Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 23:39

Au rayon des (très) bonnes surprises, ma découverte toute récente de l'existence d'un troisième album des italiens Yuppie Flu. C'est en 2003 que j'avais découvert ce quatuor d'Ancône avec leur premier album "Days before the day" et j'étais tombé instantanément amoureux de leur pop élégante aux forts parfums psychédéliques, synthèse improbable et pourtant parfaitement maîtrisée de The Notwist, Mercury Rev et des Moonbabies. Deux ans après ces débuts remarqués, l'attachant "Toast Masters" remettait le couvert dans une version moins sophistiquée, dénuée cette fois-ci de toute électronique. Et voici donc à présent le troisième opus du groupe de Matteo Agostinelli, que je découvre avec plus d'un an de retard puisqu'il est sorti en fait au printemps 2008. Mais quelle importance quand on met la main sur un album de ce niveau ? Si "Fragile forest" est sans doute le disque le plus diversifié de Yuppie Flu, il n'en garde pas moins une totale cohérence qui lui permet de passer sans faillir d'une pépite shoegazer comme la chanson qui lui donne son titre à une petite merveille de composition à tiroirs ("Eyes": banjo, choeurs à tomber, solo de guitare tout en retenue). Ailleurs, on passe d'une ballade héritée des Beatles ( "The night and I": on pense à "Julia", pour vous situer le niveau !) à une douceur lysergique livrée avec tabla et sitar ("Cold device"), ceci avant de renouer avec l'électronique sur le très Lennonien "Make it happen". Ce parcours parfait se referme avec le captivant crescendo de "Summer afternoon" et l'apaisé "Blue Plot", pour le coup très Mercury Rev /  Flaming Lips avec son piano et ses vocaux haut-perchés.

Aucune excuse pour se défiler: on peut télécharger cet album pour le prix qu'on veut sur le site du groupe. C'est vous qui choisissez ce que vous désirez verser. Mais peut-être serait-il plus malin de profiter des soldes de leur label Homesleep (jusqu'au 31 octobre) pour se procurer à prix très doux ( moins de 5 euros) la version physique de l'album en livret deluxe (mais avec un hideux artwork: dommage !). Ce sera l'occasion de commander également les deux premiers albums si vous ne les possédez pas déjà, mais aussi ceux de leurs compagnons de label Giardini di Miro, Julie's Haircut, et surtout, surtout, l'indispensable second album de Midwest "Whatever you bring we sing", conseillé déjà à plein d'amis dont aucun ne s'est plaint.

YUPPIE FLU : "Sensitive kingdom" ("Sensitive" single, face A, février 2009)

YUPPIE FLU : "She's lost it all" ("Sensitive" single, face B)

Téléchargez "Fragile forest" pour le prix que vous voulez.

Achetez "Fragile forest" (4,99 €) et les autres disques du label Homesleep (3,99 €) sur le site du label (prix valables jusqu'au 31 octobre, port: 2 €)

Visitez aussi la page MySpace de Yuppie Flu.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Italie
commenter cet article
17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 22:39

Pour une raison qui m'échappe, l'Italie semble décidément être une pépinière de groupes psychédéliques. Après Jennifer Gentle, Le Man Avec Les Lunettes, Julie's Haircut, et (dans une moindre mesure) Yuppie Flu, voici donc The Strange Flowers. Qui ne sont d'ailleurs pas des nouveaux venus puisque le groupe est né à l'ombre de la tour penchée en 1987. En vingt ans d'existence, ces indolents transalpins ont trouvé le moyen de ne sortir que... trois albums parmi lesquels le tout récent "The imaginary space travel of the naked monkey" (quel titre !). Un groupe de genre donc, mais dont la musique possède suffisamment de qualités pour toucher un public plus large que les seuls aficionados de la cause psyché. Vérifiez-le avec les trois morceaux proposés ici, extraits des trois albums du groupe.

 (photo: radiokub)

Sur scène, The Strange Flowers se produisent avec le light-show de Pierpaolo Magnani.

THE STRANGE FLOWERS : "No love no pain no fall from grace" (extrait de "The imaginary..., 2007)

THE STRANGE FLOWERS : "Mars behind our eyes" (extrait de "Ortoflorovivaistica", 2006)

THE STRANGE FLOWERS : "Girls of April" (extrait de "Music for astronauts", 1994)

D'autres titres disponibles sur le site du groupe.

Visitez aussi leur page MySpace.

