple les guitares carillonnantes en ouverture de l'irrésistible "Make no plans". Avant même que les voix n'arrivent, vous savez déjà que c'est gagné. Et puis il y a ces discrètes influences africaines qui soulignent le tout aussi réussi "Gorgeous behavior", le rythme sautillant teinté d'électronique de "Make-up artist", la douce mélancolie de "Special treatment".... Au total 12 titres enregistrés en Californie sous la direction inspirée du producteur Adam Lassus (Yo La Tengo, Clap Your Hands Say Yeah !). Bien que ce premier album ("Spark Large", U&L Music) ne soit sorti que depuis août 2008, la musique de Marching Band est de plus en plus fréquemment utilisée par les illustrateurs sonores des séries et des films américains. Peut-être l'avez-vous déjà entendue sans le savoir....
 
 (Ouh-Ouh ! Elle est là la coupable, au milieu, nous présentant son oeuvre. L'air sympa à part ça, mais c'est fichu: j'ai bien peur qu'on ne soit jamais amis sur MySpace)

Marching Band fait partie de l'affiche du festival Eurosonic 2009 qui se déroulera en janvier prochain à Groningen (NL).

MARCHING BAND : "Gorgeous behavior" (extrait de "Spark Large", 2008)

MARCHING BAND : "Letters" (extrait de "EP 3", 2006)

MARCHING BAND : "Home alone IV" (extrait de "EP 3", 2006)

Avant de s'appeler "Marching Band", le duo s'était d'abord appelé "Second Language".

SECOND LANGUAGE : "Now more, Now less" (extrait de "EP 2", 2005)

SECOND LANGUAGE : "Marching Band" (extrait de "EP 1", 2004)

Ecoutez d'autres morceaux de l'album de Marching Band sur la page de leur label qui leur est consacrée.

Visitez aussi leur page MySpace.

Achetez le disque de Marching Band.
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Suède
commenter cet article
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 18:54

Je suis souvent frappé par l'incroyable arrogance des major-companies. Pour n'en donner qu'un aperçu, j'ai fréquemment constaté qu'elles font comme si les artistes n'avaient purement et simplement pas existé avant de signer chez elles. Que penser par exemple de RCA qui, sous le titre "Introducing Das Pop", écrit à propos du groupe belge en question: "Their Soulwax-produced debut album "Das Pop" will be released in Spring 2009" ? Car loin d'être un "debut album", ce disque est en fait la troisième parution du quartet gantois après les très réussis "I love Das Pop" (PIAS, 2000) et "The human thing" (Francorchamps, 2003). Du coup on se demande avec inquiétude si c'est bien le groupe qu'on avait aimé sur ces deux disques qu'on va retrouver le 26 janvier prochain - le printemps arrive de bonne heure pour RCA ! - et s'ils vont réussir à échapper au laminage musical qu'implique trop souvent la signature sur une "major". On l'espère bien sûr, même si le bondissant single "Try again" ne nous rassure qu'à moitié en sacrifiant sans remord les nuances à l'efficacité.  

 

 

DAS POP : "Try again" (extrait de "Das Pop", à paraître le 26 janvier 2009)

 

Un second morceau de l'album ("Fool for love") est offert si l'on souscrit à la newsletter du groupe.

 

Visitez la page MySpace de Das Pop.

 

Pré-commandez l'album de Das Pop.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Belgique
commenter cet article
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 00:04
Issue d'un pays imaginaire où les traditions de l'Amérique rurale se mêlent à celles d'Europe de l'Est, la musique de Dark Dark Dark vise droit au coeur. Ici, l'artifice n'est pas de mise et les prises de courant superflues. Un accordéon qui tangue, un banjo noirci par les ans, une contrebasse pour imprimer le rythme, un violoncelle comme liant, et les voix de Nona Marie Invie et de Marshall LaCount. C'est tout. Et c'est déjà beaucoup car avec cette configuration rustique, les quatre de Minneapolis insufflent à leurs chansons chavirées une humanité qui est la marque des meilleurs. Après un indispensable premier EP sorti sur le micro-label toulousain What A Mess ! - qui a fait preuve ici d'un joli flair ! - le groupe vient de sortir son premier album  "The Snow Magic" (Supply And Demand Music / Blood Onion). Ils seront en France du 11 au 21 novembre. Ce sera bien le diable s'ils ne passent pas près de chez vous.
 
