Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockomondo
  • : L'audio-blog des musiques rock, pop, folk, électro du monde entier.
  • Contact

Rockomondo

Rockomondo est une émission diffusée en direct chaque jeudi soir de 21h00 à 22h00 sur Radio Primitive (92.4, Reims et la région) et rediffusée le même jour à la même heure sur Euradio (101.3, Nantes) la semaine suivante. La programmation en est principalement rock, pop, folk et électro, en majeure partie indépendante (mais pas seulement), et surtout axée sur les productions de pays autres que l'Angleterre et les Etats-Unis.

Ecoutez Rockomondo

Rockomondo est aussi un site internet en anglais relatif à l'émission www.rockomondo.com actuellement en sommeil dans l'attente d'un nouveau design. Mais vous pouvez toujours y consulter de nombreuses archives.

Enfin Rockomondo a une page facebook, où vous trouverez toute l'actualité de l'émission et où vous pourrez rejoindre nos amis.

Contact Courrier:

ROCKOMONDO

19 rue de Courcelles

51100 Reims

France

Recherche

Avertissement

Les morceaux figurant sur ces pages vous sont proposés à titre promotionnel par les artistes ou par leurs maisons de disques sur leurs propres sites. Rockomondo ne vous fournit que les liens vous permettant d'y parvenir plus facilement. Si vous aimez ce que vous entendez ici, soutenez les artistes : achetez leurs disques. Si vous détenez les droits de fichiers audio ou photo figurant sur ces pages et souhaiteriez qu'ils n'y figurent pas, informez nous-en par un simple mail à rockomondo(at)hotmail.com. Votre demande sera immédiatement prise en compte.

Articles Récents

Catégories

17 février 2006 5 17 /02 /février /2006 23:36

Décidément, on n'en finit plus de ressusciter le début des années 80 ! Alors qu'un peu partout on célèbre - souvent avec talent - l'héritage du Gang Of Four, de Joy Division, des Talking Heads et autres Au Pairs, les danois, eux, ont préféré rendre hommage au versant synthétique de la new-wave: Depeche Mode, Human League, Ultravox ou Tubeway Army.

Initié dés 1998 par les très jeunes Superheroes ( au fait, que sont-ils devenus ?), les premiers à revendiquer sans ciller l'influence de Gary Numan et de Duran Duran, le mouvement n'a cessé de prendre de l'ampleur au cours de ces dernières années, donnant naissance à une véritable scène qui comprend aujourd'hui des groupes comme Spleen United, Money Your Love, Tiger Baby, Moi Caprice, et touchant également par la bande des formations dont ce n'était pas vraiment la vocation première, qu'il s'agisse de Mofus, de Lake Placid ou de Diefenbach.

C'est sur cette particularité danoise que Rockomondo avait braqué ses projecteurs hier en deuxième partie de l'émission, nous donnant ainsi l'occasion de réécouter - entre autres - Money Your Love dont on est sans nouvelles depuis leur premier album "The spit on your parade" (Drama!Kings, 2004). Tout n'était sans doute pas parfait sur ce coup d'essai, mais on y trouvait quand même assez de bonnes chansons pour nous donner l'envie d'y revenir, parmi lesquelles le single "For Kristoffer" programmé en boucle à l'époque sur les ondes de P3, la station "jeune" de la radio nationale Danoise.

MONEY YOUR LOVE : "For Kristoffer"

MONEY YOUR LOVE : "New razorblades"

Achetez "The spit on your parade".

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Danemark
commenter cet article
16 février 2006 4 16 /02 /février /2006 23:44

Parmi tous les groupes au programme de Rockomondo ce soir, il y en a un qui fait plus de bruit que les autres: The Vineyards, quatre norvégiens qui viennent piétiner sans vergogne les plate-bandes semées par leurs voisins suédois The Hives et The (International) Noise Conspiracy.