Achetez les disques de The Strange Flowers.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Italie
commenter cet article
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 23:44

Au départ, il n'était pas du tout dans mes intentions d'acheter le second album de Midwest "Whatever you bring we sing". A vrai dire, j'ignorais jusqu'à son existence. J'étais venu sur le site du label italien Homesleep Records pour m'y procurer le dernier album de Julie's Haircut, un groupe dont j'avais beaucoup aimé le concert lors du dernier festival Eurosonic. Et voilà que je tombe sur ce petit encart publicitaire: "Midwest: Whatever you bring we sing, 4.99 euros port compris". Il faut dire que ce quatuor folk-rock de Varese ne m'est pas complêtement inconnu. J'avais apprécié en 2002 l'acoustique ciselée de "Town and country", leur premier album aux rythmes lents et aux tonalités mélancoliques. Et à moins de cinq euros, on ne risquait pas grand chose à faire l'essai de son successeur. Bonne pioche ! "Whatever we bring you sing" est sans doute très différent du premier album, mais peut-être encore meilleur. Un disque enlevé, chaleureux, aux vertus euphorisantes. Un vrai régal de guitares boisées, de banjos tricoteurs, de mandolines aigrelettes, de crin-crins crincrinant et de piano bastringue. Et la voix plus américaine que nature (quoique les critiques US ne soient pas tous d'accord sur le sujet) du chanteur Matteo Gambacorta. Parfois - et c'est encore meilleur - des trombones, tubas, et autres clarinettes viennent s'ajouter à la fête: on se croirait alors transporté dans un clandé californien des années folles et on s'attend à voir apparaître à tout moment les trois ahuris de O'Brother ! On dirait bien que le légendaire "Have moicy !", l'album mythique de Michael Hurley et des Holy Modal Rounders s'est trouvé un petit frère !

MIDWEST : "We're with the madcap" (extrait de "Whatever we bring you sing")

Pour plus de musique, visitez la page MySpace de Midwest.

Achetez "Whatever we bring you sing".

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Italie
commenter cet article
30 décembre 2006 6 30 /12 /décembre /2006 00:19

Chaque année le festival Eurosonic met à l'honneur un pays d'Europe. Après la France en 2005 et l'Allemagne cette année, c'est au tour de l'Italie de nous faire découvrir ses productions lors de l'édition 2007. Comme toujours dans de pareils cas, le pays a délégué ses gros vendeurs comme Marlène Kurtz ou Mau-Mau, alors qu'on aurait préféré à ces vétérans les délicieux Yuppie Flu, les neo-psychédéliques Jennifer Gentle, ou encore la subtile americana de Midwest. Mais avec une vingtaine de groupes proposés, ce sera bien le diable si l'on n'a pas quelques bonnes surprises. Avec l'indie-rock énergique de Hot Gossip par exemple. Ou bien Julie's Haircut, qui enregistrent sur le même label que Yuppie Flu. A moins que Disco Drive n'emportent le morceau avec leur post-punk très Gang Of Four. Ce sont ces derniers que je vous propose de découvrir aujourd'hui. Le groupe  - un trio - arrive de Turin et a sorti l'année dernière son premier album "What's wrong with you, people ?", suivi tout récemment par un nouvel E.P.

DISCO DRIVE : "All about this"

DISCO DRIVE : "All about this" (même chose avec les images)

DISCO DRIVE : "A factory of minds"

Voyez aussi la page MySpace de Disco Drive.

Achetez les disques de Disco Drive.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Italie
commenter cet article
22 juillet 2006 6 22 /07 /juillet /2006 23:06

Il y a parfois des artistes qui disparaissent mysterieusement sans laisser de trace. Marcello Cunsolo, par exemple, qui tout au long de la décennie '90 fut le maître d'oeuvre (chanteur, guitariste, compositeur) de Flor de Mal - devenu par la suite Flor tout court - , un trio qui plaça de manière inattendue la ville de Catane (Sicile) sur la carte internationale de l'alternative country. C'est en cherchant sa photo sur le net pour illustrer cet article que je me suis aperçu de l'absence totale de document le concernant, et encore moins d'information récente à son sujet. Pourtant Flor de Mal/ Flor sortirent entre 1992 et 1995 trois albums (Flor de Mal, Revisioni, Aria) qui n'avaient pas à souffrir de la comparaison avec leurs homologues américains. Le second, en particulier, "Revisioni" (Cyclope, 1993) offrait quelques bonnes occasions de se réjouir, avec la présence d'invités tels que Natalie Merchant et Peter Buck (Flor et REM étaient amis, l'album fut d'ailleurs enregistré en partie à Athens). Avec "Aria", leur chant du cygne (Cyclope, 1995), la réussite est encore plus grande, Cunsolo et ses acolytes parvenant à y marier harmonieusement leur forte identité sicilienne avec leurs influences nord-américaines. En 1998, Flor enregistra encore une démo destinée à démarcher les maisons de disques (je donnerais cher pour mettre la main dessus), sans succès semble-t-il, puisque le groupe disparut ensuite totalement de la scène musicale.

