Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

19 octobre 2005 3 19 /10 /octobre /2005 00:00

Le Petit Ramon est toujours tiré à quatre épingles. C'est normal, car Le Petit Ramon est un proche de la tribu Mod de Barcelone où l'on ne plaisante pas question élégance. Malgré cela, Le Petit Ramon préfère écouter Les Beatles, Kraftwerk, Devo, Les Sex Pistols et Jacques Dutronc que The Jam et Les Small Faces. Le Petit Ramon n'en fait qu'à sa tête. Le Petit Ramon est assez aimable pour proposer son site internet en quatre langues. Seulement, on a beau cliquer n'importe où, le texte s'affiche toujours obstinément en Catalan. Chez Le Petit Ramon, c'est l'intention qui compte. Le Petit Ramon tourne des vidéo-clips plutôt rigolos, dans lesquels il fait preuve d'une belle énergie. On ne doit pas s'ennuyer aux concerts du Petit Ramon. Le Petit Ramon a un groupe qui s'appelle " Les Filles Del Panic", et ensemble ils viennent d'enregistrer un deuxième album intitulé " Luxuria" ( Discmedi).

 

Le Petit Ramon n'est peut-être pas le meilleur groupe à être apparu récemment sur la scène rock Espagnole, mais c'est le plus malin: Il a mis des MP3 sur son site internet, lui !

LE PETIT RAMON : " Angoixa" ( zip)

LE PETIT RAMON : " Catalepsia" ( zip)

LE PETIT RAMON : " El Greix" ( zip)

LE PETIT RAMON : " Totes les novies hooligans" ( zip)

VIDEO: LE PETIT RAMON : " Gelosia"

ACHETEZ les disques du Petit Ramon

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Espagne
commenter cet article
27 septembre 2005 2 27 /09 /septembre /2005 00:00

" Erik Satie, Bartok, Kurt Weill, you made a fool out of me (...) The sound of the 50's, be-bop jazz, country and western made a fool out of me (...) Nat King Cole, Cole Porter, Ray Davies, This is my hall of fame.."... Voilà ce que chantait en 1994 Malcolm Scarpa sur une mélodie belle à pleurer. Mais il aurait pu aussi bien ajouter Elvis, les Beatles, Brian Wilson, Django Reinhardt ou Nino Rota, tous ces musiciens qui figurent en bonne place dans son panthéon personnel, inspirant comme des anges bienveillants la musique de cet inclassable madrilène.

C'est dans les couloirs du métro de la capitale espagnole que Malcolm Scarpa fait ses premières armes, et par le blues qu'il commence à faire parler de lui dès les années 80 avec l'harmoniciste Naco Goni. Mais il faut attendre la décennie suivante pour que son talent s'épanouisse véritablement. De 93 à 96, Malcolm Scarpa est pris d'une véritable frénésie créatrice, sortant quatre albums à raison d'un par année. Les trois premiers, composés chacun de vingt-six morceaux (!), sont un enchainement ( j'ai failli écrire " enchantement" ...) ininterrompu de joyaux mélodiques, qui mèlent psychédélisme, chanson, ragtime, jazz, torch songs, avec une grâce infinie. Sans moyen mais avec des idées, Malcolm Scarpa bricole ses petites fusées pop, vise les étoiles, et - Miracle !  - les atteint souvent. Sur le meilleur d'entre eux, " My devotion" (1994), il fait même mouche à ( presque) tous les coups.

Parlez pourtant de Malcolm Scarpa en Espagne, pratiquement personne ne le connait. Adoré des critiques mais inconnu du public, c'est un franc-tireur définitif, impossible à ranger dans un quelconque tiroir, apparaissant rarement sur les photos, et donnant peu de concerts. Ces dernières années, il s'est fait encore plus rare. Une tentative de groupe ( " The Jacquelines") ne rencontrant aucun succés. Puis la maladie pendant plusieurs années. Malcolm Scarpa en est revenu triste et amer. Dernièrement, à un journaliste qui l'interrogeait à propos de son recueil de chroniques et nouvelles " Qué te debo, José ?" ( parce qu'il écrit aussi)  et s'étonnait  qu'il ait presque totalement disparu de la scène musicale, Scarpa répondait " Je suis désenchanté, pas particulièrement par la littérature ou la musique, mais par le monde tel qu'il est"

Ecoutez Malcolm Scarpa avant qu'il ne se taise.

Fichiers WMA:

MALCOLM SCARPA : " A Fallen Angel"

MALCOLM SCARPA : " You might get better"

MALCOLM SCARPA : " Instant soup"

MALCOLM SCARPA : " Salle d'attente"

Achetez les disques de Malcolm Scarpa ICI et LA.

Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Espagne
commenter cet article
19 septembre 2005 1 19 /09 /septembre /2005 00:00

Pour trouver des disques à Barcelone, mieux vaut savoir où porter ses pas car la majorité des disquaires se trouve en fait concentrée sur une seule et unique rue, Calle Tallers, Carrer dels Tallers en Catalan, première à droite en descendant les Ramblas. Là, vous n'aurez que l'embarras du choix, une petite visite à " Disco Castello" ( Tallers 9) peut se révéler intéressante par exemple, mais laissez moi quand même vous conseiller l'incontournable magasin " Revolver" ( Tallers 11). L'entrée dans l'échoppe est un peu refroidissante, toute la première pièce étant réservée au métal et à ses dérivés, mais dès qu'on aborde le petit couloir qui mène aux pièces arrières, on peut y découvrir de jolis rayons pop/rock, indé ou électro. Il n'est pas interdit de faire une petite halte au casier " Indie nacional", histoire de rendre honneur aux productions locales, ceci avant d'arriver tout au fond du magasin à un rayon d'occasions vraiment bon marché où l'on peut parfois dénicher la perle rare. Classement souvent, euh... un peu particulier. Prévoyez d'y passer du temps. Petit détail qui a son importance: " Revolver" reste ouvert à l'heure de la sieste !

Adjacente à la Calle Tallers, l'étroite Calle Sitjas mérite également un détour pour les amateurs de Punk, garage et rock n'roll.

En arrivant à l'endroit où la Calle Tallers s'élargit, ne rebroussez pas chemin, mais tournez plutôt à gauche dans la Calle Valldoncella. Là, au numéro 3, vous trouverez mon disquaire préféré à Barcelone, CD-Drome. Pour moi, c'est un sanctuaire : c'est là que j'ai serré la main de John Peel ! Mais c'est aussi un excellent magasin plutôt spécialisé dans la pop et l'électro. Certains vendeurs parlent le Français et près de la sortie un généreux assortiment de Flyers vous offrira de quoi vous occuper pendant votre séjour.

Plus bas, dans l'ancien Barrio Chino, et donnant sur la Calle de l'Hospital, il est indispensable de faire un petit tour dans la Calle Riera Baija ( Carrer Riera Baixa). Dans cette courte rue sont venus s'installer depuis quelques années boutiques de fringues branchées et disquaires spécialisés dans le vinyl, les oldies, collectors et rééditions. Au moins trois magasins de disques à visiter dans cette rue. Peut être vous arrêterez vous comme moi dans l'un d'entre eux pendant 20 minutes pour écouter une face entière de " Funhouse" à fond les gamelles, un plaisir dont je m'étais privé bien trop longtemps. A ne surtout pas manquer l'extraordinaire " Wah Wah" ( Riere Baixa 14) et ses rayons 100 % vinyl bourrés à ras bord de pop, soul, musique psychédélique, krautrock, garage 60's, surf, easy listening, exotica et j'en passe... Accueil extrèmement désagréable : un bon disque, ça se mérite.

Le mieux est bien sûr de programmer sa visite pendant un festivaL Il en existe trois à conseiller tout particulièrement : le Primavera Sound Festival qui a lieu au printemps comme son nom l'indique et dont le programme est presque toujours à tomber par terre. Le mondialement célèbre " Sonar" en juin reste LE festival de référence pour les musiques électroniques, dans le cadre exceptionnel du Musée d'Art Contemporain ( MACBA). Et enfin le moins connu "BAM" ( Barcelona Accio Musical) fin septembre, vitrine d'une convention internationale de labels indépendants. Entièrement gratuit et dispersé sur plusieurs scènes du centre Barcelonais, le BAM ne manque pourtant pas d'attraits. Cette année, par exemple, il proposera au public des groupes tels que - entre autres - les Raveonettes, Smog, Ben Lee, Tahiti 80, Donna Regina, Orange Blossom, Vive la Fête, Rinoçèrôse, ainsi que les espagnols Sidonie, Sunday Drivers, Delorean, Mishima, 12Twelve ou It's Not Not.  Pas mal pour un festival gratuit. Démarrage le 22 septembre pour trois jours. Vous avez tout juste le temps de boucler vos valises.

 
 It's Not Not.

MP3 // IT'S NOT NOT : " Ups and downs"

Achetez les albums de It's Not Not.

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Espagne
commenter cet article
15 septembre 2005 4 15 /09 /septembre /2005 00:00

Nombreux sont les groupes en Espagne à s'être aventurés sur le terrain des guitares tintinnabulantes et des chanteuses mutines, mais bien peu l'ont fait avec autant de grâce et de légèreté que les cinq filles de Nosoträsh.