Le premier album des Vineyards "Hoggin all the action" (Rec 90) vient tout juste de sortir, mais c'est de l'EP qui l'avait précédé ("Good rock for good people") que sont tirés les deux morceaux suivants, le troisième n'étant jamais sorti dans le commerce.

THE VINEYARDS : "So this is my room, then..."

THE VINEYARDS : "General"

THE VINEYARDS : "Norwegian steel"

Achetez les disques de The Vineyards.

Découvrez aussi leur page MySpace.

 

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Norvège
commenter cet article
15 février 2006 3 15 /02 /février /2006 23:04

L'une des mes rencontres les plus marquantes du dernier festival Music & Media en Finlande aura été... un écossais d'Edimbourgh. Vic Galloway est ce qu'on appelle "un personnage": pas très grand, coiffé en brosse, un anneau à l'oreille, une pinte de bière à la main, et surtout - c 'est ce qu'on remarque en premier - une tchatche inépuisable ! Dans son  métier, ça aide: Vic Galloway anime l'excellente émission musicale  "Air" sur BBC Scotland. Mais cet hyperactif enthousiaste ne s'arrête pas là, après avoir été acteur, il fait également de la musique en compagnie de Reuben Taylor (James Yorkston & The Athletes) sous le nom de Deaf Mutes. Tombé dans la marmite après avoir vu un concert des Damned à l'age de 13 ans, Vic Galloway s'est longtemps passionné pour le hardcore américain (Minor Threat, Minutemen...). Mais ce n'est certainement pas l'écoute du premier album de Deaf Mutes "Exploring the secrets of treating..." (Fence Records) qui vous en fournira la preuve. En fait, on a rarement entendu d'album aussi pop et typiquement britannique que celui-là. Le duo y dévoile un véritable talent pour déployer des chansons au charme délicieusement suranné et à l'instrumentation baroque ( piano, guitares acoustiques, mandoline, violons, accordéon, et toute sortes d'illusions fournies par les sampleurs et autres synthés). Au gré des morceaux nous vient alors le souvenir nostalgique des Teardrops Explodes, des Kinks bien sûr (ou serait-ce Alan Price ?), de Microdisney peut-être, tandis que d'autres citent aussi Ten CC ou Joe Jackson. Que du bon, que du Briton !

 ( Deaf Mutes façon " Vintage Violence")

"Exploring the secrets of treating..." m'avait séduit dés la première approche, mais je me suis surpris à le réécouter de plus en plus souvent et avec de plus en plus de plaisir au cours de ces derniers mois, au point de lui réserver à présent une place à proximité immédiate de mon lecteur CD. Une petite baisse de moral ? Hop, je sors mon Deaf Mutes, et tout va beaucoup mieux.

DEAF MUTES : " Old fashioned"

DEAF MUTES : " Smalltown mistake" ( thanks to Poptones)

DEAF MUTES : " Sweetness"

Achetez l'album de Deaf Mutes.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Grande-Bretagne
commenter cet article
14 février 2006 2 14 /02 /février /2006 23:29

Pour espérer croiser Le Man Avec Les Lunettes le mois dernier lors de leur première tournée française, il fallait avoir la chance d'être bordelais, toulousain ou nantais, puisque trois villes seulement avaient fait le choix de les accueillir.

Derrière cet improbable nom franco-anglais se cachent en fait... deux italiens de Brescia, Fabio B. et Ale P. Suite à l'extinction (provisoire?) de leur précédent groupe, Lumière Electrique. ils en ont profité pour lancer en 2004 ce nouveau projet. responsable pour l'instant de deux EP's: "Saturate it, then reverse" (Honey records), réédité recemment en Suède dans une version améliorée, et "Qui cherche trouve", mis en vente spécialement pour la tournée française. En interview, le duo ne rechigne pas à livrer ses influences: Beatles, Beach Boys, pour le passé, Grandaddy et Air pour le présent. Mais à l'écoute de leurs courtes chansons, ce sont d'autres noms qui viennent spontanément à l'esprit: le Floyd à ses débuts, Kevin Ayers, The Blossom Toes ou Super Furry Animals par exemple. Le duo, en effet, aime faire prendre à ses mélodies futées des chemins sinueux, à les habiller d'arrangements inattendus, et à vaporiser le tout d'un doux parfum psychédélique. Avec ce début prometteur, Le Man Avec Les Lunettes rejoint ses compatriotes Yuppie Flu et Jennifer Gentle dans un club bien plus britannique qu'italien, où l'on saupoudre son thé de très étranges substances, et où les miroirs renvoient une réalité bizarrement déformée. Un album est en préparation. Je vous en reparlerai.