 (photo: Angela Coppola)

DARK DARK DARK : "New York song" (extrait de "The Snow Magic")

Tournée française: Reims (session radio) le 11 novembre, Reims le 12  nov., Paris le 13 nov., Lyon le 14 nov., St. Etienne le 15 nov., Mordelles le 16 nov., Nantes le 17 nov. (+ session radio), Bordeaux le 18 nov., Loubières le 19 nov., Toulouse le 21 nov. 

(la chanson démarre deux minutes après le début)

Visitez la page MySpace de Dark Dark Dark.

Achetez "Love you, bye" de Dark Dark Dark. Achetez "The Snow Magic".
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Etats-Unis
commenter cet article
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 20:09
Il est des disques auxquels il faut laisser leur chance: Ainsi "This Ain't Hollywood", second opus des néerlandais Silence Is Sexy. Autant leur premier album avait su immédiatement me séduire, autant celui-ci m'est apparu tout d'abord fade et sans relief. Même pas vraiment mauvais, juste terriblement banal. Et voilà qu'au fil des écoutes répétées - l'obstination finit souvent par payer -  les chansons ont commencé à prendre une vraie consistance, les mélodies à imposer leurs marques, quelques morceaux à se détacher du lot avec une belle évidence. A commencer par celui qui donne son titre à l'album, exemple d'écriture classieuse qui démarre discrètement, puis soudain décolle aux alentours de la cinquantième seconde avec cette suite en accords mineurs qui mène irrésistiblement au refrain lumineux et puissant. Rien de neuf, certes, mais du beau travail. Et même si je pense encore que le premier album reste sensiblement supérieur à celui-ci, il serait bête de passer à coté. D'autant plus que "This Ain't Hollywood" a sur son prédécesseur un avantage non négligeable: il est en téléchargement libre sur le site du groupe. Pour ce prix là vous aurez également non seulement la pochette mais aussi le livret avec les paroles des chansons et de jolies photos. Risque zéro: courez-y !
 
 (photo: Heidi de Gier)

SILENCE IS SEXY : "This Ain't Hollywood" (extrait de l'album du même nom)

SILENCE IS SEXY : "This Ain't Hollywood" (tout l'album en fichier zip)

Visitez le site internet de Silence Is Sexy. Et aussi leur page MySpace.

Achetez les albums de Silence Is Sexy.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Pays-Bas
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 00:45
Il y a près de dix ans que Finn Coren travaillait sur ce projet de mettre en musique la poésie de son compatriote Olav H. Hauge. Mais une méchante maladie et l'ampleur de la tâche en avaient sans cesse retardé l'aboutissement. Maintes fois repoussé, annoncé en dernier recours pour l'automne 2006, ce n'est que maintenant qu'on peut finalement découvrir le résultat de ces longues années de travail. Et l'attente en valait la peine. Déjà connu pour sa mise en musique des poèmes de W.B. Yeats et de William Blake, Finn Coren a de manière évidente beaucoup investi dans ce projet. A-t-il craint pour sa vie pendant sa réalisation ? Lui seul pourrait le dire, mais à l'écoute de ces deux CDs de plus d'une heure chacun, on a souvent l'impression qu'il a enregistré cet album comme s'il pouvait être le dernier, en donnant tout ce qu'il pouvait donner. Parfois, il ne chante même plus, disant simplement les textes par dessus la musique d'une voix qui semble à quelques occasions prête à s'éteindre totalement, et c'est poignant. Pour habiller ces très beaux textes - heureusement traduits en anglais dans le livret -, Finn Coren a fait appel à une quinzaine de musiciens venus d'horizons les plus divers et créé des arrangements à la fois riches et variés, allant du rock très électrique de "Eit tre i brand" jusqu'au Philly Sound sophistiqué de "Vaarkjening II" en passant par la pop néo-psychédelique de "Sju vindar" et "William Blake". Le plus souvent cependant, c'est sur un lit de ballades acoustiques ourlé de cordes, de cuivres et de choeurs féminins qur Finn Coren nous offre de découvrir, dans cette rugueuse langue norvégienne un peu difficile à apprivoiser lors des premières écoutes, la poésie de Olav H. Hauge. Si le but était de nous la faire aimer, c'est réussi. Après avoir écouté l'album, on n'a qu'une envie: se plonger plus à fond dans l'oeuvre du poète. Mais on a aussi le droit - même si c'est dommage - de se ficher comme d'une guigne de cette dernière. La poésie, ici, est aussi dans la musique.