Il n'est pas facile de trouver les disques de Flor. Leur label n'existe plus et son fondateur, Francesco Virlinzi, véritable mentor de la scène rock catanaise est à présent décédé. Mais le groupe apparaît cependant sur deux "tribute-albums" américains, l'un consacré à REM (Surprise your pig), l'autre à Gram Parsons (Conmemorativo).

FLOR : "Apri le braccia" (extrait de "Aria", 1995)

FLOR DE MAL: "Intra' n' cubu" avec Peter Buck (extrait de "Revisioni", 1993)

FLOR DE MAL : "Talking with myself" avec Natalie Merchant (extrait de "Revisioni", 1993)

(Attention: les fichiers musicaux proposés dans ces posts d'été ne resteront en ligne que 72 heures. Available for 72 hours only)

Pour acheter les disques de Flor/ Flor de Mal, tentez votre chance ici (il s'agit d'une cassette de "Revisioni") et .

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Italie
commenter cet article
27 mai 2006 6 27 /05 /mai /2006 00:04

Il est peut-être un peu tôt pour parler de The Softone, puisque leur premier single ne sortira que fin juin (Awful Bliss Records). Mais moi, fin juin, je serai en vacances, et certainement pas très enclin à m'escrimer sur ce blog. Et puis The Softone existent depuis suffisamment longtemps pour qu'on s'occupe d'eux. On les a déjà vu apparaître sur diverses compilation transalpines, et ils ont également enregistré en 2004 un album autoproduit vendu à leur concerts. Avec le beau ténébreux Giovanni Vicinanza en figure de proue, le sextet napolitain n'ambitionne pas de jouer les défricheurs. Mais il sait par contre comment faire fructifier des terres déjà colonisées avant lui par des artistes comme Will Oldham, Spain, ou ses compatriotes de Midwest. Les deux morceaux proposés ici et l'alléchant extrait de leur futur single donnent en tout cas envie d'en découvrir plus.

 (photo: OP71)

THE SOFTONE : "God really knows" (extrait de "The Softone", CD-R, 2004)

THE SOFTONE : "Easy lover" (reprise de Spain)

THE SOFTONE : "All my days" (34 sec., extrait du futur single)

The Softone a bien sûr une page MySpace.

Achetez le CD-R ici. Et pré-commandez le single .

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Italie
commenter cet article
25 mars 2006 6 25 /03 /mars /2006 23:07

Bon, d'accord, le groupe s'appele Morose, et avec des références comme Léonard Cohen, Nick Cave ou Nick Drake, vous pourrez difficilement compter sur eux pour animer vos surprise-parties. Mais ce n'est pas pour autant que la musique de ces italiens de Gênes incite à tirer la gueule. Au contraire, après avoir grandi sur divers split-singles, cassettes, compilations et CD-R's, c'est maintenant sur de "vrais" CD's qu'elle trouve son plus bel épanouissement. Le tout dernier, "People have ceased to ask me about you" (Suiteside, 2005), enrichi de la collaboration de nombreux amis (parmi lesquels les toulousains de Yeepee), procure le même plaisir sensuel qu'une sieste au soleil: ce moment où, plus tout à fait éveillé mais pas encore endormi on sent la chaleur des rayons sur sa peau, le souffle léger de la brise dans ses cheveux, où en fond sonore vous parviennent éloignés tous les bruits environnants. Un de ces moment où l'on se sent heureux d'être simplement vivant.

MOROSE : "Words are playthings" (extrait de "People have ceased...")

MOROSE : "Some squeaking bones" (idem)

MOROSE : "March of common mistakes" (inédit, 2002)

MOROSE : "I saw you crying in the bus" (extrait de "La mia ragazza mi ha lasciato", 2003)

Achetez le dernier album de Morose

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Italie
commenter cet article
23 février 2006 4 23 /02 /février /2006 23:45

Bon, c'est pas en pleine nuit et après deux heures de radio que je vais m'amuser à vous en coller une tartine ! Contentez vous donc de cette petite vidéo des italiens Yuppie Flu. Pas qu'elle soit terrible ( on y voit des italiens qui mangent de la pizza, vous parlez d'un scoop !) mais le morceau, lui, est vraiment bien. C'est tiré du dernier album de Yuppie Flu "Toast masters" et c'était au programme de Rockomondo ce soir.