 ( photo: Hannes Norr / festival d'Emmaboda, Suède 2005)

LE MAN AVEC LES LUNETTES : " A tea at the station"

LE MAN AVEC LES LUNETTES : " Sibyl Vane"

LE MAN AVEC LES LUNETTES : "Aging again"

LE MAN AVEC LES LUNETTES : Quatre morceaux en écoute intégrale sur leur juke-box ( conseillé: le son y est meilleur que sur les mp3's)

Achetez " Saturate it, then reverse" en version suédoise.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Italie
commenter cet article
13 février 2006 1 13 /02 /février /2006 21:37

Autant être honnête: je ne sais presque rien sur Erlend Ropstad, sinon qu'il est agé de trente ans, qu'il nous arrive de Norvège, et qu'aujourd'hui est sorti (en Norvège, je précise) son premier mini-album six titres intitulé " The magnetic tapes" (Rec 90). Voilà, c'est tout... mais est-il vraiment utile d'en savoir plus quand on tient à portée d'oreille des chansons du calibre de celles qu'il nous propose actuellement sur son site internet ? Ces démos enregistrées à la maison ("So safe..." par exemple, a été mis en boite dans sa cuisine avec l'aide d'un copain violoniste) ne donnent qu'une envie: se précipiter immédiatement chez le premier disquaire en ligne venu pour acheter le CD. Il faudrait arrêter un peu, les norvégiens, parce que là, après The Kings Of Convenience, Ai Phoenix, Thomas Dybdahl, Sondre Lerche, Minor Majority, Magnet (et j'en oublie), on n'arrive plus à suivre !

...et puis non, finalement, oubliez ce que je viens de dire: continuez...

 
 ( photo: Erik Schroeder )

ERLEND ROPSTAD : " What do boys know"

ERLEND ROPSTAD : " So safe so sound"

ERLEND ROPSTAD : " Passenger seat"

ERLEND ROPSTAD : " You're a part of me"

Achetez le mini-album de Erlend Ropstad.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Norvège
commenter cet article
12 février 2006 7 12 /02 /février /2006 23:47

J'ai reçu tout à l'heure un mail m'annonçant quelques concerts qui vont avoir lieu prochainement à Toulouse. Vous allez me dire: " Quel intérêt d'être informé de la vie culturelle toulousaine quand on habite Reims, à 1000 km de là ?". L'intérêt, c'est que ces messages me font souvent découvrir des groupes dont je n'avais jamais entendu parler auparavant. Exemple aujourd'hui: les allemands Monochrome qui se produiront au Caravan' Serail de Toulouse le 27 février prochain ( et - entre autres - au Batofar à Paris le 8 mars) . Leur album " Eclat" vient tout juste de sortir en France sur le label normand Paranoïd Records, et s'il tient les promesses des quelques minutes de musique déjà disponibles sur la toile, il va falloir s'inquiéter sérieusement de ce sextet qui a comme un petit air de famille avec un autre groupe allemand révéré dans ces pages: The Robocop Kraus.

MONOCHROME : " Zweibruch" ( tiré de "Eclat")

MONOCHROME : " Gegenstück" ( extrait: 1mn30, tiré de "Eclat")

MONOCHROME : " Flimmern" ( extrait: 1mn50, tiré de "Perro EP", 2003)

Achetez le nouvel album de Monochrome.