FINN COREN : "Vinternatt" (extrait de "I draumar fær du", 2008)

Décédé en 1994, Olav H. Hauge est considéré aujourd'hui comme l'un des plus importants poètes norvégiens contemporains. De toute sa vie, il n'a jamais quitté sa petite ville de Ulvik où il exercait la profession de producteur de pommes. Il a également traduit de nombreux poètes en norvégien. Sa poésie épurée, souvent inspirée par la nature et facile d'accès a été traduite pour la première fois en français l'année dernière ("Cette nuit l'herbe est devenue verte", Editions Rafael de Surtis, 7 rue Saint-Michel, 81170 Cordes-Sur-Ciel).

Tel est le rêve

Tel est le rêve que nous partageons
Quelque chose de merveilleux va arriver
Qui doit arriver...
Le temps va s'ouvrir
Le coeur va s'ouvrir
Les portes vont s'ouvrir
La montagne va s'ouvrir
Les sources vent jaillir
Le rêve va s'ouvrir
Un beau matin nous glisserons
Sur une vague que nous ne connaissions pas.

(Traduction: Eva Sauvegrain et Pierre Grouix)

Visitez le site internet de Finn Coren. Et aussi sa page MySpace.

Achetez l'album de Finn Coren.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Norvège
commenter cet article
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 00:37
Après un premier album élu haut-la-main "Disque du Mois" dans Rockomondo en février dernier, il restait à vérifier que ces orfèvres pop danois étaient aussi doués sur scène que sur disque. Ce qui fût fait en juin dernier au festival Spot lors d'un concert euphorisant et chaleureux. A votre tour maintenant de tomber sous le charme de ces éléphants pas balourds: leur album sort en France le 30 septembre prochain (Differ-Ant). Et je vous envierais presque, vous qui allez découvrir le sautillant "Ann" et son harmonica sixties, l'imparable "5 minutes", joyau pop façon Paddy Mc Aloon (et sans synthés !), l'entrainant "Caroline knows" dont le seul titre semble déjà être une musique, et le doux-amer "Splinter song" qui referme l'album en faisant regretter qu'il ne dure pas un peu plus encore. Il y a des voix masculines et féminines qui se répondent, des choeurs Beach Boys, des solos de guitare pas gonflants (c'est la fille du groupe qui s'en charge), du banjo, du ukulélé, des violons, du thérémin, des chansons gaies, des chansons tristes, et tout ça a comme un petit air d'été qui ne veut pas se terminer.

(The Elephants: vidéo de "5 minutes")

THE ELEPHANTS : "Obvious" (extrait de "The Elephants", Tapete/ Differ-Ant)

Merci à Tapete Records.

Visitez la page de The Elephants chez leur label.

Et aussi leur page MySpace.

Achetez l'album de The Elephants.
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 17:42

On avait évoqué ici-même il y a peu les douceurs pop scandinaves de Dylan Mondegreen, et c'est au même rayon de confiseries nordiques qu'on retrouve aujourd'hui Jeremy alias Lars Christian Olsen et Øyvind Hatleskog. Depuis le premier post qui leur avait été consacré dans ces pages, les deux jeunes norvégiens ont enfin mis la touche finale à leur premier album "Smells like rain, Feels like the sun", disponible dés demain dans les bacs des disquaires locaux. Difficile d'en faire la chronique en se contentant des extraits de 30 secondes présentés sur les sites de téléchargements. Néanmoins, leur écoute se révèle suffisamment frustrante pour laisser présager d'un excellent cru. Entrée dynamique avec le nouveau single "Silly Love Songs" suivi du tubesque et déjà apprécié "Make Love Not War", ralentissement progressif dans la seconde partie de l'album avec quelques titres plus doux et acoustiques, reprise finale sur une trilogie de morceaux brillants et accrocheurs: voilà un programme qui semble plus que prometteur. A réserver quand même aux amateurs de sucré plus qu'aux inconditionnels de cuisine épicée. 

 (Jeremy, photo Trond Sørås)

JEREMY : "Silly Love Songs" (extrait de "Smells like rain...", 2008)

"Little Boy" un autre morceau du premier album de Jeremy est disponible en téléchargement gratuit sur la compilation proposée par le site musical eardrumsmusic.com

Visitez la page MySpace de Jeremy.

Téléchargez légalement leur album.
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Norvège
commenter cet article