Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 00:43

Le premier mars prochain, les danois de Speaker Bite Me se réuniront à Copenhague pour un concert exceptionnel au cours duquel ils interprèteront l'intégralité de leur légendaire album "If love is missing, it must be imposed" (2000). Pour fêter l'évènement, le groupe vous propose de télécharger gratuitement l'album sur leur page Soundcloud. L'effort demandé par un clic gauche aura rarement été mieux rentabilisé.

 

SpeakerBiteMePRPhoto2forCam

 

SPEAKER BITE ME: "If love is missing, it must be imposed"

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 18:52

Après sa collaboration fructueuse avec Nikolaj Nørlund sur l'album de ce dernier ("Alt sammen lige nu", disque du mois dans Rockomondo en février ), le chanteur des Figurines, Christian Hjelm, nous annonce un album solo pour le 3 septembre prochain. Un premier extrait de ce disque chanté en danois vient d'être dévoilé qui laisse bien augurer de la suite. On en viendrait presque à espérer l'automne alors que le printemps n'est toujours pas arrivé...


Christian Hjelm

 

 

Christian Hjelm - Scenen Skifter Nu (album ude 03.09.2012) by Pgm_Denmark

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 17:50

Alors que le sextet danois Alcoholic Faith Mission se prépare à sortir aux Etats-Unis son dernier album "Ask me this" soutenu par une tournée qui débutera au printemps prochain, leur label nord-américain 45records propose de télécharger gratuitement et pour une période limitée une compilation de morceaux extraits des trois disques précédents. Après un premier opus neo-folk en 2006, Alcoholic Faith Mission s'était un peu cherché, tâtant au trip-hop et à la folktronica sur "421 White Avenue" (2009), avant de rejoindre sur le disque suivant ("Let this be the last night we care", 2010) la scène du nouveau "rock héroique", appellation non officielle et clin d'oeil aux groupes des années '80 déjà réunis sous cette bannière (Waterboys, The Alarm, Big Country...). Evoquée précédemment sur ce blog à propos des concerts de School Is Cool (B) et Team Me (N) à Eurosonic 2012, la "Big Music" version 2012 apporte à ses bases pop un souffle épique, romantique et passionné. Chaque groupe y délivre sa touche personnelle. Celle d'Alcoholic Faith Mission est le plus souvent sensible et raffinée: leurs origines folk ont laissé des traces. Certes, on y chante en choeur (à signaler le joli mélange de voix féminines et masculines), mais les morceaux font moins appel aux percussions, claquements de mains, et ruptures de rythme et d'intensité caractéristiques aux deux groupes pré-cités. Pas non plus de longues compositions labyrinthiques comme chez les espagnols de Hola A Todo El Mundo: ici tout se joue en trois ou quatre minutes. On y trouve par contre des harmonies vocales à tomber (les titres d'ouverture et de fermeture du dernier album) et l'influence de deux groupes qui ont laissé leur trace au Danemark: Mew et Efterklang. La compilation 45records fait l'impasse totale sur le premier album et - prévisiblement - celui qui va sortir, mais offre par contre de jolis extraits de tout le reste et notamment trois titres de l'excellent EP "And the running with insanity", celui-là même qui nous avait fait réaliser que quelque chose de vraiment intéressant était en train de se passer avec Alcoholic Faith Mission. "Dim light from above" est disponible gratuitement sur le site de 45records jusque fin février (coup de chance, cette année février compte 29 jours !). On peut aussi acheter le nouvel album "Ask me this", ce que le groupe a fait de mieux à ce jour.

 

Alcoholic Faith Mission - Running With Insanity by Paper Garden Records

 

Téléchargez gratuitement Alcoholic Faith Mission "Dim light from above".

Alcoholic Faith Mission sur Bandcamp.

 


 

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 13:41

Certains d'entre vous se rapellent peut-être des Danois Figurines: leur album "Skeleton" avait été très bien accueilli par la critique lors de sa sortie en France en 2006 (voir Popnews, Pop-rock.com. TheFake, etc...) Le groupe a continué par la suite à enregistrer d'excellents disques sans connaître malheureusement les honneurs d'une parution française. Au début d'une tournée européenne qui s'arrêtera le 22 septembre à Lille (La Péniche) et le 23 septembre à Paris (La Flèche d'Or), les Figurines offrent un EP cinq titres enregistré live à Copenhague qui permettra à tous ceux qui les avaient oubliés de remettre les pendules à l'heure. Le son est brut de décoffrage, mais la musique tout aussi enthousiasmante qu'il y a cinq ans.