Achetez-le en vinyl, pour la superbe pochette.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Allemagne
commenter cet article
11 février 2006 6 11 /02 /février /2006 20:15

Si c'est pas une tronche de rocker, ça, dites-moi ce que c'est...:

En plus, ce jeune homme avenant qui porte le marcel avec élégance s'appelle Dag Vader, un patronyme de star: à quelques lettres près c'était Darth Vador. Finalement, il n'y a que le nom du groupe, Helldorado, qui n'est pas terrible avec son jeu de mots à trois balles. Parce que pour le reste, ces quatre norvégiens n'ont pas leur pareil pour balancer un rock n'roll torride et vicelard qui voit le Gun Club faire le coup de feu avec 16 Horsepower dans les décors de Monument Valley. Le concert d'Helldorado auquel j'ai assisté a été l'un des plus frustrant qu'il m'ait été donné de voir. Ou plutôt, de ne PAS voir, puique coincé dans un club bondé où tout le monde se foutait royalement du groupe qui jouait sur scène, je n'apercevais que la banane du chanteur qui surgissait sporadiquement au dessus de la tête des buveurs. Qualité de l'image: zéro. Mais 10/10 pour la musique, lyrique et puissante, qui à elle seule aurait justifié le déplacement. Sur le dernier album d'Helldorado, "The Ballad of Laura Lee", les références cinématographique ( et notamment l'influence d'Ennio Morricone) se font de plus en plus présentes, au détriment peut-être de l'énergie brute des débuts. Mais les deux aspects ont toujours co-existé dans les chansons du groupe, et cette évolution était sans doute prévisible. On espère en tout cas que "The ballad of Laura Lee" connaîtra bientôt une sortie française, comme cela avait été le cas pour son excellent prédécesseur "Director's cut".

Les extraits suivants sont au format wma et nécessitent Windows Media Player ( à télécharger ici)

HELLDORADO : "You sucker" ( extrait de "Lost highway", 2002)

HELLDORADO : "The snake girl song" ( idem)

HELLDORADO : "Dead river" ( extrait de "Director's cut", 2004)

HELLDORADO : "Women shouldn't drink" ( idem)

HELLDORADO : "Guitar noir" ( extrait de "The ballad of Laura Lee", 2005)

HELLDORADO : "The devil's kiss" ( idem)

Achetez les albums de Helldorado.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Norvège
commenter cet article
10 février 2006 5 10 /02 /février /2006 23:03

The Strugglers ? J'ignorais jusqu'à leur existence avant de découvrir  "You win", sorti à la fin de l'année dernière sur le label madrilène Acuarela. Pour autant, The Strugglers ne sont pas espagnols, mais américains pur-jus, basés à Chapel Hill, Caroline du Nord. Un drôle de groupe où les musiciens - une dizaine au total - vont et viennent au gré des morceaux,  le tout orchestré par une sorte de Hugh Grant version joufflue dont le nom sonne comme une formule magique: Brice Randall Brickford II. Vous le prononcez et hop, vous voilà téléporté au coeur de l'Amérique profonde !

En cherchant hier sur le net des informations sur The Strugglers, je me suis aperçu que j'arrivais un peu tard: " You win" avait déjà été reçu avec enthousiasme par tous les meilleurs sites musicaux francophones. De Popnews aux Inrocks, de Foutraque à Pinkushion, en passant par A Découvrir Absolument, pas une voix discordante, pas même l'habituel grincheux de service, ne vient ternir l'accueil unanime reservé à ce 3e album. Dés lors, qu'ajouter de plus à ce concert de louanges ? Pas grand chose, sans doute... le mieux est encore de vous laisser écouter ces quelques morceaux qui parlent pour le groupe bien mieux que je ne saurais le faire. 