Issu de la prolifique scène de Gijon au milieu des années 90,  le groupe vient de sortir récemment son quatrième album "Cierra la puerta al salir" ( Elefant). Une bonne l'occasion de découvrir ce que sont devenues ces petites cousines alternatives de Jeannette ( la créatrice de l'immortel " Porque te vas") à l'aube de leur dixième anniversaire, et si elles ont continué dans la veine acoustique et mélancolique de leur précédent album "Popemas". Réponse à mon retour d'Espagne.

 
 ( photographie: Francis Tsang)

MP3 // NOSOTRÄSH : " Dando vueltas"

MP3 // NOSOTRÄSH : " Corazon colilla"

MP3 // NOSOTRÄSH : " Gloria"

MP3 // NOSOTRÄSH : " Caperucita"

Achetez les disques de Nosoträsh.

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Espagne
commenter cet article
13 septembre 2005 2 13 /09 /septembre /2005 00:00

D'abord one-man band de son créateur Alfonso Alfonso, et trés axé sur un psychédélisme sixties, Schwarz, en devenant un trio, n'a gardé de sa formulation originelle que le psychédélisme, le confrontant cette-fois-ci à des modes d'expression bien plus contemporains tels que post-rock ou techno. Comme leurs amis de Manta Ray avec qui ils ont d'ailleurs enregistré un album commun, Schwarz est un groupe en perpétuelle recherche musicale, qui ose, qui tente de nouvelles formules, à qui il arrive de se planter parfois mais qui n'est jamais ni tiède, ni inintéressant.

 

Schwarz sera en concert à Paris au mois de décembre prochain, avec leurs compagnons de label Camping ( post-rock) et les Nérlandais romantiques de Mist. Il serait prudent de ne pas les manquer.

Quelques morceaux en format wma:

WMA // SCHWARZ : " Hipnohimno"

WMA // SCHWARZ : " Schwarz play christian rock"

WMA // SCHWARZ : " Here comes the darkness"

WMA // SCHWARZ : " Travels without moving"

ACHETEZ les disques de Schwarz.

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Espagne
commenter cet article
11 septembre 2005 7 11 /09 /septembre /2005 00:00

Dés la parution de leur premier album " Songs from Cydonia" ( B Core/ Cydonia) en 2002, il a été évident que Madee serait un groupe qui compterait dans le paysage rock espagnol. Le sextet y délivrait un mélange d'emo-core et de new-wave dans lequel on pouvait retrouver l'influence de groupes comme Echo & The Bunnymen et surtout les trop oubliés The Sound ( de manière frappante pour ces derniers sur un titre comme " The asteroid is falling"). Un second album " Secret Chamber" venait confirmer deux ans plus tard tout le bien qu'on pensait de ces catalans, accompagné d'un dvd bonus qui nous révélait en outre que le groupe était au moins aussi bon, sinon meilleur, sur scène que sur disque. Ce que je vérifiais de visu la même année lors d'un showcase dans un magasin Barcelonais. Depuis, un troisième opus, " Orion's belt" est venu s'ajouter à la discographie du groupe, dans une veine peut-être plus délibérement émo, plus aride, et qui semble boucler la trilogie. On est curieux et impatient de découvrir ce que nous proposera Madee la prochaine fois.

 

MP3 // MADEE : " Impulsor" ( extrait de " Songs from Cydonia")

MP3 // MADEE : " Sparrow" ( extrait de " Songs from Cydonia")

MP3 // MADEE : " Clumsy" ( extrait de " Secret chamber")

MP3 // MADEE : " Secret chamber" ( extrait de " Secret chamber")

ACHETEZ les disques de Madee.

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Espagne
commenter cet article
8 septembre 2005 4 08 /09 /septembre /2005 00:00

Pendant longtemps, Ainara LeGardon a été chanteuse du groupe Onion, responsable de deux albums tout à fait estimables chez Jabalina. A présent, c'est en solo qu'elle se produit, et c'est encore mieux. Là encore, deux albums sont parus : " In the mirror" en 2003 et " Each day a lie" cette année, tous deux produits par Chris Eckman des Walkabouts dont l'intérêt pour les musiques Européennes est bien connu. Sur le nouvel album, via la connection Eckman, on peut apprécier entre autres la présence du Norvégien Al de Loner ( Midnight Choir)

 

Il n'existe à ma connaissance de site internet ni pour Ainara Legardon, ni pour son label Winslow Lab.

Mais voici quand même un petit échantillon de sa musique:

MP3 // AINARA LEGARDON : " In the mirror"

 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Espagne
commenter cet article