 

 

Figurines: "Five songs recorded live at Vega, Copenhagen" (Free download)

 

Rockomondo est arrivé sur Facebook ! Merci d'aller mettre "J'aime" sur sa page. On est jamais trop aimé ;)

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 09:20
L'arrivée de l'automne vous déprime ? Vous seriez partants pour un peu de rab' de soleil et d'insouciance ? Ca tombe bien: Bodebrixen est de retour avec un abum intitulé "Whatsinsidewhatsoutside". Un nouvel album, vraiment ? En fait, pas tout à fait puisque la majorité des titres de ce second opus figuraient déjà sur le disque précédent. On les retrouve ici remixés, nettoyés, avec un son plus brillant, un track-listing plus judicieux, et deux inédits ("Suit your needs" et "Traditional jazz") pour pleinement justifier cette opération de recyclage bien menée. Mélodies futées, rythmes enlevés, trompettes clinquantes et vocaux enjoués: le plus suédois des groupes danois - appellation approuvée par le groupe - apparaît ici sous son meilleur jour. Une belle tranche de "sunshine pop" telle que vous l'aviez rêvée, en téléchargement gratuit sur le site du groupe.

 

BODEBRIXEN : "Whatsinsidewhatsoutside" (l'album en format zippé)

Visitez aussi la page MySpace de Bodebrixen.

Achetez "Whatsinsidewhatsoutside" : ce sera sympa pour le groupe et le son sera meilleur.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 18:58
Au début c'était sympa ! Toutes ces mignonnes petites nanas qui arrivaient de partout - de scandinavie principalement  - avec leurs pianos laqués ou leurs guitares-en-bois. Elles chantaient leur vague à l'âme la bouche en coeur d'une voix de jouvencelle et nous - bétas qu'on était - on écrasait une larme émue, l'oreille indulgente et l'oeil vaguement émoustillé. Seulement voilà, ça c'était AVANT ! Car toutes les Hello Saferide, les Bobby Baby et autres El Perro Del Mar n'étaient que les éclaireuses d'une nuée (de sauterelles ?) qui nous a littéralement submergé. Trop c'est trop ! On sature ! On en a marre ! On n'en peut plus ! Stop !
Peut-être qu'un jour, le gâtisme aidant, je me laisserai de nouveau aller à mes mauvais penchants. On me retrouvera tremblotant dans ma chambre médicalisée, à bétifier sur les cucul-teries de Coeur de Pirate (ou son homologue du moment) en bavant dans ma bouillie froide  Mais bon, c'est pas pour tout de suite (j'ose espérer !) ! Laissez-moi encore quelques années. Et d'ici là, les nanas, basta ! Ouste ! Go home ! Du vent ! De l"air !
Sauf que... Sauf que... il y a toujours des exceptions, sinon ce serait trop simple... Vous les connaissez comme moi: la trop rare Stina Nordenstam, l'aérienne Emiliana Torrini, la poignante Camilla Munck, la sensible Maria Solheim, la cinglante Frida Hyvönen, la...... (ajoutez ici le nom que j'ai forcément oublié).
Et puis il y a Karoline Hausted. Et là, c'est encore autre chose. Pour commencer, c'est elle qui m'a trouvé, pas le contraire, et j'en suis encore tout tourneboulé. Parce que des "Demandes d'amis" comme celle-là sur MySpace, je veux bien en recevoir tous les jours. Ou plutôt non, qu'elles restent rares, c'est très bien comme ça. La rareté attise le désir, dit-on, et avec Karoline Hausted, on a été servi. Entre le moment où un premier post lui a été consacré sur ces pages et la sortie de cet album lumineux, il s'est écoulé presque deux ans. Deux ans avec en tout et pour tout trois chansons - celles de sa page MySpace, justement - qui tournaient en boucle à chaque fois que j'allumais mon ordinateur, sans que jamais je puisse m'en lasser. L'album est arrivé par surprise, alors que je ne l'attendais plus, comme un cadeau inattendu. La confirmation éblouissante, comme une évidence, que je ne m'étais pas trompé. Pourtant, rien de foncièrement neuf ou d'original dans la musique de Karoline Hausted. Une fille qui chante des chansons tristes, un piano, quelques cordes: qui n'a pas déjà entendu ça cent fois ? Oui, mais...  pas comme ça... pas à ce niveau d'excellence. Ce "Trees that lean" qui m'avait fait chavirer sur MySpace, par exemple, on s'aperçoit ici qu'il ne s'agit que d'une première marche, un point de départ pour aller plus haut. C'est là, sur les sommets, qu'on trouve le spleen romantique de "Seabirds", pièce d'ouverture en forme de mêtre-étalon, la beauté tranquille de "I am a river" avec cet extraordinaire pont de piano sorti tout droit de chez Under Byen (un hommage ?), les accords cristallins de cithare chinoise sur "Cat sprang up the garden", La plénitude harmonique et la beauté foudroyante de la chanson qui donne son titre à l'album. Et partout cette grâce, cette élégance, cette délicatesse que tant cherchent à atteindre et qui semblent ici naturelles, venues sans effort, tout comme cette voix si simple, si dénuée d'effets et pourtant parfaite. Sorti sur le propre label de Karoline, Blush Music, "Double Silence" n'est pas un album très facile à trouver. Rien qui pose problême cependant pour tout possesseur d'un ordinateur (donc forcément vous, qui lisez ces lignes). On comprendra que l'acquisition est plus que conseillée. Ceci en attendant que le talent de Karoline Hausted éclate au grand jour. Ce qui ne saurait tarder à arriver. Inéluctablement.