THE STRUGGLERS : " The cascade range" ( extrait de "You win")

THE STRUGGLERS : " Goodness gracious" ( extrait de "The fair store EP")

THE STRUGGLERS : " The rejection letter" ( extrait de "You win")

The Strugglers seront en tournée française au printemps prochain.

Achetez les disques des Strugglers. Egalement ici.

Et visitez aussi leur page MySpace.

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Etats-Unis
commenter cet article
9 février 2006 4 09 /02 /février /2006 23:34

Découvert grâce au blog de Sara Culler, Famous for 15mb est un passionnant webzine, présenté sous la forme d'une "Une" de journal, et qui se propose de faire découvrir chaque mois 15 artistes travaillant dans le domaine de la musique, du film ou de la vidéo.

Dans le premier numéro paru à la mi-janvier, on trouve donc - outre Sara Culler - 14 créateurs venus d'horizons les plus divers ( Japon, Espagne, Norvège, Etats-Unis, Suède, Angleterre) et travaillant dans des styles très différents. Une bonne occasion pour le visiteur d'ouvrir des tiroirs où, sans cela, il n'aurait peut-être pas eu l'idée d'aller fouiner. Et un bon moyen, pour les artistes, de faire connaître leur travail. Le second numéro paraitra le 15 février, et comme il n'est indiqué nulle part si les anciennes parutions seront archivées, il serait peut-être prudent d'aller dés à présent à la découverte de cette première promotion.

 

Ci-dessus, le suédois Erik de Vahl, qui vous propose sur Famous for 15mb les trois morceaux suivants:

ERIK DE VAHL : " At dawn still afloat"

ERIK DE VAHL : " Stolen parts"

ERIK DE VAHL : " I try"

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Divers
commenter cet article
8 février 2006 3 08 /02 /février /2006 22:44

L'alternative-country est un genre musical qui semble tellement enraciné au sol américain - d'ailleurs, ne l'appelle-t-on pas aussi " americana" ? - que je m'étonne toujours qu'il puisse en exister aussi dans les pays Européens. Et parfois avec des résulats étonnants, j'en veux pour exemple le suédois Christian Kjellvander qui, dans ce domaine, pourrait en remontrer à bien de ses homologues d'outre-Atlantique.

Le pays du gouda et des polders a lui aussi développé une scène alternative-country très vivante depuis quelques années avec des groupes comme Lazy Sunday Dream, The Yearlings, El Pino and the Volonteers et surtout Smutfish, à mon avis les plus intéressants du lot.

Smutfish, originaire de La Haye, pratique un très lent folk-rock, caractérisé par la voix de gorge de Melle de Boer, et le jeu de  guitare inspiré de Dick Zuilhof. Sur scène, où j'ai déjà eu la chance de les voir deux fois, ce sont surtout les interventions de ce dernier qui retiennent l'attention. Dick Zuilhof, en effet, pratique un jeu fort peu traditionnel, bien loin des canons habituels de la country, même alternative. Ses solos destructurés évoquent plus parfois le regretté Robert Quine, étonnant guitariste de Richard Hell, ou - pour rester dans le domaine traité ici - les derniers développements de Wilco. Bien que ces audaces soient quelque peu gommées sur disque, Smutfish y impose néanmoins un son bien particulier et une vraie personnalité.

 ( photo: www.arjen-van-de-merwe.nl )

Demain sortira aux Pays-Bas le second album de Smutfish, intitulé " Through a slightly open door" (Munich Records). Il sera intéressant de voir à cette occasion comment le groupe a évolué. Je vous en reparle dès que je l'ai écouté.

 

SMUTFISH : " Henry the vacuum cleaner" ( radio session)

SMUTFISH : " Gotta have a drink" ( radio session)

Téléchargez gratuitement "Limousine song" ainsi que le premier EP de Smutfish "The fish that couldn't swim" .

Achetez le nouvel album de Smutfish.

Achetez le premier album de Smutfish.

 

Repost 0
Published by J.P. Moya - dans Pays-Bas
commenter cet article