 

YUPPIE FLU : "Our nature" (vidéo-clip, Quicktime)

Achetez les disques de Yuppie Flu.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Italie
commenter cet article
14 février 2006 2 14 /02 /février /2006 23:29

Pour espérer croiser Le Man Avec Les Lunettes le mois dernier lors de leur première tournée française, il fallait avoir la chance d'être bordelais, toulousain ou nantais, puisque trois villes seulement avaient fait le choix de les accueillir.

Derrière cet improbable nom franco-anglais se cachent en fait... deux italiens de Brescia, Fabio B. et Ale P. Suite à l'extinction (provisoire?) de leur précédent groupe, Lumière Electrique. ils en ont profité pour lancer en 2004 ce nouveau projet. responsable pour l'instant de deux EP's: "Saturate it, then reverse" (Honey records), réédité recemment en Suède dans une version améliorée, et "Qui cherche trouve", mis en vente spécialement pour la tournée française. En interview, le duo ne rechigne pas à livrer ses influences: Beatles, Beach Boys, pour le passé, Grandaddy et Air pour le présent. Mais à l'écoute de leurs courtes chansons, ce sont d'autres noms qui viennent spontanément à l'esprit: le Floyd à ses débuts, Kevin Ayers, The Blossom Toes ou Super Furry Animals par exemple. Le duo, en effet, aime faire prendre à ses mélodies futées des chemins sinueux, à les habiller d'arrangements inattendus, et à vaporiser le tout d'un doux parfum psychédélique. Avec ce début prometteur, Le Man Avec Les Lunettes rejoint ses compatriotes Yuppie Flu et Jennifer Gentle dans un club bien plus britannique qu'italien, où l'on saupoudre son thé de très étranges substances, et où les miroirs renvoient une réalité bizarrement déformée. Un album est en préparation. Je vous en reparlerai.

 ( photo: Hannes Norr / festival d'Emmaboda, Suède 2005)

LE MAN AVEC LES LUNETTES : " A tea at the station"

LE MAN AVEC LES LUNETTES : " Sibyl Vane"

LE MAN AVEC LES LUNETTES : "Aging again"

LE MAN AVEC LES LUNETTES : Quatre morceaux en écoute intégrale sur leur juke-box ( conseillé: le son y est meilleur que sur les mp3's)

Achetez " Saturate it, then reverse" en version suédoise.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Italie
commenter cet article
21 août 2005 7 21 /08 /août /2005 00:00

Deux italiens avec des bonnes têtes, un nom de groupe qui sonne bien, une passion avouée pour Syd Barrett et les premiers Floyd : il n'en fallait pas plus pour donner envie d'en savoir plus sur Jennifer Gentle.  Depuis la parution de leur troisième opus " Valende" sur le légendaire label Américain Sub-Pop, c'est devenu chose facile.

A l'écoute du morceau qui ouvre l'album, le mimétisme avec la musique de l'ex-Pink Floyd est tellement flagrant qu'on craint pendant un moment de n'être tombé que sur de talentueux pasticheurs. Mais heureusement, au fur et à mesure que progresse l'album, Jennifer Gentle finit par imposer un style bien personnel, alternant envoûtantes ballades folk sous acide et joyeux délires kaleidoscopiques pour un résultat qui dépasse - et de loin - le simple hommage à l'auteur d' " Arnold Layne". Cette jolie réussite  nous obligera en tout cas à garder un oeil sur ces malins transalpins.

Lisez la critique de " Valende" sur http://www.rockomondo.com/other reviews.htm

 Deux morceaux extraits de " Valende" ( peut-être pas les plus représentatifs):
 
 - MP3 // JENNIFER GENTLE : " Universal Daughter"
 - MP3 // JENNIFER GENTLE : " I Do Dream You" //
 - VIDEO-CLIP ( high-res.) : " I Do Dream You
 ACHETEZ L'ALBUM CHEZ SUB-POP
 
 Deux morceaux extraits de " Funny Creature Lanes":
 
 - MP3 // JENNIFER GENTLE : " Mad House"
 - MP3 // JENNIFER GENTLE : " Locoweed"
 
Repost 0
Published by Jean-Pierre Moya - dans Italie
commenter cet article