 

Dommage, le seul titre disponible sur le net, est "Trouble", très bon morceau par ailleurs, mais sans doute le plus "évident" du disque au risque d'en donner une idée approximative:

KAROLINE HAUSTED : "Trouble" (extrait de "Double Silence", 2009)

Mais vous pouvez écouter sept morceaux de l'album (+ 3 de l'EP "Drawings") ici (nécessite d'être connecté à MySpace)

Il y en a également sur la page MySpace de Karoline Hausted. Et sur sa page Last.fm .

Et surtout, surtout, achetez "Double Silence".

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 22:10
Dommage que ça grandisse si vite ! On avait à peine eu le temps de s'habituer à Oh No Ono en Quick et Flupke espiègles qu'on les retrouve déjà adolescents ambitieux en quête de respectabilité. Vous pouvez tirer un trait sur le festif cocktail new-wave-disco-kitsch du premier album "Yes": ici les cinq danois veulent jouer dans la cour des grands et se donnent les moyens d'y parvenir. Le "Tomorrow never knows" repris régulièrement à la fin des concerts aurait du nous mettre la puce à l'oreille: C'est en effet chez les Beatles période psychédélique qu'"Eggs" trouve plus d'une fois son inspiration, à commencer par les volutes orientales très harrisoniennes du morceau d'ouverture "Eleanor (tiens ?...) speaks". Plus loin on pense aussi aux savantes constructions mélodiques de Brian Wilson, à l'éventail sonore déployé il y a quelques années par Mercury Rev ou les Flaming Lips. Du lourd. Du sérieux. Mais on y pense et on oublie, car en dépit de ces références trop grandes pour leurs frèles épaules, les trublions d'Oh No Ono parviennent envers et contre tout à sauvegarder leur belle singularité. Alors oui, c'est vrai, ça grandit trop vite. Mais c'est la loi des choses, et on aurait tort de se plaindre lorsqu'elle suscite un aussi riche épanouissement. On sera impressionné. Et admiratif. Avec - quand même - un petit pincement au coeur en pensant à la fraîcheur et l'insouciance des débuts.

"Swim", joli morceau et clip un peu envahissant sur la classique thématique Eros/Tanathos.

OH NO ONO:  "Icicles" (extrait de "Eggs", 2009)

OH NO ONO: "The wave ballet" (extrait de "Eggs", 2009)

OH NO ONO: "Eggs" (tout l'album en streaming-audio)

Visitez le site internet d' Oh No Ono.

Achetez les disques de Oh No Ono sur leur page MySpace. Ou encore ici.

"Eggs" est "Disque du mois" actuellement dans Rockomondo.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 00:08
J'ai déjà eu l'occasion d'évoquer sur ces pages tout le bien que je pensais des Danois Murder, déjà appréciés deux fois sur scène à Spot en 2007 et 2008. De passage aux Etats-Unis en début d'année pour participer à l'incontournable festival South By Southwest (SXSW pour les habitués), le groupe en a profité pour enregistrer une session de quatre titres pour la radio d'Austin KAOS. Les morceaux de Murder disponibles librement sur le web sont suffisamment rares pour qu'on ne laisse pas passer ceux-là en dépit de leur qualité sonore moyenne. D'autant plus que cette session nous permet de découvrir trois chansons inédites ("Providence", "Help the dead" et "No room for mistakes") qui figureront selon toute vraisemblance sur le troisième album des Danois.
Avant de télécharger, visionnez cette petite vidéo histoire de vous rendre compte de quoi il retourne. Depuis les fameux "Concerts à emporter", il est à la mode sur le net de faire jouer les groupes dans les endroits les plus improbables: un garage sinistre chez Télérama, un placard chez d'autres (on espère que ce n'est pas prémonitoire), voire même des W-C (là je peux conseiller des noms si ça les intéresse !). Pour les allemands de Balcony TV (le programme existe aussi à Londres et à Dublin), ça se passe prévisiblement sur un balcon où Murder interprète son très beau "When the bees are sleeping" avec les lumières et les sons de la ville en arrière plan.



MURDER : "Providence" (live at KAOS Radio)

MURDER : "Help the dead" (live at KAOS Radio)

MURDER : "Feast in my honour" (live at KAOS Radio)

MURDER : "No room for mistakes" (live at KAOS Radio)

MURDER : "Sounds below the sun" (live at KAOS Radio)

L'intégralité de la session est également disponible en plusieurs formats ici.

Visitez le site de KAOS Radio, Austin.

Et celui de Balcony TV.

N'oubliez pas la page MySpace de Murder.

Ni cette interview en français.

Et encore moins d'acheter leurs disques.
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 00:37
Après un premier album élu haut-la-main "Disque du Mois" dans Rockomondo en février dernier, il restait à vérifier que ces orfèvres pop danois étaient aussi doués sur scène que sur disque. Ce qui fût fait en juin dernier au festival Spot lors d'un concert euphorisant et chaleureux. A votre tour maintenant de tomber sous le charme de ces éléphants pas balourds: leur album sort en France le 30 septembre prochain (Differ-Ant). Et je vous envierais presque, vous qui allez découvrir le sautillant "Ann" et son harmonica sixties, l'imparable "5 minutes", joyau pop façon Paddy Mc Aloon (et sans synthés !), l'entrainant "Caroline knows" dont le seul titre semble déjà être une musique, et le doux-amer "Splinter song" qui referme l'album en faisant regretter qu'il ne dure pas un peu plus encore. Il y a des voix masculines et féminines qui se répondent, des choeurs Beach Boys, des solos de guitare pas gonflants (c'est la fille du groupe qui s'en charge), du banjo, du ukulélé, des violons, du thérémin, des chansons gaies, des chansons tristes, et tout ça a comme un petit air d'été qui ne veut pas se terminer.

(The Elephants: vidéo de "5 minutes")

THE ELEPHANTS : "Obvious" (extrait de "The Elephants", Tapete/ Differ-Ant)

Merci à Tapete Records.

Visitez la page de The Elephants chez leur label.

Et aussi leur page MySpace.

Achetez l'album de The Elephants.
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 09:51

J'ai eu beau chercher partout, consulter toutes les sources possibles et imaginables, impossible de trouver la véritable identité du garçon qui se cache derrière Girls Love Rallie. En fait, ça n'a pas grande importance. Qu'il suffise de savoir que pendant une dizaine d'années il avait présidé aux destinées du groupe My Friend George, nous laissant un très agréable album ("Born in the USA") chez Morningside en 2005. Aujourdhui en solo - mais pas seul pour autant: il a invité ses copains des Figurines, de 1234 et de Charlie Don't Surf  - Girls Love Rallie nous sert ce nouvel album au titre français ("Les Chansons Terribles") et à l'inspiration typiquement indie-rock américaine (option early 90's). Paradoxalement, c'est la modestie de l'entreprise qui fait tout son charme. Girls Love Rallie ne cherche sans doute pas à révolutionner l'histoire de la musique, mais plus simplement à communiquer à l'auditeur son plaisir d'interpréter de bonnes chansons classiques couplet-refrain-pont dans une atmosphère décontractée, en évitant si possible d'aller trop vite. Et ça marche ! Parce que justement, les chansons sont bonnes, et que c'est le genre de cadeau qui ne se refuse pas. D'ailleurs, pour mieux convaincre d'hypothétiques fans français, c'est dans notre langue que Girls Love Rallie a rédigé son profil sur MySpace, un moment d'anthologie que je ne résiste pas au plaisir de vous livrer in extenso:
"Une voix fraîche, juste, moderne, composant il-même (sic) ses chansons, Girls Love Rallie vous plaira. En entendant Girls Love Rallie, on entend la jeunesse et ses problêmes amoureux. Vous serez transportés dans un auitre monde de gentillesse, de rythme et de jouvence. VIVE GIRLS LOVE RALLIE !"


L'album "Les Chansons Terribles" de Girls Love Rallie n'a été tiré qu'à 100 exemplaires numérotés. J'ai le N°3, et vous, lequel aurez-vous ?

GIRLS LOVE RALLIE : "The kandy eel" (extrait de "Les Chanson Terribles", 2008)

GIRLS LOVE RALLIE : "Forgive the flies"  (idem)

Pour télécharger d'autres morceaux (recommandé), visitez la page MySpace de Girls Love Rallie.

Achetez les albums de Girls Love Rallie et My Friend George.
Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article